La protection des droits de l’homme pendant la période de l’état d’urgence était parmi les points essentiels de la communication du chef de l’Etat lors de la 34ème réunion du conseil des ministres vendredi 5 juin dernier.

Félix-Antoine Tshisekedi a rappelé les dispositions constitutionnelles qui ne permettent aucune dérogation aux droits et principes fondamentaux protecteurs des droits de l’homme, particulièrement le droit à la vie, l’interdiction de la torture et des peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants.

Le Ministre de l’Intérieur a été chargé de veiller au respect de ces mesures par les Exécutifs provinciaux des engagements du pays en matière de promotion et de protection des droits humains.

Yvette Ditshima

By 24news

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous