Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

La nouvelle société civile congolaise s’oppose à l’idée des églises catholique et protestante de vouloir selon elle, prendre tout le pays en otage avec des prises de positions motivées par les considérations politiques dictées par l’extérieur.

Jonas Tshombela, coordonnateur national de cette structure sociétale dénonce également l’attitude “floue et égoïste” de certains chefs des confessions religieuses qui veulent exécuter le plan de la coalition Lamuka conçu à Genève pour un partage de pouvoir à travers l’organisation d’une transition et faire retarder les élections à quelques jours du délai constitutionnel.

Dans une interview accordée à 24 News ce mercredi, Jonas Tshombela invite le chef de l’État “À ne pas se laisser piéger par cette attitude des églises catholique et protestante aux allures d’un arbre qui cache la forêt à travers leur audience-piège sollicitée”.

«Je crois que le chef de l’État devrait se prononcer une fois pour toutes après le rapport qui lui sera transmis par le bureau de l’assemblée nationale à la fin du processus déjà entamé et dont les derniers réglages sont au niveau de la commission paritaire mixte ; Faire le contraire, serait pour lui, se laisser piéger par les chefs des confessions religieuses dont les prises de position sont dictées ailleurs avec le seul but de vouloir mettre en place un schéma de transition conçu à Genève à travers un dialogue inopportun qui viserait simplement le partage du pouvoir», a déclaré Jonas Tshombela coordonnateur national de la nouvelle société civile congolaise.

Par ailleurs, Jonas Tshombela invite l’assemblée nationale à s’assumer pleinement à travers un mécanisme politique afin d’éviter la crise artificielle que certains politiques à travers les confessions religieuses veulent entretenir.

En outre , Jonas Tshombela rappelle que dans toutes les institutions, partis politiques, plateformes et autres formations politiques, la décision de la plénière est toujours souveraine.

Rappelons que après le manque de consensus entre confessions sur la désignation du candidat président de la CENI, une commission paritaire Mixte a été mise en place à l’assemblée et dont les travaux seront achevés ce jeudi, a-t-on appris, afin que les conclusions soient soumises à la plénière.

Faustin Kalenga

By 24news