24 news Agency
Accueil Blog

Rapatriement de 98 congolais bloqués en Turquie : le gouvernement a organisé, l’homme d’affaire Abed Hachour a mis le paquet

0

Quatre-vingt dix-huit congolais dont dix huit venant des Etas-Unis et bloqués en Turquie à cause de la fermeture des frontières dû au coronavirus ont regagné le pays ce mercredi 01 juillet 2020 par l’aéroport International de N’djili. Dans cette opération engagée par le ministère des affaires étrangères, ces congolais sont arrivés à bord d’un vol spécial de Turkish Airline fretté pour la circonstance.

 » nous sommes au gouvernement pour agir. Le Chef de l’Etat lui-même avait dit que cette année est une année de l’action. Ce cas des compatriotes qui étaient en Istanbul était comme une épine à mes pieds. Les autorités de la compagnie Turque d’aviation étaient insaisissables. Il y a un fils du pays, Abed Hachour qui a entendu le cris lancé par le Chef de l’Etat sur la solidarité nationale. il est intervenu dans ce cadre pour que nos compatriotes qui traînaient en Turquie et qui m’ont malmenés dans les réseaux sociaux et à juste titre car nous n’avions pas les moyens nécessaires. Monsieur Abed Hachur a répondu à cet appel » a déclaré la Ministre Marie Ntumba.

Le geste posé par ce jeune et grand homme d’affaire libano-congolais Abdul Raouf Hachour a donc a été salué par les compatriotes qui devant les circonstances imposées par la pandémie de coronavirus ont été impuissants et ne savaient plus comment ils pourraient rentrer au pays.

Certains n’ont pas su retenir leurs larmes de joie. Pris d’émotion, ils ont exprimés leur gratitude à la ministre des affaires étrangères Madame Marie Ntumba et à l’homme d’affaire Abed Hachour.

 » Je ne sais pas comment remercier le gouvernement congolais à travers Madame la Ministre. Elle a réellement fourni d’efforts pour que nous retrouvions la mère patrie. Avec son numéro qui n’est plus secret, nous l’avons beaucoup dérangée et elle était toujours disponible pour nous. En direction d’Abed Hachour, j’exprime aussi toute ma gratitude. C’est un homme qui n’a pas accepter nous voir trainer loin du pays et il a réagi en mettant les moyens pour que nous atterrissions aujourd’hui à N’Djili. Que Dieu le fasse prosperer davantage » , a déclaré une congolaise rapatriée.

Toujours humble même quand il pose des gestes grandioses comme celui de rapatriement de ces compatriotes, l’homme d’affaire congolo-libanais a remercié Madame la ministre pour la confiance lui témoignée.

 » Je remercie Madame la Ministre de affaires étrangères pour la confiance. Comme on dit, le projet est réalisé. Je remercie aussi le peuple congolais pour la confiance. C’était un rêve de voir mes frères et sœurs rentrer au pays, je l’ai réalisé. Madame la ministre a dit nous sommes là pour soutenir la vision du Chef de l’Etat. Ce pays nous a tout donné et pendant les temps difficiles nous devons manifester notre solidarité envers le pays » a déclaré Abed Hachur.

JAM 

 

 

 

Cardinal Fridolin Ambongo : «la coalition au pouvoir a perdu sa raison d’être et doit logiquement disparaître»

0

Il n’est pas du genre à caresser le lion dans le sens de ses poils. Il n’a nullement sa langue en poche et quand il parle, le ton a toujours été sec, direct, offensif et critique. Pour son discours de 60 ans d’indépendance de la RDC, l’archevêque de Kinshasa n’est pas allé par le dot de la cuillère. Le Cardinal Fridolin Ambongo a été très virulent face à la classe politique congolaise particulièrement la coalition au pouvoir qu’il pense qu’elle devrait disparaître.

«la coalition au pouvoir a perdu sa raison d’être et doit logiquement disparaitre» a lâché le prélat catholique. Pour cet homme de Dieu, la coalition est responsable des manœuvres qui bloquent la bonne évolution des institutions du pays et contraint la population dans la misère.

Pour l’archevêque de Kinshasa, la coalition, sachant comment elle a accédé au pouvoir, ne devrait pas ignorer la priorité celle de mettre les intérêts de la population au centre pour faire avancer le pays.

«On accède au pouvoir au Congo par la force, par la guerre, la ruse et par la fraude et en installant un système égotiste dans la gestion de la chose publique au lieu de promouvoir le bien être commun du peuple congolais à qui on estime qu’on a aucun compte à rendre parce que ce n’est pas par lui que je suis arrivé au pouvoir»dit l’Archèvque.

Plus direct et sec que son prédécesseur le Cardinal Laurent Mosengwo, Fridolin Ambongo a présenté le tableau sombre de la situation sécuritaire du pays avec  neuf pays, est à ce jour assiégé par presque tous dans les parties frontalières. L’archevêque stigmatise ainsi le rôle ambiguë de certaines personnalités tant politiques que militaires qui contribuent à cette situation notamment à l’est du pays.

Le prince de l’église a par ailleurs été très critique vis-à-vis de la présidente de l’assemblée nationale Jeannine Mabunda qui, selon lui, joue en faveur de la loi Minaku et Mbata alors que les églises catholique et protestantes y compris le peuple congolais n’en veulent pas. Fridolin Ambongo estime que les jours à venir seront difficiles et il a demandé au peuple de se préparer pour des marches.

 

Rédaction

60 ans d’indépendace : Le Chef de l’Etat pourrait élever Joseph Kasa-Vubu au rang de Héros national

0

Le Chef de l’Etat s’adresse à la nation ce soir à l’occasion de 60 ans d’indépendance . Selon certaines sources, Félix Tshisekedi pourrait élever le premier président de l’histoire du pays au rand des héros nationaux. Une reconnaissance à cet homme d’une intégrité singulière qui a eu à diriger le pays dès son accession à l’indépendance qui cependant semble être oublié.

Pour le peuple Nékongo, ce sera un geste inoubliable que le Chef de l’Etat poserait envers ce peuple, mais aussi de toute la nation en général. Né en 1913, Joseph-Kasa-Vubu fait partie des pionnier de l’indépendance du Congo obtenue en 1960. Cet ancien séminariste, qui se verse dans la lutte pour l’indépendance du Congo sera élu président de la République à l’issue des élections générales organisées avant l’indépendance. Il dirige le pays pour 5 ans sous des multiples crises qui ont vu son pouvoir diluer par l’armée du colonel Mobutu qui finira par monter un coup d’état le 24 novembre 1965.

Joseph Kasa-Vubu, effacé de la scène politique, est mort le 24 mars 1969.

Rédaction

RDC/Situation politique tendue : Une rencontre Tshisekedi-Kabila ce week-end

0

A quelques jours seulement du 60ème anniversaire de l’indépendance du pays, la situation politique est davantage tendue. Curieusement, dans ce contexte, ce n’est pas l’opposition qui complique la situation. Bien au contraire, c’est la coalition au pouvoir qui visiblement montre à la face du monde que c’est un mariage de circonstance sans un lendemain sûr.

Les derniers événements qui ont conduit aux violences avec des casses et pillages des certains domiciles des membres du front commun pour le Congo par les militants présumés de l’Udps, et les discours au ton secs qui s’en sont suivi en est une illustration.

Comme cela ne suffisait pas, un autre incident a été enregistré. Selon nos sources à la présidence de la République, lors du conseil des ministres de ce vendredi, le Chef de l’Etat, était si furieux d’apprendre que le VPM en charge de la justice Célestin Tunda Ya Kasenda, avait déjà envoyé à l’assemblée national, un document sur l’avis du gouvernement concernant les projets des lois Minaku-Sakata qui sont à la base des troubles ces derniers jours.

Dans le souci de préserver la bonne marche du pays, certains pays africains ont pris l’initiative de nouer contact avec les deux chefs des familles politiques en coalition à savoir Félix Tshisekedi et Joseph Kabila. Le Kenya,serait donc l’un de ces pays engagés dans cette initiative.

Selon nos contacts, sauf changement de dernière minute, le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi et son prédécesseur Joseph Kabila vont se rencontrer si pas ce samedi 27, dimanche 28 juin. «Cette rencontre pourra apaiser les esprits dans les deux camps, car nous devons le dire, une entente entre ces deux personnalités et plus que tous les débats que nous faisons que ce soient dans nos salons politiques que dans l’hémicycle’» nous a laissé entendre un membre influent de la scène politique qui a requit l’anonymat.

 

Rédaction

 

 

Manifestations Udps: Le FCC promet des réponses proportionnelles aux faits

0

Coup de colère exprimé par Néhémie Mwilanya Wilondja au cours d’un point de presse tenu dans l’après midi de mercredi 24 juin. Trop c’est trop, tonne le coordonnateur du FCC en réaction aux actes posés par les supposés combattants de l’Udps qui ont manifesté pour réclamer le retrait des propositions de loi-organique co-initiées par les députés Minaku et Sakata sur les réformes judiciaires. 

Une manifestation qui a débordé car, plusieurs cadres du Front Commun pour le Congo ont vu leur domicile et biens vandalisées. Le comportement des supposés militants du parti au pouvoir est qualifié d’une situation qui a agacé, inquiété et choqué les bonnes consciences. 

Néhémie Mwilanya condamne et dénonce de la manière la plus ferme et énergique tous les actes prémédité des violences physiques dont font l’objet les cadres du FCC. Le professeur Mwilanya, note que les responsables de cette situation ne sont pas inconnus et que le FCC va y réserver des réponses proportionnelles à la gravité des faits. 

«Les responsables de ces actes ne sont pas à chercher. Ces actes touchent l’institution parlement depuis déjà quelques jours et ont  empêché les élus du peuple de siéger et deviennent récurrents. Ces militants empêchent les députés et sénateurs de faire leur travail pour lequel ils ont été élus par le peuple souverain au premier degré et au second degré, trop c’est trop. Le FCC réservera des réponses proportionnelles à la gravité des faits au plan tant judiciaire, parlementaire que politique.»

Pour le professeur, honorable Néhémie Mwilanya Wilondja, la famille politique de Joseph Kabila, ne peut accepter que le pays fasse un retour en arrière en matière démocratique pour laisser cour à la pensée unique qui a montré ses limite dans le passé. Le Front Commun pour le Congo, a donc consenti assez des sacrifices pour une alternance pacifique du pouvoir, et cet acquis doit être défendu.

«le FCC qui a consenti tous les sacrifices et imaginable même inimaginable à travers des concessions politique et de privation personnelle de son leader qui a été reconnu aujourd’hui comme le père de l’alternance du pouvoir pacifique» a souligné le cordonateur du FCC.

 

La Rédation

Justice/ les DG de l’OVD et FONER écopent chacun de trois ans des travaux forcés

0

La justice congolaise vient de condamner Benjamin Wenga et Fulgence Bamaros respectivement DG de l’OVD et du FONER à trois ans de travaux forcés et Un an de travaux forcés pour le patron de la SOCOC.

Le ministère a dans sa motivation reconnu ces derniers coupables dans le détournement des fonds alloués à la construction des routes dans les villes de Goma et Bukavu.

Comme caution à verser , chacun des condamnés devra payer 10 millions de dollars après avoir purger la peine pour recouvrir la liberté .

Faustin Kalenga

Projet de loi Minaku/Sakata : Les magistrats en assemblée générale extraordinaire

0

Tous les magistrats présents à Kinshasa sont convoqués en Assemblée Générale extraordinaire ce mercredi 24 juin 2020 à 13 heures en la grande salle d’audience de la Cour d’Appel de Kinshasa-Matete à Limete.

Cette convocation des magistrats fait visiblement suite au tollé général causé par la proposition de loi à la chambre basse du parlement par les députés nationaux FCC Aubin Minaku et Garry Sakata qui visent à revisiter le pouvoir accordé par la constitution au conseil supérieur de la magistrature.

Selon le communiqué publié , une pétition contre cette loi en cours pourrait être initiée et sera à la portée de tous les magistrats se trouvant sur l’ensemble du territoire national.

Selon un magistrat qui a requis l’anonymat , cette Assemblée Générale Extraordinaire vise à récolter les signatures pour les déposer sur la table de Félix Tshisekedi , au cours d’une réception qui sera organisée à la citée de l’UA dans les prochains jours.

Faustin Kalenga.

RDC:Ouverture de la conférence panafricaine sur le Grand Inga et Hydroelectrite en RDC

0

Le Chef de l’État, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, vient de lancer les travaux de la Conférence Panafricaine sur le Grand Inga et l’Hydroélectricité en République Démocratique du Congo.

Cette rencontre va regrouper des experts de plusieurs pays africains et se fait en visioconférences sous forme d’une conférence . Du 22 au 29 juin, les experts vont s’atteler à préparer la grande conférence de chefs d’État, prévue de Septembre ou Octobre 2020, en tenant compte de l’évolution de la situation de la Pandémie du Covid 19.

Dans son discours , le chef a entre autres mise en exergue quelques objectifs dont;

– Présenter les opportunités actuelles et futures du projet Grand Inga et d’autres activités d’investissement.

– Encourager des appels à manifestation d’intérêts de la part des participants pour l’achat de l’énergie.

– Encourager un dialogue approfondi et une collaboration d’investissement entre les entrepreneurs publics et privés.

– Présenter un aperçu de l’état actuel de la coopération et intégration régionale et continentale.

-Favoriser une entente des avantages et des opportunités d’une coopération régionale forte.

– Des recommandations concrètes pour renforcer et élaborer la feuille de route vers des investissements innovants

– Recommander un cadre de base pour guider le RDC dans la préparation d’une conférence de chefs d’États africains.

Le Rdv est donc fixé en Septembre ou Octobre 2020.

( *Presse Présidentielle*)

RDC:Les nouveaux dirigeants de l’ARPTC ont été installés ce lundi

0

Nommés par ordonnance le 20 mai dernier, les nouveaux membres du collège des conseillers de l’Autorité de Régulation de la Poste et de Télécommunications du Congo ( ARPTC) ont été installés ce lundi à l’issue d’une double cérémonie.

Conformément à la volonté du législateur, les nouveaux dirigeants de cet organe technique du gouvernement ont prêté serment, à tour de rôle, devant les membres du Conseil d’État , leur juge naturel .

Dans une brève audience solennelle et publique présidée par le premier président du Conseil d’État Vundwawe Te Pemako, cette juridiction a reçu le serment de Christian KATENDE ( Président), Lydie OMANGA ( Vice Présidente), Gauthier KAMASHI et ilunga Bruno ( conseillers).

Seul le conseiller Alain MUSHIDI, bloqué à l’étranger faute de moyens de transport aérien, n’a pas pris part à cette cérémonie.

En début d’après-midi, les heureux promus ont pris possession de leurs bureaux au siège social de l’ARPTC à l’Immeuble 11 13 boulevard du 30 juin à Gombe après la cérémonie de remise- reprise.

L’equipe sortante conduite par Odon KASINDI a passé le relais au Collège Christian MUKENDI devant le ministre des PT-NTIC Frédéric Kibassa et quelques conseillers principaux du Chef de l’Etat.

Dans sa brève allocution, Odon KASINDI a rappelé les efforts menés par son équipe dans son secteur notamment la gestion des licences 3G et 4G.

De son côté, le nouveau président du collège Christian KATENDE a promis de poursuivre dans la même lancée afin de matérialiser la volonté du Chef de l’Etat et sauvegarder les intérêts de l’Etat.
Il a aussi promi une bonne collaboration avec ses autorités tutélaires.

Créée en 2002, l’ARPTC est chargée de veiller au respect des lois, reglements et conventions en matière de poste et télécommunications et suggérer toute modification législative et réglementaire en la matière.

Elle est sous une double tutelle : la présidence de la république et ministre des PT-NTIC.

Presse présidentielle

RDC:Clément Kwete bloque malicieusement l’installation des nouveaux mandataires

0

Le ministre du portefeuille Clement Kwete a signifié aux directeurs ai des entreprises publiques de l’État de continuer avec leurs services jusqu’à nouvel. Il s’agit de la RVA , LMC, CADECO et la SCPT.

Dans sa correspondance du 19juin dernier , le patron du portefeuille congolais a évoqué les raisons liées à l’état d’urgence et au mesures sanitaires édictées par les autorités.

Une situation qui selon plusieurs observateurs, ne se justifie pas quand on considère que le ministre des finances , dans les mêmes conditions , a déjà procédé à l’installation du nouveau DG à la DGI et autres établissements liés à son pouvoir.

Selon nos sources proches de la présidence , ce blocage que veut tenter le ministre Kwete membre du FCC cacherait un agenda qui pourrait être dévoilé après vérification déjà en cours. La même source confirme que les raisons de gestes barrières recommandés par les autorités sanitaires ne peuvent pas empêcher la continuité de l’État. Les conseils des ministres qui se tiennent régulièrement par vidéo conférence, en est une illustration.

Pour rappel , il y a une annéé depuis le 3 juin qu’un autre ministre du FCC avait bloqué la notification des mandataires nommés à la SNCC et La GECAMINES.

Faustin Kalenga.

Verdict Procès 100 jours: La coalition CACH doit exister même sans Kamerhe

0

La condamnation de Vital Kamerhe à 20 ans de prison peut-elle oui ou non impacter la coalition CACH? C’est la question que plus d’un congolais se posent depuis que le verdict du procès Kamerhe est tombé. Si à l’Union pour la Nation Congolaise ( UNC) les avis divergent, pour les proches de Félix Tshisekedi , la coalition doit certes continuer à exister comme le chef de l’État l’avait annoncé aux membres de l’UNC après l’interpellation de leur leader par la justice. Cela est d’ailleurs concrétisé par la nomination il y a peu des mandataires proches de Vital Kamerhe dans les entreprises publiques, précise l’ancien conseiller juridique de Félix Tshisekedi.

«Vital est certes l’acteur politique majeur et influent de la coalition mais il est hors jeu. Son parti, comme le MLC après l’arrestation de Jean-Pierre BEMBA, doit plutôt se pencher sur le mécanisme de son remplacement. La politique étant dynamique, les accords comme partout au monde ne doivent pas s’identifier à des individus mais par contre aux principes qui doivent régir ces individus pour contribuer à la construction de l’édifice qu’est l’ État de droit tel que prôné et impulsé par le chef de l’État Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo» précise t’il .

Dans la foulée , Benjamin BAJIKIJAIE, avocat de son État, dénonce l’attitude « mobutienne  » de ceux qui estiment que la condamnation de Vital Kamerhe serait un danger de la « congolisation », allusion faite au tweet du professeur Florentin MOKONDA BONZA. Pour l’ancien conseiller juridique de Félix Tshisekedi, le procès Kamerhe aura revêtu une dimension de dissuasion générale. Il faudra donc mettre de côté toute dose politique, renchérit-il. L’UNC devra vite réarmer son moral et penser à l’avenir, tout en sachant que la politique est dynamique, conclut-il .

Faustin Kalenga

Affaire 100 jours : Les derniers mots de Tshisekedi à son directeur de cabinet

0
Vital Kamerhe (L), leader of the Union for the Congolese Nation (UNC) party and Felix Tshisekedi, leader of Congolese main opposition, the Union for Democracy and Social Progress (UDPS) party, embrace at a news conference ahead of the Presidential elections in the Democratic Republic of Congo, in Nairobi, Kenya November 23, 2018. REUTERS/Baz Ratner

Samedi 20 juin, une date historique qui restera gravée dans la mémoire collective en République Démocratique du Congo. C’est en effet aujourd’hui, que la cour rendra son verdict dans l’affaire dite 100 jours qui oppose le ministère public à l’homme d’affaire libanais Samit Jammal et ses coaccusés Vital Kamerhe, le jusqu’à présent directeur de cabinet du Chef de l’Etat et Muhima, chef des services import et export à la présidence de la République.

Depuis le début de l’instruction de cette affaire, le Chef de l’Etat a gardé silence laissant cours libre aux interprétations dans un sens comme dans un autre. Certains pensent que Félix Tshisekedi a laissé faire pour éliminer un collaborateur qui au regard des accords de Nairobi, serait candidat à la présidentielle de 2023. D’autres par contre, estiment que, Félix Tshisekedi se tient à son engagement de faire de la justice la clé pour un état de droits que tous avons toujours rêvé.

La population se demande quel serait l’atmosphère qui a prévalu entre les deux personnalités avant l’arrestation du Directeur de cabinet le 08 avril 2020. De nos sources, les deux personnalités s’étaient longuement entretenues sur la question. A la veille de son arrestation encore, le couple Kamerhe, est apparu à la résidence du Chef de l’Etat à la cité de l’UA. Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe ont abordé le sujet. Cette fois-ci le directeur de cabinet du Chef de l’Etat aurait  parlé de l’invitation du procureur.  » Excellence, le procureur a corrigé les erreurs contenues dans l’invitation. je suis disposé à y répondre demain ».

Fatshi s’est montré sceptique suggérant à son directeur de se faire représenter par ses avocats. Vital kamerhe a été si convainquant qu’il finira par persuader le Président de la République qui l’encouragea.

 » Alors Je vous encourage Vital. vous savez ce que nous voulons faire de ce pays », aurait  dit le Chef de l’Etat à son collaborateur et allié.

Au delà de tout, l’avenir politique du principal allié de Félix Tshisekedi se décide aujourd’hui dans ce procès pour lequel le ministère public a requis entre autre 20 ans de prison et des travaux forcés. Tout appartient ainsi aux juges qui ont opposé un refus catégorique de transféré le dossier de Vital Kamerhe à la cour constitutionnelle comme demandé par cette instance.

Rédaction

 

 

Violences pré-électorales/ Félix Tshisekedi a oublié ses promesses, accuse l’Amnesty Internationale

0

Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi ne bénéficie pas d’une bonne note de la part de l’Amnesty International qui l’accuse de ne pas faire assez pour rendre justice aux victimes des répressions qui ont caractérisé les différentes manifestations pré-électorales.

La crise pré-électorale qui a secoué le pays en janvier 2015 et décembre 2016 ont causé des pertes en vies humaines dans le camp des manifestants dont Rossy Mukendi, Rose Kapangala, pour ne citer que ceux-là, devrait faire l’objet d’une enquête pour éclairer l’opinion des circonstances exactes de ces assassinats.

Plus de 15 mois apès son investiture, aucune démarche n’est engagée dans le sens de chercher à étale la vérité sur cette affaire et rendre justice aux victimes, alors que le candidat du Cap pour le Changement , s’était engagé pendant sa campagne électorale de s’y investir une fois accédé à la magistrature suprême. le président Tshisekedi “n’a rien fait pour que des enquêtes soient menées sur la mort d’au moins 320 personnes tuées lors des manifestations survenues entre 2015 et 2018”, accuse Amnesty dans un rapport publié ce mardi 16 juin.

La Rédaction

AFFAIRE 100 JOURS/ La justice française saisie pour enquêter sur les immobiliers du couple Kamerhe en France

0

Alors que les congolais s’attendent ce samedi 20 juin au verdict de l’affaire de 100 jours du programme du Chef de l’Etat, les enquêtes pour avoir des preuves concrètes des avoirs de directeur de cabinet du Chef de l’Etat, principal accusé dans cette affaire sont menées au delà des frontières congolaise. Selon le magazine Africa Intelligence, la justice congolaise a saisi celle de la France pour faciliter ces enquêtes sur le territoire français où Vital Kamerhe et son épouse disposeraient quelques immobiliers.

 » Le bureau du procureur près la cour d’appel de Kinshasa Matete, qui a instruit l’enquête sur le détournement des fonds dont est soupçonné le directeur de cabinet du Chef de l’Etat vient d’envoyer une commission rogatoire à la justice française, d’après les informations d’Africa Intelligence. Celle-ci vise à obtenir les détails des biens immobilières détenus dans l’Hexagone par Vital Kamerhe », écrit ce magazine.

Vital Kamerhe qui a lui-même avouer disposer avoir un immobilier en France, disposerait plus que ce qui a été décrit devant les juges. Ce qui justifie la démarche de la justice congolaise.

 » Le procureur Kisula Betika Yeye Adler soupçonne Vital Kamerhe d’avoir acquis en 2019 3 résidences en Maulle Orgeval et Poissy dans le département de Yvelines, d’après contrat signé le 06 juillet 2019. Vital Kamerhe et son épouse ont déboursé 1.249.668 euros pour faire équiper et renové par l’entreprise de décoration d’intérieur Bertrand Prestige, une maison de 300m2 à Maule », note Africa Intelligence.

La Rédaction

 

Kinshasa dans l’attente de l’annonce du déconfinement de la commune de Gombe

0

Le déconfinement de la commune de Gombe sera annoncé ce mardi 16 juin par l’autorité urbaine, à en croire les sources proches de l’hôtel de ville. L’annonce tant attendue n’a donc pas été faite le lundi comme initialement prévue. Le déconfinement de la commune de Gombe en quarantaine depuis le 10 avril, pour limiter la propagation de la pandémie de coronavirus, a porté un coup dur sur l’économie congolaise, d’autant plus que cette commune est le centre de grandes activités de la capitale et même de l’ensemble du pays.

Cependant, le décofinement de cette commune ne concernera pas le marché central qui selon l’hôtel de ville, restera fermé. Soulignons que le marché central qui devrait connaitre des travaux de réaménagement afin de donner à ce centre commercial des conditions requises, est au centre d’une polémique entre le Vice-premier ministre en charge de l’intérieur Gilbert Kankonde et le gouverneur de la ville Gentiny Ngobila.

La Rédaction

 

Requête de JM Kabund : la cour constitutionnelle se prononce ce mardi

0

L’ audience de la cour constitutionnelle sur la requête déposée par Jean- Marc Kabund en annulation de la décision de la plénière sur sa d’échéance devra avoir lieu le mardi 16 juin 2020, selon des sources proches de la justice .

La haute cour devait donc siéger pour statuer à ce sujet. Dans sa requête, le président intérimaire de l’ UDPS dénonce la violation des droits et libertés fondamentales .

Pour rappel , Jean-Marc a eu raison au niveau du Conseil d’État face aux juges de la chambre basse. Cette décision pourrait donc tirer les choses au clair .

Faustin Kalenga

Kisangani paralysé par la manifestation des motards

0

La ville de Kisangani a été sous agitation ce lundi suite aux manifestations des motards.

Les motards qui tiennent le transport de la ville ont manifesté contre la fermeture durant deux jours des stations de carburants privées qui appartiennent dans la plupart aux sujets somaliens.

A la réouverture de quelques unes de ces stations, l’on a constaté une hausse du prix.

Un litre d’ essence qui coûtait 1600-1800fc ,se vend actuellement 2500- 3000fc. Les tenants de ces stations se justifient par le fait que le gouvernement provinciale de la Tshopo leur fait payer les taxes très exorbitants.

Les motards se sont rassemblés dans les grands ronds points de la ville ( rond point du canon ,de cinquantenaire…)place de martyrs ,devant la grande poste de Kisangani, pour réclamer la réduction de prix de carburant , en chantant ,en empêchant les autres motards de travailler et prévoient un sit in au gouvernorat.

Cette hausse de carburant impacte les prix sur le marché. Entre-temps le prix des sont majorées de 500 à 800 francs congolais.

Annie Bosuandole.
Depuis Kisangani

Ass.Nat / clôture de la session reportée à cause de l’état d’urgence

0

Il n’y aura pas clôture de la session de mars ce lundi 15 Mars 2020 comme prévu annonce le communiqué de la chambre basse du parlement signé par le rapporteur Célestin musao.

 » l’Assemblée nationale informe les honorables députés qu’il n’y aura pas clôture de la session initialement prévue ce 15 jour conformément à l’article 115 de la constitution. Vu l’état d’urgence , et conformément à l’article 144 de la constitution alinéa 3 cette clôture est reportée à une date ultérieure  » note le communiqué.

C’est depuis le 28 mars que le chef de l’État a décrété l’état d’urgence à cause du Corona virus qui a perturbé le fonctionnement normal des institutions et cet état d’urgence a été prorogé 4 fois par le parlement .

Faustin Kalenga

Kinshasa : Déconfinement de Gombe, tout se décide au courant de la semaine, dixit le général Sylvain Kasongo

0

Le commissaire général de la police privinciale de kinshasa le générale Sylvano Kasongo dément toutes les rumeurs selon lesquelles le déconfinement de la Gombe est prévue pour ce lundi. Il rassure cependant qu’une réunion pour tabler sur la question interviendra au courant de la semaine avec les autorités de la ville et autres responsables impliqués dans la riposte.

Sylvano Kasongo rappelle toutefois que le port de macarons et autres demeurent de stricte rigueur avant d’accéder à Gombe. Ce haut-commissaire de la police souligne qu’à l’issue de la réunion un communiqué sera fait par l’autorité urbaine.

Confinée depuis deux mois presque la commune de la Gombe n’ est plus l’ épicentre de la maladie à corona virus depuis quelques temps déjà. Les habitants de cette municipalité déplorent le prolongement du confinement de leur commune dont les raisons ne sont plus valables .

Benedicte Kamoni

Conseil des ministres : Sur ordre duChef de l’État, le gouvernement va acheter la villa de Papa Wemba

0

Le Chef de l’État Félix Tshisekedi veut honorer autrement la mémoire de Papa Wemba

Au cours du  conseil des ministres de vendredi 12 juin tenu présidé en vidéo conférence par le Président de la Républiqueque le président de la République, Félix Tshisekedi a instruit le gouvernement a honorer la mémoire de papa Wemba en achetant sa villa de macampagne qui est mise en vente depuis quelques jours .

 » En considération de l’ « aura » de papa Wemba , le chef de l’Éat a engagé le gouvernement d’examiner dans un bref délai la possibilité de racheter pour le compte de l’État sa résidence ainsi mise en vente et d’en faire un musée où sera installé un studio d’enregistrement  » précise le compte rendu.

Pour rappel, c’est depuis Paris que la veuve Wemba ( Amazone) avait annoncé la mise en vente de la résidence de son défunt mari succombé en plein spectacle en Abidjan  il y a 4 ans..

Faustin Kalenga

Élection du candidat président de la CENI : la vérité f’Africa News…et de Jérôme Bonso

0

Comme à l’accoutumée, l’élection du candidat président de la CENI a suscité beaucoup de passion. Difficile de faire la part du vrai et de l’ivraie quand on sait que dans ce genre de contexte, chacun tire le drap de son côté.

Dans la foule d’opinions qui ont suivi l’élection de Ronsard Malonda comme candidat président de la centrale électorale congolaise, deux publications donnent le contour de cette opération complexe. Comme deux faces d’une même réalité, un article du très sérieux Africa News et une tribune de l’expert en questions électorale, Jérôme BONSO font toute la lumière sur cette élection.

Dans une tribune publiée ce vendredi 12 juin sur les réseaux sociaux, Jérôme Bonso, expert en questions électorales de renommée, s’en prend rageusement aux confessions religieuses considérant qu’elles n’étaient « plus crédibles et doivent se désengager de la désignation du président de la CENI ».

Candidatà ce poste, le président de la Linelit, retrace la procédure approuvée par toutes les confessions religieuses en vue de la désignation du candidat président de la CENI. « Mise sur pied du comité de réception et sélection des candidatures par les confessions religieuses. Réception des 26 candidatures.

Après sélection, six candidatures sont retenues ». Ce qui correspond à une narration faite par Africa News dans sa publication datée 12 juin. Sauf que lorsqu’il fallut passer de 6 candidats à 3, Jérôme Bonso est resté sur le carreau. Oubliant son fair-play légendaire, il justifie son élimination par un argument subjectif qu’un féru de démocratie comme lui n’aurait pas dû évoquer dans une démocratie fragile comme celle de la RDC.

Qu’à cela ne tienne, Africa News renseigne dans sa « vérité simplifiée » que « Dénis Kadima, Sylvain Lumu, Jérôme Bonso, Ronsard Malonda, Eale Bosela et Cyrille Ebotoko. Un deuxième tamisage a permis de rester avec 3 candidats: Cyrille Ebotoko, neveu du Cardinal Ambongo, pour l’Eglise Catholique au Congo, Révérend Eale Bosela, pour l’ECC et Ronsard Malonda, secrétaire exécutif de la CENI porté par l’Eglise Kimbanguiste et les autres ».

Al’heure qu’il est, le confrère est certainement au courant que Ronsard Malonda est un catholique pratiquant. Formé dans des bonnes écoles catholiques au Kongo Central, Malonda Ngimbi n’a jamais ménagé son effort quand il s’est agi de la cause de l’église catholique.

En fait, la CIME, qui est l’organe technique de la plateforme des confessions religieuses est présidée par l’église Kimbanguiste depuis plus de 6 ans. Partie de la CIME depuis les élections de 2018, l’église catholique ne prenait plus part aux réunions. Mais très souvent, lorsqu’il fallait rendre compte de ses cogitations à la plate-forme des confessions religieuses, le président de la CIME était logiquement le porte-parole de cet organe technique qui avait reçu la candidature de Ronsard Malonda. Voilà d’où est partie cette interprétation.

Revenons à Africa News qui révèle avec précision qu’après « les journées de lundi 8 et mardi 9 consacrées au choix du délégué des Confessions religieuses à la tête de la CENI, ayant d’ailleurs abouti, comme à l’accoutumée, à un manque de consensus entre les 8 Confessions religieuses de la RD-Congo, la Conférence épiscopale nationale du Congo CENCO/Catholique et l’Eglise du Christ au Congo -ECC-, ont fait le choix de miser sur la désinformation et de jeter le discrédit sur leurs collègues des autres Confessions religieuses ».

Ce qui est corroboré par Jérôme BONSO qui déclare dans sa tribune que « les deux chefs des confessions religieuses originaires d’une même province ont présenté sans tergiverser les deux candidats issus de leur propre province comme si l’expertise électorale appartient seulement à leur province et que leurs deux églises sont bien célébrées que dans d’autres provinces ».

Triste constat qui amène Africa News à se poser une question non moins pertinente, « par quel miracle le tandem Catholique-ECC aurait-il pu remporter une élection face à un groupe compact de six Confessions religieuses? ».Selon un modus operandi convenu par les princes de l’église quant à la désignation du candidat président de la CENI, lorsque le consensus n’est pas obtenu, il faut passer au vote. C’est bien de ce vote qu’est sorti Ronsard Malonda avec 6 voix contre 8.

Ladémocratie est simplement la loi du grand nombre. La règle du jeu ne peut être changée en cours de jeu. Ce qui est aussi valable pour la conclusion de de la tribune de Jerome Bonso selon laquelle « les élections de 2023 seraient hypothétiques si les confessions religieuses ne se désengagent pas dans le processus de désignation du Président de la CENI…»,car le président de la Linelit n’est pas non plus sans savoir que la loi organique de la CENI, qu’il devrait certainement bien maitriser ,indique à son article 1er que « la CENI est composée de treize membres désignés par les forces politiques de l’Assemblée Nationale à raison de six délégués dont deux femmes par la Majorité et de quatre dont une femme par l’Opposition politique.

La Société Civile y est représentée par trois délégués issus respectivement de ; 1. Confessions religieuses ; 2. Organisations féminines de défense des droits de la femme ; 3. Organisation d’éducation civique et électorale » …Dura Lex sed lex

La rédaction

Membre non permanent du Conseil de sécurité : le Kenya lance la campagne pour sa candidature

0

Le Kenya est le candidat pour l’Afrique an Conseil de Sécurité pour l’exercice 2021-2022. C’est dans cette optique que l’ambassadeur de ce pays en République Démocratique du Congo a lancé la campagne pour l’élection de son pays à ce poste stratégique des Nations-Unies. Dans son adresse devant la presse ce vendredi 12 juin, l’ambassadeur George Masafu a vanté les qualités et potentialités que regorge son pays. ‘’

‘’ Le Kenya a le privilège d’être le candidat de l’Afrique pour un siège non permanent au Conseil de sécurité des Nations unies. Nous acceptons cette haute vocation avec gratitude et un profond sens de l’objectif

Nous pensons que notre expérience, nos capacités et nos connaissances nous mettent en bonne position pour apporter une contribution précieuse au Conseil de sécurité des Nations unies dans l’exécution de son mandat, qui est de garantir la paix et la sécurité internationales. Nous reconnaissons la grande responsabilité qui accompagne ce poste, mais nous assurons que le Kenya servira et défendra fidèlement les intérêts de l’Afrique, dans le cadre de son engagement envers l’Afrique, notre mère patrie, et envers le panafricanisme’’ a déclaré le diplomate Kenyan.

Le Kenya, compte sur le soutien inconditionnel de la République Démocratique du Congo pays avec lequel il entretient des relations très étroites, surtout avec le nouveau régime dont la création de la coalition ‘’ le Cap pour le Changement’’ a été créé sur son sol. Uhuru Kenyatta et Félix Tshisekedi sont ainsi très liés et se sont témoigné mutuellement amitiés profondes.

Bien que déjà désigné par l’Union Africaine, le pays de Uhuru Kenyatta a lancé la campagne dans tous les pays où se trouve sa représentation à travers le monde. Représenté le continent au Conseil de Sécurité des Nations-Unies est une lourde responsabilité dans un contexte où, le continent noir peine encore a assoire sa stabilité tant politique que économique.

JAM

 

BURUNDI : l’Après NKURUNZINZA, une équation à mille inconnues

0

Jusqu’ici, le processus électoral burundais cheminait vers une passation pacifique et civilisée du pouvoir.

Apres l’élection fin mai du général Evariste Ndahishimiye à la présidence de la république, il ne restait plus que la grande cérémonie en août prochain de son installation au Palais présidentiel baptisé  » Maison blanche » nouvellement construit par Pierre NKURUNZIZA.

La brutale disparition du Guide Suprême et Éternel du patriotisme ( titre honorifique accordé à PN) plonge le pays dans une psychose d’incertitude pour plusieurs raisons.

Qui va diriger le pays jusqu’au mois d’août et quel rôle peut jouer l’armée pendant cette période ? Autant des questions que se posent les bujanais.

Selon l’article 121 de la constitution de
2018 du Burundi, en cas
d’absence temporaire du président de la république, c’est le vice-président qui assume la gestion des affaires courantes.
En cas de décès , précise la constitution, c’est le président de l’assemblée nationale qui le remplace .

Pierre NKURUNZIZA mort, c’est en principe à Pascal NYABENDA , le président de l’Assemblée Nationale, d’occuper le fauteuil présidentiel jusqu’à l’investiture du général-président.

Selon toute vraisemblance, il est difficilement imaginable que les généraux acceptent un civil même pour un règne temporaire.

Dans les rues de Buja, on pense que la mission est difficile lorsqu’ on sait que le civil Nyabenda est celui que les généraux avaient rejeté en bloc lorsque Pierre NKURUNZIZA lui-même avait essayé de le présenter comme son successeur quand les autres voulaient un des leurs à savoir le général Evariste Ndayishimiye.

Dans cette atmosphère, peut-on craindre un coup d’État ? Tout est possible lorsqu’on sait que les velléités ont toujours été là. Pas évident, selon un diplomate basé à Bujumbura.

D’abord pcq l’homme fort de l’armée, le général NIYONGABO veille au grain et tient tout le monde à l’oeil. Il est hors de question de remettre aux civils le pouvoir que l’armée a gagné par la voie des urnes.

Ce haut gradé présenté comme celui qui a le plus de moyens pour prendre le pouvoir est , en effet, le parrain de Evariste Ndayishimiye. C’est lui qui l’a présenté comme dauphin de Pierre NKURUNZIZA.

Pour l’instant, les rues de Buja sont sous une forte surveillance policière depuis l’organisation des élections de mai 2020.

Dans les milieux diplomatiques, on suivait de très près l’état de santé de santé de la famille NKURUNZIZA mais au sein de l’opinion rien n’a filtré jusqu’à l’annonce de ce mardi qui sonne comme un couperet.

Les hommes en uniforme semblent être loin des événements mais ils ont un rôle non moins important à jouer. A tout moment, l’armée peut imposer sa loi.

Les troupes API ( appui à la protection des institutions ) et les unités combattantes burundaise ne sont pas entrées en activité.

Tous les pays de la sous région suivent également de très près la situation au Burundi pour des raisons bien évidentes.

Les conditions du décès de Pierre NKURUNZIZA, 55 ans , n’étant pas encore élucidées, il est à craindre une réaction épidermique des imbonerakure, ces professionnels de guerre disséminées dans la brousse.

Toutes les forces hostiles au régime de Pierre NKURUNZIZA sont aussi à surveiller étroitement.

Se disant protégé par Dieu , NKURUNZIZA avait chassé les equipes médicales de l’OMS. Ironie du sort, lui et son épouse Denise sont parmi les victimes du Covid.

Le scénario le plus plausible est d’avancer la date de la prise de fonctions du général-président pour tourner la page NKURUNZIZA.

Les jours qui suivent nous edifieront.
V-G Ksm.

Nord-Kivu : Envoi d’une caravane humanitaire

0

Assurance de Sylvestre Ilunga Ilunkamba, Première ministre et du Gouvernement. C’était lors des échanges, lundi 08 juin avec le caucus de députés et sénateurs des provinces d’Ituri et du Nord-Kivu. Échanges qui ont tourné autour de la maladie à virus Ebola ainsi que la crise sanitaire actuelle due à la pandémie de Covid-19, déclarée depuis le 10 mars dernier en République démocratique du Congo.

À en croire les sources proches de la primature, c’est le député Mohindo Nzangi, président dudit caucus, qui a déposé à la table du chef du Gouvernement la somme des difficultés auxquelles font face les populations du Grand nord, parmi lesquelles le drame d’éboulement de la cité de Kasindi, la crise humanitaire due à l’insécurité en ville de Beni.

En repose, Sylvestre Ilunga a confirmé l’envoi dans les tous prochains jours, d’une caravane humanitaire dans les provinces d’Ituri et du Nord-Kivu, afin de soulager les besoins des populations de cette partie du territoire national.

Ont été associés à cette réunion qui a eu lieu à l’hôtel du Gouvernement, les parlementaires membres du caucus et quelques ministères concernés par cette question. Parmi lesquels : le vice-premier ministre de l’Intérieur, le ministre de la Défense nationale et anciens combattants, le vice-ministre de la Santé, le ministre des Affaires Humanitaires, ministre de l’Urbanisme et Habitat ainsi que celui des Ressources Hydrauliques et Électricité.

GHM

Assemblée Nationale : 10 candidats pour remplacer Kabund

0

Ce dimanche à la cité de l’Union Africaine,près de 10 noms ont été déposés sur la table du président de la République et autorité morale de l’UDPS pour remplacer Jean-Marc Kabund-a-Kabund au poste de premier vice président de l’Assemblée Nationale . Parmi ces noms on retient notamment celui de Paul Tshilumbu , André Léon Ntumba , Rémy Massamba , Éric Ngalula Ilunga , Coco Mulongo, etc, confie une source proche du dossier .

Après consultation et analyse Félix Tshisekedi a rassuré les élus du parti présidentiel qu’un seul nom parmi ceux qui lui ont été soumis sera retenu ce lundi au terme de la consultation avec les responsables du parti, a précisé notre source .

Il est donc prévu cet après-midi un bref entretien avec l’exécutif de l’UDPS et le chef de l’État pour une fumée blanche attendue avant 16h.

Faustin Kalenga

Magic Wawina : L’amour avant tout

0

Exclusif

C’est en 2002 qu’elle a vu son étoile commencer à briller. Dans ce monde aussi beau, complexe mais très glissant surtout pour les femmes, journalisme, elle a sû imposer son nom.  Une expérience commencée à la Rtga, une chaîne de télévision privée en RD Congo. Son talent, rapidement repéré, elle rejoindra quelques temps après Raga Tv avant d’être admise à Antenne A puis B One qui marque l’apogée de sa carrière.  A 35 ans d’âge, elle devrait opérer un choix, non pas le moindre entre sa carrière et le mariage, qui cependant ne peut se réaliser qu’à des milliers de kilomètres de son pays.  La magique dame, Wawina Lifoka Judith, mieux connue sous Magic Wawina qui a retrouvé son âme sœur au pays de Donald Trump, a accepté, très volontier,  répondre aux questions de 24 News vision Agency.   

24NewsVisionAgency : Parlez-nous un peu de votre famille, votre enfance 

Magic Wawina : Mon nom c’est Wawina Lifoka Judith. Magic c’est un surnom qui m’a été attribué par un ami , j’avais 19 ans. Cet ami considérait que je suis Magique et je l’ai adopté quand j’ai commencé ma carrière me disant que c’était un nom qui peu bien me vendre. il n’y avait pas un nom Magic dans la presse. Tous mes amis m’appellent comme ça, sauf mes enfants, mon mari et ma mère non plus.

Je suis la 5e d’une famille de  12 enfants. Fille de Paul Wawina décédé et  charlotte encore en vie. J’ai fait mon école maternel à les Bambins dans la commune de Bandalungwa, le primaire à Bosangani Sacré-Cœur, secondaire au Lycée Bolingani à kitambo, puis à Dibwe une école privée à Kingasani. J’ai arrêté les études avant de reprendre comme autodidacte au collège Bosembo Notre Dame de Lingwala, où j’obtiendrai mon diplôme d’état en 2001.

24NewsVisionAgency : Vous avez opté pour le journalisme le métier qui vous a propulsé. Racontez-nous vos premiers pas dans cette aventure.

Magic Wawina : Je dois d’abord avouer que j’ai passé une enfance un peu difficile. Après l’obtention de mon diplôme d’état, je suis allée à l’Ifasic. A 18 ans, j’ai été engrossée, conséquence je peux le dire, de divorce entre mes parents.  Dès ma première année à l’Ifasic j’ai été sollicitée pour un boulot à la Rtg@. Encadrée par Monsieur Suke, que je salue en passant,  j’ai bénéficié de sa formation, j’étais parmi les 1ere personnes à intégrer cette chaîne. Un temps après, avec le concours de Dieudonné Yanguma qui m’a conseillé d’aller dans une chaine plus renommée, je rejoints Raga Tv et y est prestée pendant 3 ans où  le grand public m’a découvert.

Il y a eu des petits couacs, dont je ne me souviens plus, j’ai quitté Raga Tv pour Antenne A. J’ai été bien accueillie  par Jing Nawej, qui m’a confié  l’animation matinale puis A Pluriel pendant 1 an, mais aussi d’autres émissions dont une émission des femmes où je parlais des femmes et leurs activités. c’est par là que j’ai commencé à parler un peu politique. Devenu directeur des info, John Ngombua m’a choisie pour intégrer la rédaction. Je dois reconnaitre que c’était une grande opportunité je devrais bosser avec des grosses pointures, comme Alain Kiuka, Marie Ange Mushobekwa, Solange Kwale. Donc John Ngombua a mis sa pierre dans l’édifice.

En 2012 j’ai créé ma propre structure intitulée Magic sprl. Je publiais un quotidien ‘’ le Guide’’ aussi un magazine dédié à la femme. Puis j’ai quitté Antenne A.

24NewsVisionAgency : des mauvais souvenirs ?

Magic Wawina : Je n’aime pas parler de mauvais souvenirs. Tout ce qui m’arrive dans la vie je considère que c’est une étape qui me permet de franchir un cap. Je me suis alors occupé de ma structure puis on m’a sollicité à la  Rtvs pour animé Magic Love une émission très suivie et Clair et obscur mais qui n’était pas top suivie. J’ai du arrêter pour me pencher beaucoup plus sur mon entreprise.  Quelques temps après, Je serai finalement approché par l’ambassadeur Mutamba, le patron de B One qui me propose d’intégrer B One. Je pensai normalement faire partie de la rédaction pour les informations, hélas non. L’ambassadeur Mutamba me dira ‘’ tu es trop vedette pour présenter le JT, il faut concevoir une émission à toi’’ me dira t-il. C’est alors que j’ai conçu Le Point, cette émission qui m’a propulsée, vendue et m’a donné une belle image de moi.

24NewsVisionAgency : Dans ce parcours tel que décrit, qui sont tes modèles ?

Je suis le modèle de moi-même, mais je dirai que il y a des figures qui m’ont inspirées. Je peux citer Chantal Kanyimbo comme présentatrice  du journal télévisée, Jing Nawej à l’animation.  Certains m’ont aussi aidé à atteindre mes objectifs . Je peux citer John Ngombua,  Jing Nawej, Dieudonné Yangumba, Ambassadeur Mutamba, Françoise Vita, à qui J’exprime ma gratitude.

24NewsVisionAgency : Avec une carrière on dirait flamboyante en RDC, Vous décidez de tout quitter pour les Etats-Unis. Quelle en est l’explication ?

Magic Wawina : En RDC ma carrière marchait bien. J’avais du succès tout allait positif, je gagnais assez bien ma vie en RDC. Mais au-delà de tout ça, une femme peut réussir sa carrière mais aussi longtemps qu’on n’est pas mariée c’est un peu compliqué surtout dans notre culture africaine.  On peut bien réussir sa carrière, on peut bien réussir sa vie mais sans le mariage, c’est comme si tout tombe dans l’eau. Je pensai fonder une famille, il faudrait, il faudrait….. bon c’est vrai que la décision ne m’appartenait pas mais en bonne chrétienne je remettais tout entre les mains de Dieu.

C’était devenu une préoccupation pour moi. Ceux qui me fréquentaient à l’époque s’en rendaient bien compte. Je me disais je me suis battue pour ma carrière j’ai réussie jusqu’à un certain niveau tout allait bien pour moi. Il faudrait fonder ma famille et avoir d’autres enfants. J’étais en train de murir cela et prier en même temps et l’occasion s’est présentée. Oui j’ai trouvé quelqu’un ou quelqu’un m’a trouvé ça dépend…. c’est vice versa  et comme il était aux Etats-Unis,  j’ai commencé à hésiter me disant je vais laisser ma carrière et aller reprendre la vie à zéro aux USA ?

Du coup avec des troubles qu’il y a eu au pays en 2015, les choses ne marchaient plus la vie devenait un peu sombre en RDC. Moi J’étais dans la politique et je me suis dit pourquoi ne pas rejoindre celui qui était à cette époque mon proposant qui est mon mari aujourd’hui. Je me suis décidé de me lancer avec les conseils des uns et autres. Je me suis décidé je vais faire ce qui est essentiel et ma carrière va attendre un peu.  Je vais mettre une petite pause et reprendre après comme dans le journalisme il n’y a pas de retraite. C’était une décision assez difficile pour moi, mais je l’ai prise de manière spontanée. Jje suis comme ça, je suis magique je fais des choses de manière spontanée voilà c’est comme ça que je suis partie de la RDC pour les USA.

24NewsVisionAgency ; Qu’est ce qu’un pays comme les USA peut bien offrir à une journaliste comme vous ?

Magic Wawina : Les Etats-Unis est un pays d’opportunité, terre d’accueil. Je connais beaucoup des congolais qui évoluent dans le milieu de la presse, à la banque mondiale,à  CNN, la voix de l’Amérique. C’est vrai que tu vas tout recommencer à zéro mais une fois partie, tout ira vite. Pour moi, la priorité était de fonder ma famille. En partant de Kinshasa j’avais 35-36 ans c’était déjà beaucoup pour moi. Ma mère n’arrêtait pas de me répéter il fallait prendre ce risque-là. Et sur place on se rend aussi compte qu’il y a moyen entant que journaliste de faire quelque chose ici.  Mais moi la priorité était faire des enfants et que ces enfants puissent grandir un peu car c’est un peu compliqué avec des enfants. C’est vrai que tout le monde qui accouche ici tu peux reprendre le travail après un mois, mais moi je veux prendre un peu plus de temps pour les enfants car pour moi ils sont sacrés.

C’est maintenant que je vais me lancer il y a plein d’opportunités qui se présentent devant moi. Mais je vais , en chrétienne demander l’aide de l’éternel. Beaucoup des congolais se retrouvent dans la presse ici et le plus connu le plus célèbre c’est Roger Mutu qui évolue bien dans le milieu journalistique. Beaucoup des congolais travaillent ici. Les Etats-unis c’est vraiment pas comme l’Europe, les Etats-Unis, c’est vraiment une terre d’opportunité

Avec le confinement on ne sait pas quand est ce que ça va terminer. Mais déjà j’évolue dans le net, j’ai ma chaine Youtub Magic Wawina Tv, je passe dans plusieurs pages Facebook où je commente l’actualité politique.

24NewsVisionAgency : Un mot sur votre famille ?

Magic Wawina : Parler de ma petite famille ici, je suis épouse. Marié à Amin Malou. C’est comme ça qu’il s’appelle,….. mon mari. J’ai deux enfants avec lui, deux petits garçons. Nous avons recomposé la famille avec mon enfant que j’ai eu avant et ceux que lui a eu avant et nous avons au total 6 enfants.  Ça marche bien pour nous, tout va bien, je suis heureuse d’avoir fondé une famille et puis de poursuivre ma carrière professionnelle, Dieu merci.

24NewsVisionAgency : Que dire à tous ces jeunes qui te prennent comme modèle ?

Magic Wawina : Tous les jeunes gens qui me prennent pour modèle je dis merci.  Je leur dirai seulement qu’il y a des procédures, la chance n’existe pas mais une fois que vous avez des opportunités il faut les  saisir. Moi j’ai beaucoup bougé, il ne faut pas rester dans une même position pendant 5, 10, 15 ans. Ecouter les conseils, observer ceux qui réussissent, apprendre le métier du journalisme c’est bien. Mais moi je ne suis pas allée loin dans l’apprentissage du journalisme, j’ai fait juste le graduat mais j’ai quand-même pu gravir tous les échelons dans le journalisme. J’ai fait l’audiovisuel, la presse écrite, l’animation matinale, le desk info etc…Pour tous ceux qui me prennent pour modèle, je leur dis la carrière journalistique c’est bien, mais fonder aussi une famille c’est mieux. Nos ainés qui sont passées avant nous ont réussi dans leurs carrières professionnelles, mais  beaucoup ont oublié la famille mettant leur carrière avant.

24NewsVisionAgency : il y a-t-il quelques projets en vue ?

Magic Wawina : Mes projets d’avenir, ce que je peux vous dire c’est bientôt je vais me lancer dans le monde journalistique ici aux Etats-Unis. D’autres projets d’avenir restent encore secrets. J’ai vraiment des projets du genre, lève–toi et marche. Bientôt les gens seront mis au parfum de ce que je compte faire.  Pour terminer, je tiens à remercier sincèrement 24News Vision Agency d’avoir pensé à moi pour cette interview.

JAM

 

DCMP: Vidiye Tshimanga a défini ses objectifs pour la saison 2020-2021.

0

C’est sur son compte facebook que le numéro 1 de daringmen, a rendu public les objectifs pour la saison sportive 2020-2021, tout en évoquant les difficultés qui ont gaîté son équipe en cette période de pandémie de Covid-19.

«En cette période difficile de pandémie, le Dcmp va se préparer à affronter sa nouvelle saison 2020-2021, objectifs : champion de la Linafoot et demi finale CAF.» note le président du DCMP.

Tout en précisant que son club retrouve sa place petit à petit, et ne laissera pas place au fauteuil de troubles de semer la terreur au sen du Daring.

«Le réveil du géant se fait pas à pas, dans l’unité et la discipline, les murmures de démission ou de division seront sévèrement sanctionnées. Je ne laisserai pas la place au désordre d’où qu’il vienne» a-t-il indiqué

Le patron de team vert et blanc de la capitale estime que son club a beaucoup souffert pour les intérêts . «Notre club a trop souffert des inconscients qui ne s’intéressent qu’à leurs petits intérêts plutôt qu’aux intérêts de nos couleurs» a-t-il expliqué.

Le président du DCMP est visiblement satisfait de son bilan de la première saison au sein du Dcmp et selon lui l’objectif est atteint malgré l’arrêt du championnat national de la linafoot.

«Aimé ou non, je suis élu 3 ans et les objectifs de la première année ont été largement atteint même si la covid-19 a interrompu la compétition nationale qui nous a vu arriver en deuxième position derrière le TP Mazembe à la mi-saison, une mini assemblée de fin sera organisée pour faire l’état des lieux général que Dieu bénisse notre Daring» a conclu Vidiye Tshimanga Tshipanda

Richie Mofiling

Sud-Kivu : inauguration d’un laboratoire de production de la quinine injectable et des comprimés d’hydroxychloroquine

0

Le gouverneur du Sud-Kivu Théo NGWABIDJE Kasi*, a procédé à l’inauguration du laboratoire de production de la quinine injectable et des comprimés d’hydroxycloroquine de 200mg ce vendredi 5Juin 2020 au siège de la société Pharmakina Bukavu dans la commune de Bagira.

Ces deux produits lancés sur le marché aujourd’hui dont l’un consiste à la riposte stratégique contre la covid-19 et l’autre contre la malaria font la fierté de la province du SUD-KIVU qui en est la première productrice en République démocratique du Congo et deuxième en Afrique après le Sénégal.

S’enquérir du fonctionnement de cette société agro-industrielle et pharmaceutique, prouver son soutien à la promotion des entreprises locales étaient aussi l’un des objectifs de la visite de l’autorité provinciale *Théo NGWABIDJE KASI* dans cette entreprise qui est invitée en cette période de la pandémie du Coronavirus de trouver Une réponse à ce fléau qui endeuille toute la planète.

*Théo NGWABIDJE KASI* qui s’était déjà lancé sur l’option préventive contre le Coronavirus , vient aujourd’hui de lancer celle thérapeutique. À cet effet il s’est dit satisfait du travail produit par la Pharmakina Bukavu avec un personnel local qualifié.
Il a insisté sur l’approvisionnement régulier de ce produit hydroxychloroquine dans tous les hôpitaux de la province pour faire face à cette pandémie et ce en conformité avec le vœu de son excellence Félix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO, Chef de l’État.

Le Directeur Général de la Pharmakina via une conférence vidéo a félicité Théo NGWABIDJE KASI pour son combat contre les marchés pirates des médicaments en province et s’est dit satisfait de cette visite de l’autorité provinciale et a promis de tout faire pour continuer à gagner la confiance de toute la nation Congolaise en général et plus particulièrement la province du SUD-KIVU.

Rappelons que la société Pharmakina totalise à ce jour 60ans d’existence.

Paterne NKUNZI, Cellule de Communication Gouvernorat

Assemblée Nationale : bientôt l’élection du premier vice-président

0

La présidente de l’Assemblée nationale Jeanine Mabunda a présidé, ce mardi 2 juin 2020, la conférence des présidents.

Selon le Rapporteur Célestin Musao, les membres de la conférence des présidents ont convenu de la mise en place dans les prochains jours du calendrier de l’élection du 1er vice- président de la chambre basse du parlement et la mise en place d’une commission mixte multisectorielle de lutte contre la covid-19 afin d’évaluer l’impact des mesures prises par le gouvernement contre cette pandémie.

Les membres de la conférence des présidents ont retenu le passage du Vice – premier ministre de la justice Tunda à la plénière de ce mercredi pour répondre aux questions soulevées par les députés lors du débat sur les immunités des députés.

Jonsard Mikanda

Financement du terrorisme et blanchiment des capitaux : la Banque Centrale du Congo hausse le ton

0

La Banque Centrale du Congo rappelle à ses partenaires les engagements relatifs à la lutte contre le blanchiment des capitaux et financement du terrorisme. Dans cette optique les banques commerciales opérant en RDC sont incontournables pour réussir ce pari. Leur franchise et vigillence doivent ainsi aider la République à contribuer contre ces fléaux qui touchent plusieurs pays à travers le monde. Ainsi, la BCC rappelle l’interdit tout paiement en espèce au porteur d’une somme égale ou supérieure à 10.000 USD.

Dans une lettre adressée au président de l’Association Congolaise des Banques, le Gouverneur de la Banque Centrale du Congo Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, la Banque Centrale du Congo, fixe les règles. Agissant conformément aux articles 10 et 43 de la Loi n° 18/027 du 13 décembre 2018 portant son organisation et son fonctionnement, à l’article 75 de la Loi n° 003/2002 du 02 février 2002 relative à l’activité et au contrôle des établissements de crédit ainsi qu’aux articles 5 alinéa 2 et 6 de la Loi n°04/016 du 19 juillet 2004 portant lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme,  lstipule :  dispositions suivantes :

Article 1er

Sont assujettis la présente Instruction : les établissements de crédit les Institutions de Micro Finance ; les messageries financières ; les bureaux de change.

Article 2 :

Tout paiement en espèces ou par titre au porteur d’une somme en francs congolais ou autre globalement égale ou supérieure à 10.000 dollars américains est autorisé dans les conditions ci-après :

lorsque le paiement est destiné à dénouer les opérations licites dans les zones non desservies par les assujettis; lorsque le paiement a fait l’objet d’un examen particulier de la part de l’assujetti en tenant compte des obligations lui faites par la loi n° 04/016 du 19 juillet 2004 portant lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Dans ce cas, l’assujetti est tenu d’en informer la Cellule Nationale des Renseignements Financiers, en sigle CENAREF; lorsque le paiement est effectué par la Banque Centrale du Congo en faveur d’un établissement de crédit agréé après avoir accompli les diligences requises par la loi ; lorsque le paiement est effectué par une banque commerciale en faveur d’une Coopérative d’Epargne et de Crédit, d’une Institution de Micro Finance de deuxième catégorie, d’une messagerie financière ou d’un bureau de change après avoir accompli les diligences requises par la loi. :

Cette dérogation concerne, jusqu’à nouvel ordre, le règlement en espèces ou par titre au porteur, des transactions réalisées par les personnes aussi bien physiques que morales régulièrement établies dans les zones desservies ou non par les établissements de crédit et y opérant en toute légalité.

Article 4 :

Toute transaction effectuée dans les conditions prévues à l’article 2 de la présente Instruction doit être constatée par un écrit.

Article 5:

Tout manquement aux dispositions de la présente Instruction est passible des sanctions prévues par les textes légaux et réglementaires.

Selon la lettre du Gouverneur dont une copie nous est parvenue à la rédaction de 24NewsVisionAgency, les dispositions prises par la BCC sont entrées en vigueur , le 20 mai date de la signature de cette disposition par le Gouverneur de la Banque Centrale Déogratias Mutombo Mwana Nyembo.

JAM

Décès de Lugi Gizenga : le FCC salue sa mémoire et présente les condoléances de son Autorité Morale

0

La famille politique de l’ex Chef de l’État salue la mémoire du secrétaire général ai du PALU Lugi Gizenga.

Dans un communiqué signé par le coordonnateur de cette grande famille politique, le professeur Néhémie Mwilanya Wilondja, le Front Commun pour le Congo souligne la grande tristesse qui le marque par la disparition de celui qui a remplacé provisoirement le patriarche Antoine Gizenga à la tête du PALU.

 » En cette période douloureuse, le FCC présente les sincères condoléances de son Autorité Morale auxquelles il se joint, en ayant une pensée profonde en la famille de l’illustre disparu ainsi que pour le Parti Lumumbiste Unifié qu’il invité par ailleurs à préserver l’héritage de son secrétaire général », peut-on lire dans ce communiqué.

JAM

Dossier Go-pass : le ministre des transports attendu à l’assemblée nationale le 08 juin prochain

0

Didier Mazenga, ministre des transports et voies des communications sera auditionné le lundi 8juin 2020 par les députés nationaux, membres de la commission suivi et évaluation de l’Assemblée nationale.

Ce membre du gouvernement Ilunkamba devra répondre à quelques préoccupations des élus du peuple au sujet notamment du remboursement du prêt de 555 millions usd dûs à la banque chinoise Exxim par l’État congolais.

La commission saura si « le prêt a-t-il été réellement perçu par l’Etat congolais. Si oui, elle serait dans l’obligation de savoir si cet argent a servi en quoi » soutient le député Claudel Lubaya, élu de Kananga.

« J’étais comme scandalisé par l’annonce du gouvernement, de pouvoir négocier avec Exxim Bank, le remboursement d’un prêt de 555 millions de dollars qui auraient été destinés à la construction de 2 aérogares: l’une à l’aéroport international de N’djili et l’autre à l’aéroport de la Luano, à Lubumbashi », déclare t-il.

En outre, le ministre va s’expliquer sur la gestion des fonds du go-pass.

JMW

Décès du secrétaire général ai de Palu Lugi Gizenga

0

Lugi Gizenga sécrétaire général du Palu Lumumbiste Unifié (PALU) est décédé dans la nuit de lundi 01 au mardi 02 juin 2020 à la clinique Ngaliema center.

La cause de la disparition du fils du patriarche Antoine Gizenga n’a pas été révélée.

Lugi etait à la tête du parti depuis la disparition de son père Antoine Gizenga il y a environs trois ans.

Le parti traversé par ailleurs une zone de turbulence dans le contexte où certains cadres du parti contexte la légitimité de Lugi Gizenga entant que secrétaire général ad intérim dans le sens où disent il assumer l’intérim est une charge avec responsabilité limitée et en appelaient à la tenue du congrès pour désigner un nouveau chef du parti en remplacement d’Antoine Gizenga.

Christelle

Rd Congo : où allons-nous exactement avec la coalition CACH-FCC ?  Tribune de Dr Martin MULUMBA 

0

En accédant au pouvoir en janvier 2019, le président Félix Tshisekedi avait promis de construction un véritable Etat de droit et de faire de la République démocratique du Congo, une démocratie réelle vécue par le peuple. Et pour se démarquer de ses prédécesseurs, le fils d’Etienne Tshisekedi avait choisi de faire du peuple congolais, le fondement et le sens de sa conception du pouvoir. D’où le fameux « le Peuple d’abord »,   suscitant et méritant  beaucoup d’espoir et  d’encouragement.

Mais, en même temps qu’il promettait de faire  de la démocratie le fondement de sa vision politique, le cinquième président de la République démocratique avait aussi fait le choix  de former une alliance avec le président sortant, une coalition CACH -FCC présentée comme une solution idoine pour garantir la paix sociale, la stabilité politique et le bon fonctionnement des institutions. Un choix qui s’expliquait par l’absence d’une majorité propre au Parlement.

Mais, censée constituer un soutien nécessaire à l’action du changement prônée par le président Félix Tshisekedi, la coalition CACH-FCC démontre non seulement qu’elle est  dépourvue d’une réelle cohésion, mais et surtout, d’une absence remarquée d’objectif commun. Car pendant que les uns militent pour le changement attendu par le peuple et la réussite du quinquennat, on voit clairement les autres se battre pour bloquer toute action du chef de l’Etat.

Profitant  de la division manifeste au sein de son parti UDPS, certains travaillent pour affaiblir davantage le Président de la République,  le présenter  comme étant dans l’impossibilité de faire quelque chose, ou même d’être président de la République, alors que les autres observent naïvement, en optant pour une guerre fratricide, pourtant suicidaire, et un combat de positionnement auprès du président de la République.

Ainsi, au lieu d’être à l’avantage du chef de l’Etat en exercice,  qui doit logiquement rendre compte à la fin son quinquennat, le bilan de la coalition pencherait à ce jour en faveur du FCC, qui profite de toutes les faiblesses visibles de son allié et de la division autour du président Tshisekedi, ce qui est normal en politique, surtout dans le contexte congolais !

On peut à titre comparatif de cet avantage au FCC, rappeler un partage déséquilibré des postes ministériels dans le Gouvernement de Sylvestre Ilunga, où le CACH s’est contenté  de 23 postes ministériels, alors que le FCC avait raflé 42 postes dont plusieurs ministères importants et stratégiques.

Devant un regard impuissant du CACH de Félix Tshisekedi, et  sous prétexte du non-respect de la Constitution pourtant  violée à plusieurs reprises pendant 18 ans par  le FCC, celui-ci a réussi à bloquer les ordonnances du Président de la République sur la Gécamines et la Société de chemins de fer, empêchant ainsi, Gabriel Kyungu et les autres  nominés d’entrer en fonction.

Bien organisé autour de leur autorité morale Joseph Kabila, et avec  publiquement un même langage, le FCC a réussi à faire bloc derrière le président du Sénat Alexis Tambwe Mwamba, en réservant un refus catégorique au réquisitoire du Procureur Général près la Cour de cassation. C’est cette même unité qui explique la destitution sans ménagement de Jean Marc Kabund au poste de premier président de l’Assemblée Nationale. Une destitution  sonne comme une véritable démonstration de force et une humiliation pour le président intérimaire du parti présidentiel.

Toujours stratège, le FCC a réussi par des négociations interminables à bloquer jusqu’à ce jour la mise en place des mandataires publics, montrant ainsi, que rien ne peut se faire sans son accord. Et  du côté de CACH, on observe  dans toute impuissance cette situation ! Cette domination du FCC explique le silence radio observé sur l’affaire Yuma et autres affaires supposées ou réelles, impliquant plusieurs dignitaires appartenant au FCC, alors que pour le dossier de 100 jours, Vital Kamerhe, le directeur de cabinet du chef de l’Etat a été rapidement arrêté, mis en détention préventive au CPRK.  Son dossier instruit avec diligence au parquet et  son audience fixée  tribunal !

Tout en reconnaissant à l’actif du CACH, notamment au président Félix Tshisekedi, l’effectivité de la gratuité de l’enseignement, la mise en place dans la magistrature (hauts magistrats) et la volonté de rendre à la justice son indépendance, on doit aussi mettre à l’avantage du FCC, la détention d’une  majorité absolue  les deux Chambres  et la plupart des postes des  Gouverneurs de provinces, etc.

Avec cette supériorité et ses multiples stratégies, le FCC s’affirme de plus en plus et se met en ordre de bataille, alors que le camp présidentiel s’affaiblit davantage par les divisions internes et les disputes.

De ce point de vue, la question qui se pose ou qui mérite d’être posée, est celle de savoir, comment le Président Félix Tshisekedi va  inverser la tendance de la domination observée, changer les choses avec cette coalition déséquilibrée et sans objectif commun ? Comment peut-il réussir avec toutes ces divisions visibles dans son camp ? Certains autour de lui sont même qualifiés d’affairistes, d’agents doubles qui travailleraient pour les intérêts contraires à la vision du peuple d’abord !

En regardant de près la situation tant politique, sociale et économique, on s’aperçoit bien  que le mal est profond : Il faut être aveugle pour ne pas voir, ou sans être aveugle, faire simplement le choix du refus de voir ou de comprendre. Refuser de nommer ce mal ou de le dénoncer, c’est être complice, car un mal reste un mal, il n’est jamais un bien tant il s’avère être préjudiciable au bien-être de tout un peuple. Toute conscience éveillée doit logiquement s’inquiéter de ce qui se passe et surtout se demander où allons exactement !

Cette coalition CACH-FCC est elle encore viable ou le président de la République doit avoir le courage d’opter pour une cohabitation, mais avec quelle force politique derrière lui , car son parti UDPS est divisé, et l’alliance avec l’UNC totalement fragilisée par l’arrestation de Vital Kamerhe.

Nous nous demandons si le président de la République Félix Tshisekedi est conscient de ce qui passe : voit-il comme nous que la situation n’est pas tenable, qu’il doit agir et agir vite pour sauver ce qui peut encore l’être, tant au niveau de son propre camp que  de la coalition, c’est lui le chef de l’Etat.

Le Président de la République a-t-il fait le choix de subir et partir à la fin du quinquennat en reconnaissant son impuissance ? A-t-il oublié cet  élan d’espoir suscité avec sa vision du Peuple d’abord ? Aujourd’hui cet espoir est entrain de laisser place à une inquiétude,  une réelle désillusion !

Quand on porte le nom de « Tshisekedi », que d’aucuns considèrent comme porteur de changement et de résistance, peut-on se permettre un tel camouflet au sommet de l’Etat ?

Même si on peut refuser de croire en cela, en lui accordant le bénéfice du doute, nous pensons que le Président Félix Tshisekedi doit se rendre compte de l’inquiétude du peuple, de sa souffrance, car  les choses ne marchent pas. On ne change pas les choses en étant dans un mutisme.  Un chef ne reste pas dans l’observation éternelle, mais il agit.  C’est le moment d’agir, le temps risquant  de  lui être défavorable.  Son bilan  est attendu par le Peuple, il  doit reprendre le contrôle de la gestion du pays et réaliser le bien pour le Peuple qui l’attend de tous ses vœux.

 

Martin MULUMBA 

Docteur et chercheur en Droit Public, spécialité en Droit constitutionnel Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

 

 

 

 

Décès du juge Raphaël Yanyi : le CLC suggère sa décoration  de la médaille de l’ordre des  héros nationaux Kabila-Lumumba

0

Le comité Laïc de Coordination, CLC, suggère la décoration à titre  posthume du juge Raphaël Yanyi juge président du procès Kamerhe  décédé dans la nuit de mardi 26 mai 2020, de la médaille de l’ordre des héros nationaux Kabila-Lumumba.

« Mort au front de la lutte contre la corruption,Le Juge Raphaël YANYI mérite d’être décoré de la médaille de l’ordre des héros -nationaux KABILA-LUMUMBA. Peut-on lire sur ce twit du comité laïc de coordination.

Plusieurs organisations de la société civile et voire même la famille de la victime  ont exigé l’autopsie du corps de ce juge décédé  soudainement alors qu’une nouvelle audience avait été fixée pour le 3 juin prochain

Hugues mpaka

Rwanda: Paul Kagame nomme son fils à un poste stratégique

0

Le président rwandais Paul Kagame a nommé son fils Ivan Kagame au conseil d’administration de l’organe de développement du Rwanda, RDB. Il s’agit d’un organisme gouvernemental qui s’occupe de l’accélération du développement économique du pays, en favorisant la croissance du secteur privé. C’est en début de semaine que cette nomination a été rendue publique à travers le bureau du Premier ministre.

Pour le conseil d’administration, Ivan Kagame est « associé dans un fonds de capital-risque et co-fondateur d’une importante société énergétique ».

Le fils du président Kagame apportera sans doute une expérience non négligeable en matière de gestion des investissements, d’entrepreneuriat et dans les services de conseil en investissement aux Etats-Unis et en Afrique.

Il convient de préciser qu’Ivan Kagame est titulaire d’un MBA de la Marshall School de l’Université de Californie du sud et d’une licence en économie de l’université de Pace à New-York aux Etats-Unis. Âgé d’une trentaine d’années, Ivan Kagame est l’aîné d’une famille de quatre enfants, une fille et trois garçons.

Article tiré de AfrikMag.

Décès du Juge Raphaël Yanyi : Autopsie effectuée

0

Décédé le mercredi 27 mai de suite d’une crise cardiaque selon l’information livrée au public. Le décès du juge Raphaël Yanyi a suscité diverses réactions au sein de la population congolaise mais aussi de plusieurs organisation de la société civile.

Beaucoup ont fait pression pour que le corps de celui qui instruisait l’affaire de 100 jours qui accusent le directeur de cabinet du Chef de l’État de détournement et corruption, ne soit pas mis à terre sans procéder à une autopsie.

L’autopsie a donc été effectuée à l’hôpital du camp Kokolo a Kinshasa. Les résultats sont attendus dans les heures qui suivent. Ils seront soumis au procureur général près la cour de justice de la Gombe, à en croire les sources judiciaires contactées par 24 News vision Agency.

Considérant plusieurs décès de personnalités avec diverses responsabilités et dont l’autopsie a souvent été demandée par leurs familles en vains, l’autopsie sur le corps de ce juge Raphael Yanyi, illustre combien l’affaire qu’il instruisait focalise l’attention de toute la nation

JAM

 

Selon Kasongo Mwema, la Covid-19 est la cause des décès à la présidence de la République

0

La covid-19 est la seule cause des décès enregistrés ces derniers temps à la présidence de la République. Reçu ce vendredi 29 mai au cour du journal télévisé de 20 heures à la RTNC, Kasongo Mwema Yamba Yamba a largement évoqué cette situation qui laisse perplexe plus d’un congolais.

Le porte parole du Chef de l’État comprend tout de même l’attention que la population accordé à ce qui se passe à la présidence et reconnaît que la présidence reste un des milieux le plus exposés dans le sens où plusieurs personnalités la fréquentent pour diverses questions.

Cependant, les mesures sont davantage prises pour la protection du personnel de la plus haute institution du pays. «nous privilégions le télétravail. Ceux qui se rendent à la présidence sont ceux dont le travail nécessite leur présence aux bureaux» a déclaré le PP du Chef de l’État.

La Rédaction

Dédoublement des partis politiques : Vers la reconnaissance d’une seule AFDC-A

0

L’affaire aura fait coulé beaucoup d’encres et salives. Le dédoublement de l’AFDC-A avec l’aile Modeste Bahati et celle de Néné Nkulu actuelle ministre chargée du travail. Cette plateforme politique a été l’une des forces majeure du Front Commun pour le Congo. Après les scrutins du 30 décembre 2018, les violons ne se sont plus accordés au sein de ce regroupement. Son fondateur le sénateur Modeste Bahati avait décidé de quitter le FCC avec son groupement politique.

Une partie de la troupe, sous la direction de Madame Néné Nkulu a par contre décidé de rester loyale à l’autorité morale du Front Commun pour le Congo tout en gardant la dénomination AFDC-A. S’en est suivi une longue bataille politique, médiatique et au niveau des assemblées.

Se disant trahi et victime d’une machination politique, Modeste Bahati avait alors saisi la justice pour trancher. Bien que l’affaire a trainée, les dernières évolutions montrent que l’on tend vers la fin u dédoublement de ce groupement politique car la cour constitutionnelle a saisit le bureau de l’assemblée nationale en vue de la déchéance des députés qui se reclament de l’AFDC-A que dirige Madame Néné Nkulu.

Réadaction

RDC /Le ministère de la santé met à la disposition de la population un chattbot service watsap

0

Le ministère de la santé Publique crée un Chatbot sur la plateforme whatsapp afin de lutter contre les rumeurs et la desinformation sur la covid-19.

Ce service est le fruit des travaux de collaboration entre Facebook, l’Agence de l’Ingénierie clinique, de l’Information et de l’Informatique de la santé (ANICIIS) du ministère de la santé et son partenaire technique Kinshasa Digital.

Jean-Max Mayaka, coordonnateur de l’ANICIIS a déclare que ce nouveau service , gratuit a été conçu afin de répondre aux préoccupations du public concernant la pandemie de covid-19, et fournir les informations fiables d’une manière rapide et officielles .
Les experts, notamment des médecins et des communicateurs sont mis à la disposition de la population à travers ce chatbot pour répondre directement à leurs inquiétudes pour tout contact s’agit de joindre le numéro 0844434444

Christelle Labu

Sénat : la commission spéciale soutient Thambwe Mwamba

0

Le président du Sénat Alexis Thambwe Mwamba ,ATM,a reçu le soutien total de la commission spéciale dans l’affaire qui l’oppose à la sénatrice Bijou Goya.

Diligentée par le bureau du Senat,cette commission devrait se prononcer sur « un réquisitoire aux fins d’instruction affaire M.P contre Thambwe Mwamba Alexis,président du Sénat ».

Les 13 membres de cette commission ont voté à l’unanimité contre ce réquisitoire au motif de la séparation des pouvoirs consacrée par la constitution. Et ceci d’autant plus qu’une instruction contre le président du Sénat empêcherait le fonctionnement de cette institution. Mais encore, autoriser au Procureur d’organiser des poursuites contre ATM signifie aussi  » la limitation de la liberté des parlementaires de s’exprimer dans l’accomplissement de leur mission ».
Pour tout verrouiller, la commission va soumettre une résolution à la plénière en vue de mettre un terme à ces poursuites.

DINA

RDC:Les adieux du Chef de l’Etat à Charles Kilosho

0

Le Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est recueilli ce mardi à la morgue de l’hôpital du cinquantenaire, devant la dépouille de Charles Kilosho, directeur-adjoint à la direction de la communication, au cabinet du Chef de l’État. Une courte cérémonie pleine d’émotion qui a permis à Félix Tshisekedi d’exprimer sa  compassion aux membres de la famille de l’illustre disparu présents sur le lieu des obsèques, notamment la mère, la veuve et les enfants.

Dans la délégation qui a accompagné le Chef de l’Etat aux obsèques de son collaborateurs, l’on a noté la présence de son directeur de cabinet adjoint Désire Kashmir Kolongele Eberand qui fait depuis quelques jours l’intérim de Vital Kalerhe en prison et quelques membres du cabinet du Président de la République.

Dans ce contexte de lutte contre la pandémie de Covid-19, les obsèques de ce collaborateur du Chef de l’Etat, se sont déroulées dans le strict respect des mesures dictées par les autorités en vue de limiter la propagation  de cette pandémie.

Rédaction

Assemblée Nationale: Le VPM Baudouin Mayo a exposé sur l’état de l’exécution du budget pour le premier trimestre 2020

0

Le vice-premier Ministre et Ministre du ai devant les députés nationaux, membres de la commission économique, financière et suivi du budget que dirige l’honorable Rémy Massamba. Il était question pour lui, d’exposer sur l’exécution du budget pour le premier trimestre de l’année 2020.

Selon le patron du budget congolais, l’exercice est conforme à la constitution du pays. Le Vpm Baudouin Mayo a fait savoir que tout a été dit, documents à l’appui. Un devoir de redevabilité pour lequel le patron du budget reviendra avec des détails le lundi prochain devant la même commission.

« Nous avons le devoir de rendre compte à l’assemblée nationale de la manière dont le budget a été exécuté par trimestre. Nous avons présenté la situation des dépenses d’une manière globale. La situation des recettes est en train d’être saisie par nos experts finances et budget. Dès que le document sera prêt, je me ferai fort de leur transmettre » a expliqué Mayo Mambeke au sortir de cette séance.

Jonsard Mikanda

Ituri / le Gouverneur Jean Bamanisa appel à l’unité du peuple Iturien

0

Jean Bamanisa gouverneur de la province de l’Ituri séjourne à Mahagi suite aux atrocités perpétrées par les miliciens de la CODECO  ce dernier temps dans ce coin du pays.

À cet effet , le gouverneur a tenu un point de presse , au cours duquel il a appelé la population à demeurer unie et de résister d’une manière pacifique à la barbarie de la milice. ‘’ Nous peuple Ituriens , nous avons le devoir d’instaurer l’unité dans notre province tout en dénonçant ces actes barbares. Nous devons instaurer une résistance populaire et pacifique  face aux attaques causées par les inciviques de la CODECO’’,   à déclaré Jean Bamanisa

L’armée a annoncé le renforcement de ses effectifs dans le territoire de Mahagi. Jean Bamanisa a rassuré la population locale sur les dispositifs sécuritaires mis en place. Le gouverneur Bamanisa signale que cette situation préoccupe le chef de l’État c’est pourquoi il a donné les instructions pour qu’on puisse déployer les forces armées ici afin de stopper l’entreprise macabre de ces hors la loi qui opèrent en armes à feu et blanches.

«Donc j’appelle la population de Mahagi au calme et faire confiance en son armée et les services de sécurité », a-t-il rassuré

Christelle Labu

Meurtre d’un militant de la Lucha / Christian Lima fustige l’incivisme de la police

0

Dans sa tribune parvenue à notre rédaction Christian Lima hausse le ton après l’assassinat la semaine dernière d’un militant du mouvement pro démocratie lutte pour le changement Lucha.

Je condamne fermement le meurtre du militant de Lucha Freddy Kambale qui a été abattu d’une balle à la tête par un officier de police ce jeudi 21 mai à BENI juste pour avoir manifesté pacifiquement contre les massacres de civils à BÉNI lui qui exigé la paix et la sécurité des citoyens congolais qui vivent dans l’insécurité, le viol et les massacres. Malheureusement, la police congolaise a voulu mettre fin à ses jours à l’âge de 22 ans.

Quant à la police congolaise dans l’impossibilité de respecter ses devoirs, sa mission et son engagement conformément à la loi n ° 13/013 du 1er juin 2013 relative au statut du personnel de carrière de la police nationale
Aux articles 47, 48 et 49, cependant, au Canada, en France et ailleurs, les policiers travaillent dans l’intérêt de leur nation et de la protection des civils et de leurs biens. Mais cela n’a jamais été le cas en République démocratique du Congo.

Sur ce, J’appelle les sanctions des Nations Unies, de la communauté internationale et de l’Union africaine contre les dirigeants (Kabila et Tshilombo) de la coalition CACH-FCC qui sont les auteurs de plusieurs détournements de fonds publics, mauvaise gestion, incapacité d’assurer la paix et la sécurité des citoyens congolais qui vivent dans l’insécurité, les viols sexuels et les massacres à Beni, Djugu, Nord-Kivu, Ituri et ailleurs, mais ils ont pourtant droit à la paix et à la sécurité conformément à la constitution congolaise.

Et j’appelle encore à des sanctions sévères contre la police congolaise et les auteurs de plusieurs meurtres lors des différentes manifestations pacifiques en République démocratique du Congo.

J’exige une justice inconditionnelle et immédiate pour Freddy Kambale.

Je souligne que la gestion actuelle (kabila-tshilombo) du Congo n’est que la continuité d’un régime de répression meurtrière, de violation des droits de l’homme, de misère, de détournement de fonds publics et de réticence à servir le Congo.

Je mets en garde le pouvoir de Kabila-tshilombo contre toute violation des droits de l’homme et de la constitution congolaise. J’adresse mes sincères condoléances à la famille biologique de Freddy Kambale et à son mouvement citoyen La Lucha.

Christian lima ngaba militant d’Amnistie Internationale

Leçon à tirer de la d’échéance de Kabund

0

Le 1er Vice-président de l’Assemblée Nationale ,Jean-Marc Kabund ,vient d’être déchu de son poste par la plénière. Ce qui n’est pas une surprise en soi.
En fait,la présence de Jean-Marc Kabund au sein du bureau de l’Assemblée Nationale était symbolique dans la mesure où il n’influence nullement les décisions ni au niveau du bureau et ni au niveau de la plénière.

C’est donc l’un des symboles majeurs de la coalition FCC-CACH qui est tombé. À voir la majorité écrasante et connaissant le mode de fonctionnement du FCC, il y a lieu de croire qu’il y a eu un mot d’ordre. Quant on sait qu’il n’y a pas deux personnes capables de donner un mot d’ordre aux élus du FCC, on se demande bien si les consultations devenues légendaires entre Fatshi et JKK pour déjouer les crises politiques récurrentes au sein de la coalition n’ont pas atteint leur limite?

Il y a lieu de répondre par l’affirmative car pour Fatshi ,Kabund n’était pas n’importe qui. Qu’il ait déclarer qu’il ne voulait pas interférer dans la décision de la plénière sur la déchéance du 1er vice-président ne signifiait pas qu’il lâchait Jean-Marc Kabund qui ,dans un certain sens, est allé au charbon pour Fatshi .

C’est beaucoup plus parce-que le Président de la République ne veut pas que le cas Kabund lui soit opposé dans un avenir proche comme une sorte de monnaie d’échange. Sans nécessairement dévoiler le secret des dieux,une chose est certaine,la coalition FCC-CACH ne s’est jamais portée plus mal qu’aujourd’hui. Et pourtant ce n’est que le début.

DINA

Journée de l’Afrique : Moussa Faki Mahamat plaide pour l’autonomisation du continent

0

Le monde entier commémore ce lundi 25 mai 2020, la journée mondiale de la libération de l’Afrique et de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA).

En effet, 25 mai 1963, 32 États africains signaient, à Addis-Abebas, la Charte de l’Organisation de l’Unité Africaine (OUA) sous la conduite de l’empereur éthiopien Hailé Sélassié, devenue Union Africaine (UA) quelques années plût tard soit en 2002.

Malgré la menace du Coronavirus, la commission de l’Union Africaine s’est exprimée.
Dans son adresse à tous les peuples africains au siège de l’UA à Addis-Abeba, Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l’UA, invite les peuples africains à prendre cette journée comme un moment de joie, de fierté de recueillement et de médiation.
Il a, par ailleurs, précisé que le bilan de ce demi siècle (57 ans) de la libération de l’Afrique est dubitatif, étant donné que les populations africaines continuent à croupir dans la misère, malgré les richesses dont le continent dispose.

Chaque année, les dirigeants africains se rassemblent pour commémorer cette journée, ce qui n’est pas le cas cette année suite à la pandémie du Coronavirus.

Hugues Mpaka

Arrestation de JJ Mamba/ Bras de fer Assemblée Nationale-Magistrature

0

L’assemblée nationale s’engage t-elle dans un bras de fer avec la magistrature du pays? A en croire la déclaration faite ce samedi 23 mai par les députés nationaux chefs de différents groupes parlementaires, on est bien tenté de l’affirmer. En effet, après une réunion d’urgence tenue au palais du peuple avec objet la situation relative à l’arrestation du député Jean-Jacques Mamba, les présidents des groupes parlementaires et le comité de sage de la chambre basse du parlement congolais ont apporté tout leur soutien à l’élu de Kinshasa et exigent sa relaxation et l’abandon des charges contre cet élu de Kinshasa.

Ils qualifient d’arrestation arbitraire, l’interpellation de Jean-Jacques Mamba.  » C’est une arrestation brutale et déshonorante en violation de l’article 107 de la constitution », note la déclaration des élus du peuple. Ils soulignent que c’est une arrestation illégale qui par ailleurs jette de discrédit à notre magistrature et exigent des excuses de la part des responsables de cette instance.

Les présidents des groupes parlementaires toutes tendances confondues, estiment que, contrairement à la flagrance évoquée pour justifier l’arrestation de Jean-Jacques Mamba, il n’y en a aucune. JJ Mamba est accusé de faux et usage de faux, dans la procédure qu’il a initiée visant faire partir Jean-Marc Kabund, 1er Vice-président du bureau de la chambre basse.

Assigné en résidence surveillée, Jean-Jacques Mamba va comparaître à nouveau le mercredi prochain au parquet général près la cours de cassation. L’affaire a focalisée l’attention de la classe politique ce samedi 23 mai et alimentera encore davantage les salons politiques dans les jours qui viennent.

JAM

 

Arrestation de Jean-Jacques MAMBA / Bras de fer Assemblée Nationale-Magistrature

0

L’assemblée nationale s’engage t-elle dans un bras de fer avec la magistrature du pays? A en croire la déclaration faite ce samedi 23 mai par les députés nationaux chefs de différents groupes parlementaires, on est bien tenté de l’affirmer. En effet, après une réunion d’urgence tenue au palais du peuple avec objet la situation relative à l’arrestation du député Jean-Jacques Mamba, les présidents des groupes parlementaires et le comité de sage de la chambre basse du parlement congolais ont apporté tout leur soutien à l’élu de Kinshasa et exigent sa relaxation et l’abandon des charges contre cet élu de Kinshasa.

Ils qualifient d’arrestation arbitraire, l’interpellation de Jean-Jacques Mamba.  » C’est une arrestation brutale et déshonorante en violation de l’article 107 de la constitution », note la déclaration des élus du peuple. Ils soulignent que c’est une arrestation illégale qui par ailleurs jette de discrédit à notre magistrature et exigent des excuses de la part des responsables de cette instance.

Les présidents des groupes parlementaires toutes tendances confondues, estiment que, contrairement à la flagrance évoquée pour justifier l’arrestation de Jean-Jacques Mamba, il n’y en a aucune. JJ Mamba est accusé de faux et usage de faux, dans la procédure qu’il a initiée visant faire partir Jean-Marc Kabund, 1er Vice-président du bureau de la chambre basse.

Assigné en résidence surveillée, Jean-Jacques Mamba va comparaître à nouveau le mercredi prochain au parquet général près la cours de cassation. L’affaire a focalisée l’attention de la classe politique ce samedi 23 mai et alimentera encore davantage les salons politiques dans les jours qui viennent.

JAM

 

Dossier AFDC-A : Néné Nkulu reste confiante à la justice

0

Notifiée par la Cour constitutionnelle de l’existence d’une enquête visant la déchéance de son mandat parlementaire introduite par l’AFDC-A du professeur Modeste Bahati, Néné  Nkulu n’a pas tardé de répandre à ses détracteurs via son compte Twitter avec pour objectif de resserrer ses troupes.

« Une requête n’est pas un arrêt de la cour, gardant le
même état d’esprit qui nous a fait gagner les législatives en 2018 en accord avec le front commun pour le Congo et avec constance, je demeure loyale a mon autorité morale, ça s’appelle le respect des engagements. Pour le reste, la justice fera son travail » rappelle l’autorite morale de l’AFDC-A/ FCC

La ministre de l’emploi, Néné Nkulu n’a pas perdu son mandat parlementaire. Elle a plutôt reçu, poursuit-elle, une simple notification d’une requête introduite par un avocat pour demander sa déchéance. Néné Nkulu rassure que tous les députés nationaux de l’AFDC-A sont fermes et continuent a exprimer leur loyauté au FCC.

L’affaire AFDC-A oppose le sénateur Modeste Bahati et la ministre d’État Néné Nkulu qui tous revendiquent la paternité de cette coalition politique. Deux ailes dont une, dirigée par Bahati a claqué la porte du FCC et l’autre demeure au sein de la famille politique de l’ancien Chef de l’État Joseph Kabila.

PL

RDC-Covid19: le gouvernement a déjà décaissé 18,7 milliards de francs congolais

0

En répondant à la question écrite du sénateur Jean Bakomito Gambu, le Premier Ministre révèle une somme de 18,7 milliards de FC, soit 10,7 millions de dollars américains décaissé par le Gouvernement pour la riposte contre la Covid19, retenu dans le plan de trésorerie du Gouvernement pour le deuxième trimestre 2020, un montant de 132,2 millions USD à raison de 121,1 millions USD sur ressources extérieures et 11 millions USD sur ressources propres.

Pour sauver la situation socio-économique du pays, le Gouvernement se prépare déjà à l’élaboration d’un Collectif budgétaire en vue de présenter incessamment au Parlement la loi de finances rectificative pour l’exercice 2020, et faire face au spectre d’une récession économique au pays. Le Gouvernement a entrepris aussi d’élaborer un Programme multisectoriel d’urgence d’atténuation des effets du COVID-19.

Le Chef du Gouvernement reviendra la semaine prochaine au sénat pour répondre à d’autres préoccupations des sénateurs. Il était accompagné du Vice-Premier Ministre, Ministre de l’Intérieur ; son collègue du Budget ; de la VPM, Ministre du Plan, des Ministres des Finances, de l’Économie Nationale; du Commerce Extérieur ; de la Santé ; des Relations avec le Parlement ; de la Ministre près le Premier Ministre mais aussi du Coordonnateur du Secrétariat Technique de Riposte et du Gouverneur de la Banque Centrale du Congo.

