Le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l’homme en République démocratique du Congo regrette la mort de 7 personnes sous couvert de l’application des mesures de restriction liées à la crise sanitaire depuis la proclamation de l’État d’urgence sanitaire par le président Félix Antoine Tshisekedi depuis le mois de mars.

Abdoul Aziz Thioye Directeur de cette structure de droit de l’homme de l’ONU en RDC fustige la multiplicité des violation des droits de l’homme durant cette période de crise sanitaire

“le BCNUDH est très préoccupé par la multiplication des bavures policières, atteintes aux droits à la vie dans le cadre d’imposition des mesures de restriction et sanitaires à Kinshasa ou dans des parties du pays. Dans certaines occasions, les auteurs ont été poursuivi et sanctionnés, deuxièmement ce ne pas encore suffisant, donc les incidents doivent s’arrêter et cela renseigne le dégré de comportement de certains éléments de forces de sécurité et plus particulièrement de la police nationale congolaise pour ne pas saper les efforts de liberté d’expression et de mouvement que le président congolais appel de ses vœux”, a déploré le responsable du BCNUDH

L’organisation des Nations unies exprime ses inquiétudes après la mort par balle d’un militant de la Lucha tué lors d’une manifestation contre l’insécurité dans la région

PL

By 24news

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous