Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Le président de la République Félix Tshisekedi aurait réservé une fin de non recevoir à l’audience sollicitée par l’église catholique et protestante au sujet de la brouille persistante qui entoure la désignation du candidat président de la CENI.

Ça se soupçonne déjà dans les salons politiques des membres de l’Union sacrée pour la nation.“Pourquoi le chef devra-t-il les recevoir de façon isolée”, s’interroge un proche de Félix Tshisekedi, qui ne trouve aucune opportunité de la CENCO ainsi que l’église protestante de solliciter une audience auprès du chef de l’État.

“Nous savons effectivement à quoi ils (catholiques et protestants) jouent. De toutes les façons, le chef de l’État a un agenda surchargé et c’est à lui de juger”, confie ce même collaborateur du chef de l’État.

À noter qu’une audience sollicitée par l’église catholique et protestante pour une matière aussi cruciale que celle relative avec la désignation de nouveaux animateurs de la CENI n’a jamais fait autant de jours.

“C’est clair, Félix Tshisekedi ne veut pas se faire piéger par des pasteurs politiciens ”, indique un observateur avant d’ajouter, “Son avenir politique se joue maintenant et il a intérêt à user de sa sagesse avant de dire oui ou non à l’audience de la CENCO et l’ECC”.

Devant la presse le weekend dernier, Dodo Kamba, porte-parole de six confessions religieuses en désaccord avec les catholiques et protestants, avait appelé le chef de l’État à ne pas prêter oreille à l’audience sollicitée par ces derniers.

«Il n’y a aucun rapport entre la présidence de la République et le travail que nous faisons», avait-il déclaré.

De son côté, Éric Senga, porte-parole de l’église protestante avait appelé l’Assemblée nationale à ne pas reconnaître le PV déposé par les six autres confessions religieuses pour manque de fondement juridique.

«Ce PV là n’existe pas du point de vue juridique car , le président de l’Assemblée nationale s’adresse à la plateforme confession religieuse via son président et non les membres qui la composent. Dans le cas d’espèce, seul le président, son vice ou le rapporteur, ont le droit d’établir un procès verbal au nom de notre plateforme pour s’adresser au président de l’Assemblée nationale et non le contraire», avait rappelé Éric Senga.

Par ailleurs, dans un message relayé sur les réseaux sociaux , le chef religieux de l’église Kimbanguiste  , a affirmé publiquement le soutien total de son candidat à la CENI Denis Kadima comme choix spirituel lui recommandé par Simon Kimbangu.

Faustin Kalenga

By 24news