Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

La vidéo a fait le tour des réseaux sociaux, mercredi 12 janvier, les éléments de la police nationale désarmant un élément de la Garde Républicaine dit Mura. Selon certaines sources, il s’agissait d’un collaborateur du Chef de l’État qui avait emprunté le sens contraire et intercalé par les éléments de la police commis à la sécurité du premier vice-président de l’Assemblée nationale, Jean-Marc Kabund.

Avaient-ils le droit d’agir de la sorte contre un élément de la garde présidentielle ? Les avis restent partagés dans un contexte où les abus par l’entourage du Chef de l’État se multiplient de plus en plus. Beaucoup sont d’avis que le vice-président de l’Assemblée nationale aussi président de l’Union pour la Démocratie et le Progrès Social, ne pouvait laisser l’impunité s’installer de cette manière sachant que son parti, par le Président de la République Félix Tshisekedi, va répondre devant le peuple en 2023.

Dans la logique de oeil pour oeil dent pour dent, dans la soirée du même jour, la garde présidentielle est descendue à Kingabwa, où se trouve la résidence de Jean-Marc Kabund. Une descente punitive, au cours de laquelle les balles sont créditées selon plusieurs sources contactées sur place.

Ils se sont alors introduits à la résidence du président de l’Udps et ont saccagé et traumatisé sa famille.

” l’ordre serait venu du Chef de l’État”, dit un membre de l’entourage de Jean-Marc Kabund. ” Faux ”, nous fait savoir une source à la présidence de la République qui affirme ” le Président de la République ne peut en aucun cas donner un ordre du genre sachant qu’un désordre qui en découlerait l’impliquerait en tant que le garant de l’ordre et tranquillité de la nation”, a-t-il dit.

Aux yeux de beaucoup, cet épisode en est de trop pour le régime qui a autant de défis à relever.

Cependant, l’avocat de la famille Kabund soutient tout de même qu’une action judiciaire doit être invitée pour établir les responsabilités dans cette affaire qui, ni moins ni plus, fragilise le régime Tshisekedi, porteur d’un espoir sans pareil qui semble ne pas répondre aux attentes.

Et la grande question, ” Qui a donné l’ordre pour cette expédition punitive ?

À suivre

La rédaction