Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Les chansons d’éveil de conscience notamment “Nini tosali te “du groupe Musique populaire de la révolution ( MPR ), et “lettre à ya Tshitshi”, de l’artiste musicien Bob Elvis , ont soulevé la toile ces derniers jours a cause de la thématique liée à la vie quotidienne des congolais utilisée par ces artistes .

Considérées par plusieurs comme s’attaquant au pouvoir , ces chansons ont même été suspendues par la commission nationale de censure des chansons et des spectacles ( CNCSS) avant d’être autorisées sur l’ordre du ministère de la justice d’où dépend la CNCSS .

Dès lors , plusieurs réactions ont été enregistrées pour soutenir ces artistes qui , pour certains, n’ont fait que éveillé la conscience des autorités afin de prendre en compte la situation dégradante de la population.

Pour Martin Fayulu l’un des leaders de la plateforme politique Lamuka , ces chansons sont des interrogations aux autorités et une interpellation à la population qui a devoir de se ressaisir.

«Je salue la clairvoyance des jeunes musiciens congolais dans leurs interrogations et interpellations à travers les chansons telles que : Nini tosali te , peuple Aboyi RAM,lettre à ya Tshitshi, le président a été nommé , politicien escroc … Se ressaisir , comme un peuple ,est un devoir!»,a tweeté le candidat malheureux aux élections présidentielles de 2018 .

C’est dans cette même dynamique que la reine de mutuashi , Tshala Mwana , est annoncée en studio pour une chanson intitulée : Mboka Ekufi .

 

Zephy Pengume