Le feuilleton des cadres et agents de l’administration des transports pour l’obtention de leur prime permanente est loin d’être terminé . Malgré les assurances du Ministre Chérubin Okende pour l’exécution de la grille baremique telle que contre signée déjà par l’autorité budgétaire, ces agents ne verront pas cette grille baremique être appliquée comme telle .

Tous les espoirs étaient permis pour ces agents pour l’obtention de cette prime dans le dernier trimestre de l’année 2021, selon les assurances faites par Chérubin Okende à ces agents qu’il avait reçu lors d’un Sit in à l’hôtel du gouvernement pour exiger la paie de leur prime.

Tous les espoirs étaient permis de voir son application au premier trimestre de 2022, fort malheureusement il n’en sera pas ainsi. La loi des finances 2022 telle que promulguée par le Président de la République ne tient pas compte de cette grille baremique bien que portant déjà les contreseings des Ministres du budget et de la fonction publique .

Ce qui est aberrant, ce que même le montant de crédit alloué à ce ministère par le gouvernement a été revu à la baisse par l’Assemblée nationale .

En effet, sur un montant de 61 milliards des Francs congolais qui était le montant global du crédit à allouer à ce ministère pour l’exécution de cette grille baremique portant déjà les contreseings des ministres de la fonction publique et du budget, le gouvernement n’avait octroyé que 9 milliards des Francs congolais pour la paie dans un premier temps, ce qui équivaut à peu près 13% de ladite prime, montant qui a été malheureusement revu à la baisse par l’Assemblée nationale qui, au lieu ne fut ce que de garder cette enveloppe comme proposée par le gouvernement nationale ( faute de liquidité), a plutôt revu à la baisse cette enveloppe en n’octroyant que 4milliards sur les 9milliards proposés par le gouvernement .

D’où l’indignation des cadres et agents qui ne comprennent pas pourquoi est ce que l’Assemblée nationale qui est censée protéger les intérêts de la population a-t-elle revu à la baisse cette enveloppe !

Indignés par cette réaction des élus nationaux, les cadres et agents de l’administration du transport projettent d’organiser des mouvements de grandes envergures pour faire entendre leur voix et rentrer dans leur droit.

” Nous allons faire des mouvements pour entrer en possession de notre droit, même s’il faut faire des sit in au palais de la nation nous le ferons pour trouver gain de cause “, a déclaré un de ces agents sous l’anonymat.

 

Zéphyrin Pengume

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous