Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Le processus de Kimberley, sa praticabilité et les obstacles qui entravent le secteur de diamant artisanal ont été passé au crible par les experts venus de cinq pays de la sous-région à savoir l’Angola, la RSA, le Congo-Brazzaville, le Cameroun et la République Démocratique du Congo, pays hôte du premier Atelier du processus de Kimberley de haut niveau sur la coopération régionale en Afrique centrale, tenu du 10 au 11 avril 2019 au Kempinsky Fleuve Congo Hotel.

Dans son mot de circonstance à l’occasion de la clôture des travaux, le Directeur Général du Centre d’Expertise, d’évaluation et de certification des substances minérales précieuses et semi-précieuses a souligner au regard des préoccupations exprimées par plusieurs experts a souligné certaines nécessités en vue de soutenir le secteur de la production artisanale de diamant.

Des idées innovantes notamment : la création d’un cadre régional de collaboration , structure de lutte contre la fraude et la contrebande et désigner des points focaux,

Impliquer toutes les parties prenantes au processus de Kimberley ainsi que des autorités locales et autres acteurs, a déclaré le DG de CEEC monsieur Pascal NYEMBO MUYUMBA.

Des personnalités de marques ont pris part à cette rencontre à titre illustratif, le Directeur Exécutif du Conseil Mondial de Diamant Madame Chantal Kaninda, l’Ambassadrice de l’Inde en RD Congo, le Conseiller du chef de l’Etat chargé du secteur minier et le Directeur de cabinet du ministre des mines qui a représenté le Ministre absent du pays. 

Notons que le but principal de cette réunion a été le lancement de la coopération  régionale en Afrique centrale dans ce secteur. Des travaux qui se sont clôturés dans la satisfaction de tous les participants venus non seulement des pays ci-haut cités, mais aussi de l’Afrique du Sud, de Botwana, de la Chine,Inde etc….impliqué dans la réalisation du Processus de Kimberley.

C’est donc un pari gagné non seulement pour le CEEC et son Directeur Général, mais aussi pour la RD Congo en particulier, et les  pays impliqués dans ce processus en général. Une initiative à soutenir par tous les pays de la région afin de booster le secteur de diamant qui doit par ailleurs accorder  un peu plus d’attention à l’exploitation artisanale  ,à ce jour incontournable pour l’évolution de cette industrie.

Bolangi Ikokota Bura

 

 

By 24news