L’insécurité dans la région du Nord Kivu ,qui compte plusieurs groupes armés constitue une contrainte majeure pour les équipés des Médecins sans frontière qui interviennent dans l’éradication du virus d’Ebola déclaré au début de mois d’août , d’où 96 cas dont 69 confirmés et 27 probables ont été rapportés par les autorités sanitaire.

« Nous faisons face à plusieurs défis, Le premier, bien sûr, est de limiter l’expansion de l’épidémie,Le contexte sécuritaire reste un défis majeur aux équipes des MSF,La région où se situe le foyer de l’épidémie est depuis longtemps le théâtre de violences endémiques. Cela va rendre la riposte encore plus difficile, notamment en termes d’effort pour limiter l’expansion de la maladie dans des zones difficiles d’accès. » Explique Gwenola Seroux, responsable de la cellule des urgences.

Un programme de vaccination est en cours, géré en ce moment par le ministère de la Santé, avec le soutien de l’Organisation Mondiale de la Santé, dans la zone la plus affectée par l’épidémie. Près de 1200 personnes ayant été en contact avec des cas d’Ebola ont été identifiés jusqu’à présent.

 

Patient Kaloma/Goma.

By 24news

×

Powered by WhatsApp Chat

× Contactez-nous