Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Le conseil national de la société civile se dit préoccupé par l’attitude affichée par les chefs religieux autour de la désignation du candidat président de la commission électorale nationale indépendante CENI.

Cette structure de la société civile que dirige Joseph Nkinzo appelle surtout les chefs religieux catholique et protestant à ne pas tomber dans le piège de la séparation au moment où le pays est sur la voie de la stabilité et la cohésion nationale.

« Nous appellons toutes les confessions religieuses à jouer pleinement leur rôle de l’église au milieu du village et à mesurer la lourde responsabilité qui leur incombe en ne cédant pas à l’instrumentalisation qui pourrait nous ramener dans le passé», a déclaré Joseph Nkinzo à 24 News ce mardi.

Aux représentants des églises catholique et protestante, ajoute le président du conseil national de la société civile, “Je rappelle que la mission première de l’église est d’abord le Christ et non la CENI”.

Le conseil national de la société rappelle également que l’église comme corps du Christ a pour vocation de rassembler le peuple de Dieu et non le disperser.

«Le jeu auquel se livre les confessions religieuses ne va pas favoriser sa vocation d’unir et de non de diviser, au risque de créer des troubles interminables au pays».

Par ailleurs, le conseil national de la société civile dénonce l’acharnement sans raison ni éléments preuve de quelques confessions religieuses sur le nom du candidat pressenti successeur de Corneille Naanga au motif d’être proche de l’actuel chef de l’État en appartenant simplement à sa province.

Faustin Kalenga

By 24news