Réagissant dans un tweet au communiqué de l’Udps concernant les propositions de loi Minaku et Sakata, le rapporteur du bureau politique du Pprd Patrick Nkanga estime que l’État de droit n’ est pas un concept partisan. C’est une volonté collective inscrite dans la constitution de la République. Cela étant, avance-t-il, les acceptions d’un parti politique, du reste légitimes en démocratie, ne peuvent être considérées comme la boussole de toute une nation.

Ce conseiller du premier Ministre charge la la mère des partis de l’opposition d’avoir toujours été réfractaire aux réformes.
“Lorsqu’ il s’agissait de voter la constitution de 2006, l’Udps avait fait montre des mêmes suspicions et de la même opposition”, rappelle-t-il, avant de chuter, “elle défendra ces propositions de loi 10 ans après”.
Il faut rappeler que dans son communiqué, l’Udps fait savoir que les proportions de loi Minaku et Sakata révèlent la volonté politique du Front Commun pour le Congo, FCC, de violer la constitution et de protéger les criminels. Une déclaration qui n’a pas mis d’accord certains membres du Fcc.

Hugues Mpaka Mutwefa Breloc

By 24news

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous