Trafigo copy
Sonas
Spécial Auto Garage
previous arrowprevious arrow
next arrownext arrow

Il est l’un des co-fondateurs de l’ Udps Tshisekedi et a milité au sein du parti depuis son existence 1982, jusqu’à la mort d’Étienne Tshisekedi en 2017.

Bien que fréquentant plus la permanence du parti au pouvoir pour une certaine opinion, avoir pris en public des positions contraires à la ligne du parti à l’époque de la toute puissance de Joseph Kabila, Corneille Mulumba qui continue à se réclamer haut cadre et membre co-fondateur du parti présidentiel, s’est confié ce vendredi à la rédaction de 24 News, sur la brouille persistante entre confessions religieuses autour de désignation du candidat président de la CENI.

Pour Corneille Mulumba, cette brouille est causée par des considérations politiques dictées par l’extérieur sous l’instrumentalisation à outrance de certaines confessions religieuses en l’occurrence la CENCO.

D’où, l’appel de cet acteur politique à la vigilance des autorités en place ainsi que la population congolaise tout entière y compris les acteurs politiques en présence à ne pas céder à ce qu’il qualifie de manipulation.

« Nous aurions tort de confondre la foi sincère de millions des catholiques et l’institution CENCO qui mène une politique des considérations politiques dictées par des puissances étrangères», a déclaré Corneille Mulumba à 24 News.

Face au blocage “créé et entretenu” autour de la désignation du candidat président de la CENI par les confessions, Corneille Mulumba invite le parlement à réinvestir l’équipe Naanga pour l’organisation des élections à venir.

«L’idéal serait à mon avis, vu le scénario que les chefs des confessions religieuses nous offrent de réinvestir l’ancienne équipe afin d’organiser dans le délai les futures élections dont le délai constitutionnel semble déjà poser problème», a-t-il soutenu.

Pour rappel, la CENCO ainsi que l’église protestante se sont opposéés au choix opéré par les six autres confessions religieuses sur la désignation du candidat président de la CENI. Dans une correspondance adressée au président de la République, ces deux chefs religieux ont sollicité mercredi une audience auprès du chef de l’État alors que les six autres ont , conformément au délai accordé par l’Assemblée nationale, déposé leur PV avec le nom d’un candidat.

Faustin Kalenga

By 24news