Yvette Ditshima

Kinshasa / Maître Irène Esambo au chevet des personnes vivant avec handicap

0

La ministre déléguée chargée des personnes vivant avec handicap, Me Irène Esambo a remis officiellement 18 tricycles accompagnés de quelques vivres aux personnes vivant avec handicap ce mercredi 20 Mai à Kinshasa au centre national d’apprentissage pour les personnes vivant avec handicap CENAPHI.

Ce don est une œuvre solidaire pour la lutte contre Covid19 venu des membres de la société civile dans le cadre de l’appel à la solidarité contre la pandémie à Coronavirus Covid19 envue de soutenir les plus démunis pendant cette période de crise sanitaire.

Les bénéficiaires satisfaits de ce don gracieux ont exprimé leur gratitude envers la ministre Irène Esambo, c’est le cas de maître kanamuli Kita Stany Coordonateur provincial de la ligue des PVH du Maniema

« Toute ma reconnaissance envers madame la ministre, et nous remercions aussi le gouvernement car n’y eut été la présence d’une personne vivant avec handicap à la tête de ce ministère, une personne valide ne pourrait songer à octroyer aux PVH ces tricycles pour faciliter notre mobilité. Nous disons merci à son excellence de cet acte de charité qui ne s’est pas limité qu’aux PVH de Kinshasa aussi la représentativité d’autres provinces» témoigne-t-il

Cette solidarité s’étendra très prochainement dans d’autres provinces avec les efforts du ministère délégué en charge des personnes vivant handicap, selon son ministre de tutelle.

Yvette Ditshima

Covid-19 / Achat des cadavres dans les hôpitaux

0

Des cadavres achetés entre 3000 à 5000 dollars américains dans les centres hospitaliers de la capitale. Des rumeurs persistantes qui bouleversent et choquent la population kinoise qui ne sait plus à qui faire confiance dans ce contexte de Covid-19.  Face à ces rumeurs, les autorités exigent à la population plus de vigilance mais aussi apporter des preuves pour ceux qui ont déjà été victime de cette situation.

Répondant à Christian Lusakweno, le patron de Top Congo, le Docteur Jean-Jacques Muyembe, coordonnateur de la cellule de riposte contre Covid-19 s’est insurgé contre ces rumeurs qu’il qualifie de non sens.

 » Nous sommes dans un pays où il y a de service de sécurité, où il y a la police. Comment  des pareilles actions peuvent arriver?  c’est pour dire que ce sont des fausses histoires simplement pour distraire. Je ne vois pas comment une organisation comme secrétariat technique va commencer à acheter les cadavres, pour en faire quoi? C’est un non sens total » a déclaré le Docteur Muyembe.

JAM

 

L’initiative de JJ Mamba visant à déchoire Jean-Mar Kabund : Une lettre de Leonard Mulunda Chargé de communication UDPS/RSA aux députés de l’Udps

0

Chers cadres UDPS et honorable membres de l’Assemblee Nationale.

il y a déjà 3 députés qui ont déclarés être surpris de voir leurs noms et signatures sur la pétition de l’Honorable Jean Jacques Mamba.

Ceci est une occasion pour vous, nos députés UDPS de saisir la présidente de L’Assemblée Nationale pour demander qu’une commission de discipline contre JJ Mamba pour manque d’éthique dans l’exercice de ses activités entant que membre del’Assemblée Nationale soit instituée conformément au Règlement d’ordre intérieur de L’Assemblée Nationale .

L’éthique est une vertue importante qui caractérise et doit caractériser les comportements des députés nationaux dans l’exercice de leurs activités parlementaires. Nous sommes un parti au pouvoir. Nous ne devons pas permettre à un ennemi de nous attaquer sans réplique.

JJ Mamba est cadre du MLC un parti qui avait comploter contre notre président de la république à Genève. Nos élus à l’Assemblée Nationale doivent saisir cette opportunité pour instaurer une jurisprudence d’un régime disciplinaire à l’Assemblée Nationale pour prevenir la violation d’ethique dans les jours à venir .

Même si il y une plainte contre Jean Jacques Mamba à la justice, la commission de discipline de L’Assemblée Nationale doit être convoquée pour statuer sur la violation d’éthique dans le chef de ce dernier. La fois passée, j’avais constater avec regret que l’honorable Delly Sessanga avait gratuitement accusé le chef de l’Etat son Excellence Felix Tshisekedi d’avoir violer les prescrits de la constitution en créant une commission de lutte contre la corruption sur ordonnance présidentielle, sans réplique de nos élus siegeant avec lui.

Nous devons éviter de marquer des buts dans notre propre camp. En politique on dit souvant » si vous ne voulez pas parler, on parlera à votre place de manière que vous ne voulez pas « . Cette pétition contre le 1er Vice président l’honorable Jean Marc Kabund est un essaie de nos ennemis pour attaquer le chef de l’Etat dans l’avenir. Aucune sortie médiatique de nos élus jusqu’à présent pour attaquer celui qui attaque l’un de notre.

Je vous exhorte chers camarades de lutte de bien pouvoir considérer mon humble suggestion pour barrer la route à nos ennemis. N’oublions pas qu’en politique, les vertues ne sont pas toujours récompensées mais les erreurs se paient cach.
Merci à vous tous

Leonard Mulunda
Chargé de communication UDPS/RSA.
Consultant en Communication politique à AfriPAHR

MPA en Politique Publique et Gouvernance Globale
University of the Western Cape/ Afrique du Sud

Covid-19/ La ville de Matadi en confinement de 3 jours des ce vendredi

0

C’est dans le but de lutter contre la covid19 que le gouverneur du Kongo centrale Atou Matubuana ,a décidé un confinement total de trois jours à partir de ce vendredi 22 mai 2020. La capitale provinciale du Kongo centrale dépasse la barre 100 personnes infectées.

Le confinement de la ville portuaire de Matadi prendra trois jours soit a dater de ce vendredi 22mai.

« De 82 cas, 2 sont guéris, 18 ont terminé le traitement en attente de résultats de contrôle, 55 sont en bonne évolution clinique et 7 décès dont 6 avant même le résultat et 1 en cours de route lors de son évacuation à Kinshasa pour une autre pathologie. Pour faciliter le travail d’identification des cas dit-il, il faut nécessairement que la population collabore, c’est de cette façon que l’identification de cas contacts et leur isolement vont contribuer a rompre la chaîne de transmission. Je profite de cette même occasion poursuit-il pour annoncer officiellement le confinement de la ville de Matadi pendant 3jours a daté de ce vendredi 22 au 24 mai et cette mesure sera renforcée par un couvre-feu allant de 19h à 5h30 du matin… » A conclu le gouverneur Atou Matou Bwana

Rappelons que le Congo central avec ses 101 cas, occupe la deuxième position du pays après Kinshasa qui est l’épicentre de la pandémie a Coronavirus.

PL

Kenya/ rejet d’allègement de la dette annoncée par le G20

0

Le Kenya ne va pas adhérer à l’initiative de suspension de la dette des pays pauvres annoncée il y a quelques semaines par le G20. C’est ce qu’a annoncé la semaine dernière Ukur Yatani (photo), le ministre kényan des Finances, dans un entretien accordé à l’agence de presse Reuters.

Répondant en avril dernier à l’appel des pays africains demandant une annulation de leur dette, les pays membres du G20 ont décidé de suspendre temporairement le remboursement de la dette (bilatérale) des pays pauvres. L’objectif est de permettre aux pays concernés d’avoir accès à des financements immédiatement disponibles afin de lancer au plus vite la riposte contre la pandémie de COVID-19. (Agence Ecofin)

ANGOLA / le général Jaque Raul, investi nouveau commandant de l’armée

0

Nommé le 12 mai, en remplacement du général Gouveia João de Sá MirandaIl, le général Jaque Raul a été investi ce lundi 18 mai commandant de l’armée angolaise. A la cérémonie d’investiture organisée  à la présidence de la République à Luanda, le Chef de l’Etat Joao Laurenço a déclaré : « Nous vous confions la direction de l’importante branche des Forces armées angolaises et nous pensons qu’en raison de votre vaste expérience accumulée au fil des années, vous êtes prêt à assumer cette fonction importante ».

C’est donc entre les mains de cet officier parmi les plus expérimentés d’Angola qu’incombe désormais la conduite de l’armée angolaise, qui selon le classement 2020 des forces armées du monde publié par Global Fire Power, un site américain spécialisé en la matière, est la 5e en Afrique et 56e au monde.

Rédaction

RDC-covid 19 : l’UPPDC traduit en justice le Dr Muyembe et le ministre Eteni Longondo

0

L’union pour la promotion et la protection des droits des citoyens, UPPDC, a déposé plainte contre Eteni Longondo et Jean Jacques Muyembe, respectivement, ministre de la santé publique et coordinateur u secrétariat technique pour le riposte contre la pandémie de coronavirus en République démocratique du Congo.

Dans cette plainte déposée au parquet général près la cour d’appel de Kinshasa-Gombe, l’UPPDC demande à ces personnalités de justifier la destination des fonds mis à leur disposition alors que le personnel soignant placé sous leur charge menacent d’aller en grève pour défaut de paiement des primes de risque.

Le président national de cette structure accuse en outre Jean Jacques Muyembe et Eteni Longondo d’abus de confiance. Pour lui, ils ont brillé par le tatonement en donnant au peuple congolais des méthodes nécessaires comme garantie de la réussite de leur mode de riposte contre cette pandémie.

Maître Jean Bedel Mukishi Badibanga soutient que le peuple congolais est mal pris en change avec plus de mensonges. Ace jours plus de 1000 cas de coronavirus ont été recensé au pays.

Jonsard Mikanda

Dossier DGRK : le responsable dénonce une fausse alerte sur la prétendue corruption de la société MIDEMA

0

Invitée au parquet près la Cour d’Appel de la Gombe, selon un communiqué de la DGRK dont une copie est parvenue à la rédaction de 24newsvisionagency ce lundi 18 Mai, la Directrice Générale était invité pour une information dans le cadre d’une enquête liée à un dossier administratif inhérent à la plainte d’un cadre suspendu pour faute disciplinaire.

Cela est fait contrairement à la rumeur qui a circulé depuis peu sur la toile accusant Rita Bola Dola DG de la Direction Générale des Recettes de Kinshasa d’une prétendue affaire de corruption de plus d’un million de dollars qui lui seraient remis par la société MIDEMA au titre d’arriérés d’impôts.

Yvette Ditshima

Inflation des prix sur les marchés : Felix Tshisekedi instruit la ministre de l’économie

0

Le président de la République s’est inquiété de la persistance de la flambée des prix des produits de première nécessité sur le marché. C’était au cours de la 31ème réunion du conseil des ministres, Félix-Antoine Tshisekedi a invité quand à ce, la Ministre de l’Economie nationale à développer un dossier sur l’évolution des prix des denrées alimentaires de premières nécessités qu’elle pourra exposé aux membres du conseil.

Par la même occasion,Acacia Bandubola a indiqué que l’évolution des prix des produits de première nécessité fait suite de la mesure de suspension de la perception de la TVA et de la baisse des prix des produits sur les marché.

Cependant, La ministre de l’économie a fait savoir au chef de l’Etat que la mise en pratique de cette mesure sur toute l’étendue du territoire congolais est consécutive à l’examen des produits de grande nécessité pour des mesures gouvernementales portant sur la suspension de la perception de la TVA ainsi que sur la baisse des prix des produits pétroliers.

Yvette Ditshima

Ibrahim Kabila ne serait-il pas un Kabila?

0

Depuis 48h ,Ibrahim Kabila est au coeur d’une certaine actualité au pays.Il a décidé de mettre au défi des membres de la famille de Laurent Désire Kabila en exigeant publiquement un test ADN pour tous.Ce qui semble faire les affaires d’une certaine opinion. Seulement voilà, il ne peut pas contenter tout le monde.Notamment ceux qui considèrent qu’il est juste un « imposteur récidiviste ». Le héros du jour ne serait-il pas finalement qu’un zéro ?

Un document qui circule depuis ce matin sur la toile l’atteste.Une copie du passeport que Ibrahim Kabila a présenté à la police lorsqu’il a été interpellé. Ce document renseigne en effet que Kabila Tuaric Ibrahim est né en 1982 à Kinshasa .Ce qui choque les bonnes âmes qui s’interrogent comment l’ex-maquisard juché dans les montagnes de Fizi-Baraka à l’époque pouvait en même temps avoir un enfant à Kinshasa, au plus fort du règne de son pire ennemi, le Maréchal Mobutu?Sauf bien sûr, si ce document a été trafiqué. Ce qu’on ne va pas tarder de savoir.

DINA

RDC: la date du 17 Mai sera célébrée ce samedi 16 Mai 2020, la journée est déclarée chômée et payée sur toute l’étendue de la République

0

La journée des Forces armées de la République Démocratique du Congo sera commémorée le samedi 16 mai. Dans un communiqué signé ce vendredi par la ministre d’État en charge du travail et prévoyance sociale, l’autorité de tutelle informe aux travailleurs que la journée de samedi 16 Mai 2020 est déclarée chômée et payée sur toute l’étendue de la République. Ceci, en raison de la journée nationale de la révolution et des forces armées de RDC qui est célébrée le 17 Mai de chaque année, laquelle date susvisée tombe un dimanche. C’est qui fait que sa commémoration est avancée à samedi 16 Mai de cette année.

Pour rappelle, depuis la venue de Félix Tshisekedi au pouvoir, une autre facette a été donnée à la date du 17 Mai.

Célébrée jadis pour célébrer l’entrée de l’AFDL qui aura mis fin au régime mobutiste, cette journée s’est inscrit d’ores et déjà dans le sens de rendre hommage aux forces armées de la République, qui ont payé de leur vie pour libérer le Congo- Kinshasa des mains de la dictature du feu Maréchal Mobutu, qui a régné 32 ans au pouvoir.

Jonsard Mikanda

Gestion de la barrière entre Kinshasa et Kongo Centrale : un arrêté inter provincial signé par les deux gouverneurs

0

Les gouverneurs Gentiny Ngobila et Atou Matubwana, ont signé ce vendredi 15 mai à Kinshasa un arrêté interprovincial pour réguler la gestion de la barrière qui sépare les deux provinces au niveau de Mitendi. Deux check-point ont été placés de part et d’autre de la frontière, dans l’objectif de limiter la circulation des personnes entre Kinshasa et Kongo Central, conformément aux mesures prises par le Président de la République dans le cadre de la lutte contre la propagation du coronavirus dans le pays.

 » cet arrêté permettra de renforcer le travail déjà abattu sur le terrain afin de protéger les populations. Kinshasa étant une grande mégapole et que le Kongo Central fait partie des provinces qui fournissent les produits de première nécessité à Kinshasa, et vu les mouvements intenses de véhicules ainsi que des personnes, cet arrêté a été signé pour que les deux provinces puissent travailler de manière à assurer la sécurité sanitaire de nos populations », a déclaré le Gouverneur Matubwana.

La province du Kongo Central comptabilise jusqu’avant jeudi 14 mai, 55 cas de covid-19 et la ville de Matadi en est l’épicentre. A en croire au numéro 1 de cette province Par ailleurs, toutes les dispositions sont entrain d’être prises pour confiner la ville de Matadi.

Rédaction

*RDC: les élus nationaux du Sankuru plaident pour le Désenclavement de leur Province*

0

Sylvestre Ilunga Ilunkamba a au cours d’une séance de travail présidé ce jeudi à la primature, rassuré au caucus des élus de la prise compte des problèmes de la province du Sankuru. Cette séance de travail a tablée sur les questions liées à la crise institutionnelle dans la province du Sankuru, la lutte contre la maladie à Coronavirus dans cette pa du pays , ainsi que la problématique de son enclavement.

Une délégation conduite par le député National Christophe Lutundula, devant le Premier Ministre, les membres de ce caucus ont plaidé pour le désenclavement de leur province qui n’a ni infrastructures routières viables, ni infrastructures aéroportuaire de qualité, ils également évoqués le problème de la desserte en énergie et en eau potable, et celui de la paie des enseignants.

