Lorsqu’il y a deux jours,soit le lundi 25 mai,le juge président intérimaire Yanyi annoncé le renvoie du procès à la huitaine ,personne ne pouvait se douter que le juge président ne sera pas dans la composition.

Il a tragiquement rendu l’âme aux petites heures ce mercredi au centre Nganda où il avait été transféré en urgence après un malaise cardiaque.
Ce décès inopiné ne va pas pour autant remettre en cause le déroulement du procès de 100 jours renseignent les professionnels du droit.

Ceci d’abord parce-que les faits en soi demeurent intacts et qu’ensuite, la date d’audience ne peut-être modifiée en privée au risque de provoquer un faux en écriture. “Il y aura réouverture des débats, on va relire les PV publiquement et les avocats pourront faire leur réajustement”, indique maitre Alain Mbana.

Quant à la composition, il faut déjà indiquer que le juge Yanyi assurait l’intérim du président du tribunal Songambele suspendu bien avant le début du procès de 100 jours.
“La hiérarchie désignera d’abord un intérimaire qui peut-être le juge le plus préséant soit un juge venant par exemple de la cour d’appel.Alors ce nouveau président va organiser la chambre en nommant un juge pour le remplacer soit en changeant toute la composition”, précise maitre Alain Mbana.

A Makala,Vital Kamerhe qui a appris la nouvelle du décès du juge est très affecté.

DINA

By 24news

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous