Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Sauve-qui-peut lors d’une attaque contre un campement d’exploitation minière au Sud-Kivu dans la nuit du samedi à dimanche. Cinq chinois ont été kidnappés et un policier tué lors de cette attaque menée par un groupe armé jusque-là non identifié.

Cette attaque a été signalée précisément dans le groupement de Basibukuna Sud, dans le territoire de Fezi.

Alors que le porte-parole de l’armée congolaise de la zone, le major Dieudonné Kasereka, semble ignorer la raison de la présence de ces cinq Chinois kidnappés, les témoins, affirment qu’ils travaillaient depuis quelques mois dans une mine d’or pour l’entreprise Beyond Mining.

« Ces Chinois étaient parmi les quatorze qui étaient dans un campement. Il y a eu échange de tirs entre les policiers qui gardaient leur sécurité mais ce groupe armé a réussi à kidnapper cinq Chinois. Les neuf qui sont restés sont escortés vers un lieu sûr pour leur sécurité. Je ne connais pas encore la cause de leur présence. Les investigations sont en cours pour savoir quelle mission avaient les Chinois », expliquait le major Dieudonné Kasereka.

Santos Kitandala, président de la société civile de Fizi explique que l’une des causes de l’attaque serait liée à la redevance minière.

À Fizi, tout comme dans le territoire de Mwenga, les communautés civiles accusent les entreprises chinoises accompagnant les coopératives congolaises d’exploiter les mines d’or sans respecter les termes des contrats qui prévoient un accompagnement technique et financier.

Tshokuta ben André