L’affaire créance de 555.364.446 USD due à Eximbank Chine, continue à défrayer la chronique de l’actualité. La dernière en date, c’est la sortie d’André Claudel Lubaya, député national élu de la circonscription électorale de Kananga. Dans un document Claudel Lubaya recadre la Chine et déclare: « sous réserve de violation des règles diplomatiques, il ne revient pas à une chancellerie étrangère, fût-elle d’un pays ami, de confirmer ni d’infirmer d’une matière qui relève de la souveraineté d’un autre pays qui a fait l’objet de délibérations en Conseil des ministres. Du seul Gouvernement de la République, nous attendons clarification », précise-t-il

Claudel Lubaya fustige l’attitude de l’Ambassade de Chine à Kinshasa qui, dans son communiqué du 5 juin, publié sur son compte Twitter, s’est employée à démentir à la place du Gouvernement de la République démocratique du Congo, l’information relative au prêt de 555.364.446 USD, qui serait dû par la RDC à Eximbank of China, et destiné à la construction des aérogares de Nd’jili à Kinshasa et Luano à Lubumbashi.

Et de poursuivre: « les responsables doivent rendre des comptes. Le démenti ne dément pas », souligne-t-il avant de rappeler que ce n’est ni lui-même, encore moins ses services avaient été à la base de cette information. Il s’agit plutôt d’une déclaration officielle, urbi et orbi, du Gouvernement de la République, évoquée en Conseil des ministres au cours de sa session du 29 mai dernier. Dans cette réunion rappelle-t-on, le Ministre ayant le transport dans ses attributions avait affirmé que les recettes de Go-pass des années 2021,2022 et 2023 sont déjà mises en gage pour le remboursement dudit prêt, insiste Lubala.

Giscard Havril

By 24news

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous