Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

La Section de la Protection de l’enfant de la Monusco a rendu public ce mercredi 17 Novembre 2021, le nombre de cas de violations graves des droits de l’enfant commis au mois d’octobre 2021.

Selon ce rapport, 99 cas de violations graves des droits de l’enfant ont été documentés en République Démocratique du Congo en octobre. Parmi ces cas, le recrutement et utilisation d’enfants a primé sur les autres (39 cas), les enlèvements (27 cas), les meurtres et mutilations (15 cas), les violences sexuelles (9 cas ), les attaques contre les écoles et hôpitaux (8 cas), le refus de l’accès humanitaire (1 cas).

Ces cas de violations graves des droits de l’enfant sont attribués aux miliciens maï-maï de différents groupes armés négatifs notamment les maï-maï Rene, Biloze, Malaika, les CODECO, FRPI, Nyatura, Raiya Mutomboki, FDLR FOCA, FPIC, ADF, NDC-Renove, maï-maï Nyerere, maï-maï Mazembe et autres non autrement identifiés.

« Les acteurs étatiques sont responsables de 6 violations (FARDC : 6). Globalement, 36 violations ont été vérifiées au Sud Kivu, 26 en Ituri, 25 au Nord Kivu, 11 au Maniema, et 1 au Tanganyika. En outre, du 9 au 12 novembre, la Section de la Protection de l’enfant a effectué une mission de terrain à I’Amba (territoire de Fizi) pour faciliter la signature de la déclaration unilatérale et de la feuille de route par le général autoproclamé Kimanuka Musasa, commandant du Rassemblement Congolais contre l’Occupation et la Balkanisation (RCCOB) », lit-on dans ce rapport.

Gires Kasongo