Rassuré de cet entretien, Christophe Lutundula révèle que le Premier Ministre, Ilunga Ilunkamba, a pris en compte la pertinence de toutes les questions soulevées ainsi que des solutions lui proposées pour développer cette province, qu’il connaît bien, puisque l’ayant déjà visité. Le Chef du Gouvernement va donc tenir prochainement une autre séance de travail avec les membres du Caucus de Sankuru et les Ministres sectoriels afin de lever les options appropriées.

Yvette Ditshima

COVID-19 : Rentrée scolaire imminente

0

La date va être annoncée sous peu.Toujours est-il que le ministre de l’EPST ,Willy Bakonga a conféré encore ce jeudi avec la commission ad hoc.
Il ressort de cette concertation que la réouverture des écoles dans les 19 provinces non touchées par le Covid19 se fera de manière priorité et qu’il est probable que l’ Ituri et le Kwilu n’ayant qu’un seul cas guéri soit sur cette liste.

Quant à Kinshasa seuls les Sixièmes primaires et secondaires vont reprendre en vue de la préparation des tenafep et exetats. Les 5 autres provinces touchées seront examinées au cas par cas prochainement. Les dates d’ouverture seront connues dans quelques heures.

DINA

Tandem Bakonga-Budimbu : un exemple à suivre pour une parfaite coalition

0

Beaucoup attribuent certains ratés de la gestion du pays à la coalition FCC-CACH qui, soutiennent bon nombre d’observateurs,  obéit aux agendas cachés des uns et autres. Cependant l’engagement presque parfait qu’on peut qualifier de franche collaboration au ministère de l’Enseignement Primaire secondaire et technique est un exemple à suivre.

Avec un Ministre d’Etat à savoir Willy Bakonga, issu du Front Commun pour le Congo et son Vice-ministre, Didier Budimbu, président de l’AVC proche de Félix Tshisekedi , ces deux personnalités du pays donnent de leçon à ceux qui veulent réellement comprendre ce que c’est une coalition qui vise le progrès du pays.

Ceux qui suivent l’action de ces deux fils du pays à la tête de ce ministère, peuvent facilement se rendre compte que la cohérence et bonne entente caractérisent leur gestion. Dans des réunions ou sortie médiatiques de ces deux membres du gouvernement, Il suffit de suivre les discours de l’un et l’autre pour se rendre compte de la confiance qu’ils se font mutuellement.

Enseignant de formation et de carrière et haut cadre du Parti pour la Reconstruction et la Démocratie, avec une expérience avérée dans la gestion, Willy Bakongo manifeste de la considération vis-à-vis de son collaborateur. Une qualité qui n’affecte en rien sa grandeur d’homme d’Etat.

Didier Bundimbu, qui est par ailleurs placé pour la première fois devant une telle responsabilité, témoigne lui-aussi le même respect à son chef. Ainsi, bien que dans un contexte difficile, les deux sont les éléments clés sur lesquels repose la confiance du Chef de l’Etat pour réussir ce vaste projet, l’une des grandes promesses du Président de la République Félix Tshisekedi, à savoir ‘’ LA GRATUITE DE L’ENSEIGNEMENT DE BASE’’

La question est celle de savoir : qu’est ce que ces deux fils du pays perdent en travaillant dans une étroite collaboration et se faisant mutuellement confiance dans le respect mutuel ? Rien, bien au contraire,ils gagnent ensemble pour un pays qui se veut grand mais dont ses mêmes fils et filles le trahissent.

Si seulement si, devons-nous le dire, la coalition FCC-CACH dans son ensemble devrait emboîter le pas pour s’investir dans la concrétisation des objectifs fixés pour le développement du pays, la République Démocratique du Congo, au bout de 5 ans de cette mandature de la première alternance, en sortirait grandie et victorieuse.

 

JAM

RDC: la proposition de loi pour la création d’une Agence Nationale de lutte contre la corruption déclarée recevable à l’Assemblée Nationale

0

Cette proposition a fait l’objet d’un grand débat lors de la plénière de ce jeudi 14 Mai 2020 à l’Assemblée Nationale,déclarée recevable par les députés nationaux, la proposition de la loi organique portant création d’une ‘agence nationale de lutte contre la corruption a été envoyée à la commission PAJ pour approfondissement.

Henri Thomas Lokondo son auteur soutient que cette proposition vient appuyer le travail des cours et tribunaux en RDC. Ainsi, la commission politique, administrative et juridique a sept jours pour creuser cette proposition destinée à mettre fin à la corruption devenue une coutume au congo. Il sied de signaler que la proposition de Thomas Lokondo est composée de 68 articles et six titres.

Elle sera ensuite examinée par le gouvernement avant d’être alignée par le bureau de l’Assemblée nationale à la prochaine plénière.

Jonsard Mikanda

RDC/ Affectation des fonds Go-PASS : Les 4 préoccupations du député national Claudel Lubaya

0

Dans une question écrite datant du 12 mars dernier, le député Claudel Lubaya a saisit le ministre des transports et Voies de Communications sur l’affectation des fonds Go-Pass.

« Combien de fonds ont été collectés et affectés chaque année, durant la période 2014 à 2019, grâce au Go-Pass ? » écrit Claudel Lubaya

La réponse écrite doit être envoyée au bureau de l’Assemblée nationale dans 10 jours. Le député Lubaya veut avoir des réponses sur 4 points point suivants ; combien de fonds ont été collectés et affectés chaque année, durant la période 2014 à 2019 grâce au GoPass ; Lubaya Claudel Luboya veut connaître également les statistiques détailles des voyageurs embarquant en vol domestique et celles du fret débarquant sur le même vol durant la période 2014-2019 ; les prévisions et les réalisations par année en vol domestique et en vol international durant la période 2014-2019 et ensuite les fonds alloués chaque année, durant la période 2014-2019 à la modernisation des infrastructures aéroportuaires et à l’acquisitions des matériels aéronautiques et autres équipements.

Rappelons que,c’est la RVA qui a institué le GoPass dans le souci de mobiliser les ressources pour financer la maintenance, la construction, la réhabilitation et l’amélioration des infrastructures aéroportuaires ainsi que l’acquisition de matériels et équipements nécessaires à la navigation.

Depuis 2019, chaque passager des vols internationaux paie 50 USD et 10 USD pour les vols nationaux. De même, le fret débarqué en vol international est taxé à 0,070 USD/kg contre 0,005 USD/kg pour le fret débarqué en vol international. Le fret embarqué pour le vol national est taxé à 0,009 USD/kg.

Yvette Ditshima

Affaire Mamie Tshibola : Évêque Pascal Mukuna transféré ce matin à Makala

0

Après son audition mercredi 13 Mai 2020 au parquet général près la cour d’appel de Kinshasa Gombe, le représentant légal des Assemblées Chrétiennes de Kinshasa, vient d’être transféré ce jeudi matin , à la prison centrale de Makala.

La présence d’un fourgon alors que pendant la l’évêque Pascal Mukuna et Mamie Tshibola étaient en confrontation a suscité des craintes, au sein de l’opinion des réactions.
La crainte était de voir le pasteur responsable de l’ACK finir sa course au CPRK.

Pour les uns, c’est déjà une victoire qui peut-être dédiée à toutes les femmes victimes des abus sexuels par des pseudos pasteurs. Nombreux sont ceux qui ont salué aussi l’avènement de l’état des droits en République démocratique du Congo, et soutiennent qu’il est maintenant temps que les avocats de Mukuna préparent bien le dossier pour affronter la justice, même si on crois savoir qu’il ya une main politique dans cette affaire, qui vise à stopper le président de l’éveil patriotique à évoluer dans sa démarche entamée contre Joseph Kabila, président honoraire de la République.

Pour rappel, l’évêque Pascal Mukuna est accusé de rétention illégale des documents, du viol et des menaces des morts à l’endroit de Mamie Tshibola, veuve de son ancien collaborateur.

Jonsard Mikanda

Signature d’un protocole d’accord entre la BCC et ARCA

0

La Banque centrale du Congo a signée ce mercredi 13 mai un protocole d’accord entre l’Autorité de la Régulation et du contrôle des Assurances, cela pour renforcer la surveillance du marché financier congolais et le contrôle des opérateurs du secteur.

Alain Kanyinda, le DG de l’ARCA signale que la signature de ce jour entre la BCC et l’Arca comporte plusieurs bénéfices notamment le contrôle du marché, échanges d’informations, protection de l’épargne des assureurs et des clients.

“C’est une collaboration la plus étroite l’Arca et la Bcc, pour améliorer l’efficience de la régulation du secteur financier de meilleures synergies permettant d’éviter le coût divers provoqué par le manque d’une bonne information” a-t-il dit.

Pour le Gouverneur de la Banque centrale du Congo, Deogratias Mutombo, cette collaboration est nécessaire pour garantir la coordination et la cohérence des systèmes de régulation et de contrôle en vue de les assujettir.

Yvette Ditshima

Désiré-Cashmir Kolongele Eberande officiellement directeur de cabinet ad intérim

0

Désiré-Casimir Kolongele, directeur adjoint de cabinet du Chef de l’Etat assume désormais l’intérim de directeur de cabinet Vital Kamerhe en détention provisoire depuis le 08 avril 2020. Dans un message lu ce mardi 12 mai sur les antenne de la télévision nationale congolaise. L’annoce a été faite dans le journal télévisé de 20 heures par  le porte-parole du Président de la République Kasongo Mwema Yamba Yamba.

La Rédaction

Covid-19 : Les experts chinois à Kinshasa depuis ce mardi 12 mai

0

12 chinois sont arrivés ce mardi à Kinshasa. Experts en front de bataille concernant la prévention, le diagnostic et le traitement contre le covid-19, dans la capitale congolaise, ils poursuivent 3 objectifs à savoir

la présentation des méthodes et pratiques Chinoises en matière de prévention et contrôle du covid-19;

Le partage de leurs expériences avec les responsibles de la santé de la RDC afin de les aider à renforcer leurs capacités de riposte contre le coronavirus
et Organiser la formation à l’intention du personnel soignant congolais et à l’équipe médicale Chinoise qui sont en plein pieds dans ce combat du covid-19 au niveau de Kinshasa.

Christelle Labu

Covid-19 : La RDC opte pour la cyber santé dans la lutte contre Coronavirus

0

Un Accord de Partenariat est signé entre la Province de Lualaba et la Société Medical Link Services, Numéro 1 en Cyber Santé en Suisse pour l’utilisation immédiate de MEDICAL LINK COVID-19. Cette solution permet d’identifier en temps réel les nouveaux foyers de ce virus. La #RDCONGO devient le premier pays africain à rentrer dans l’ère du 2.0 pour combattre le #CORONAVIRUS
(Communiqué)

Baisse des prix du carburant: Acacia Bandubola constate le respect de la décision gouvernementale

0

La Ministre de l’Économie Nationale, Acacia Bandubola a effectué une visite d’inspection ce lundi 11 mai dans quelques stations service de Kinshasa pour s’assurer de la mise en application de la réduction des prix du carburant à la pompe

Ceci fait suite à la décision du gouvernement de revoir à la baisse le coût des produits pétroliers afin de réduire leur impact sur les prix des biens et services. Le constat est le même dans toutes les stations par où est passée la ministre de l’économie, la nouvelle structure des prix est effective avec une réduction de plus ou moins 245 FC, soit 11,1%.

« Aujourd’hui, c’est une journée où nous voulions simplement vérifier l’effectivité de l’application de la nouvelle structure des prix des produits pétroliers. Evidemment, nous avons fait le tour de plusieurs stations essence pour voir comment les entreprises commerciales vendent leur carburant. Nous avons constaté qu’il y a une augmentation du volume de vente due à la baisse des prix du carburant. Nous exhortons les opérateurs à accompagner le gouvernement dans ce sens », a déclaré Acacia Bandubola

La ministre de l’économie nationale a commencé sa tournée par la commune de Bandalungwa, au Rond-point Moulaert, où elle a visité trois différentes stations d’essence, ensuite la commune de Limete en passant par le pont Cabu, La visite d’inspection s’est clôturée par la commune de Lemba, précisément au croisement des avenues By-pass et la place sous-région.

Yvette Ditshima

RVA: calvaire de Justin OKANA ou usurpation de Abdala BILENGE

0

L’histoire remonte à 2010,Adolphe Muzito, alors Premier Ministre décide de ne plus reconduire, pour insuffisance de résultats, tous les contrats de sous-traitance auxquels étaient soumis une bonne partie des entreprises du portefeuille au nombre desquelles la SNCC, la SCTP, la RVA…Dans la foulée, le Premier Ministre du PALU prend aussi la décision de confier la gestion intérimaire de ces entreprises aux Administrateurs Directeurs Généraux adjoints en lieu et place des titulaires venus avec la sous-traitance.

À la RVA, Jean ASSICE de ADPI/KPMG cède la place à Justin OKANA N’SIAWI LEBUN. Dans une lettre ayant pour objet « contrat ADPI/KPMG pour la stabilisation de la RVA », MUZITO, s’adressant à Jeanine MABUNDA, ministre du Portefeuille d’alors avec ampliation au Président de la République, indique que « les mandataires publics internes assureront l’administration de l’entreprise. Dans ce cadre, l’Administrateur Délégué Général adjoint assumera le leadership à titre d’ADG ad intérim. Voilà donc OKANA, ADG ai de la RVA.

L’Assemblée Générale Extraordinaire convoquée par Jeanine MABUNDA

Mais pas pour longtemps car, les relations entre le nouveau patron de la RVA et la Ministre du Portefeuille ne sont pas au beau fixe. OKANA fait état de pressions et injonctions inconsidérées de la part de sa tutelle politique. Toujours est-il qu’en date du 06 Mars 2012, Jeanine MABUNDA, agissant pour le compte de l’actionnaire Etat congolais, contresigne un procès-verbal d’une Assemblée Générale Extraordinaire,AGE, de la RVA Sarl nommant, notamment Emile BONGELI en qualité de Président du Conseil d’Administration, BILENGE ADBALA Administrateur Directeur Général ai et KIONI KUYENGULA Eddy Administrateur Directeur Général Adjoint ai de la Régie des Voies Aériennes Sarl.

Cette Assemblée Générale Extraordinaire avait pour but effectivement de « procéder à la nomination des mandataires intérimaires en remplacement de ceux qui ont démissionné pour mettre un terme à la confusion observée au niveau du Conseil d’administration et la lourdeur administrative déplorée à la Direction Générale et permettre à la société de fonctionner normalement et de remplir les obligations légales correctement». Seulement voilà, une AGE qui doit prendre une telle décision s’exonère elle-même de respecter la procédure car dans son préambule, il est dit clairement que « compte tenu du délai très court et de l’urgence, l’Assemblée présente a décidé de renoncer aux formalités de convocation ».

Autrement, pour faire respecter la loi, il faut violer la loi. Le tollé est général après la tenue de cette AGE mais les nouveaux gestionnaires n’ont cure de cela. C’est ainsi que le bureau de l’ADG ai Justin OKANA, qui fait de la résistance entretemps, est vandalisé pour installer BILENGE ABDALA. Neuf jours plus tard, Joseph-Martin KITUMBA GAGEDI, ministre des transports et voies de communication, la tutelle technique de la RVA ,dénonce les décisions prises par l’ AGE convoquée par Jeanine MABUNDA,dans une correspondance adressée au Premier Ministre qui conclut que son ministère « ne se sent pas lié aux décisions de cette Assemblée décline toute responsabilité dans la mise en application de ces décisions ».KITUMBA GAGEDI avait pris soin d’épingler préalablement à l’intention du Premier Ministre, toutes les violations en rapport avec la convocation et la tenue de cette Assemblée.

D’entrée de jeu le ministre des transports et voies de communication brocarde le fait que « l’actionnaire unique qui a exceptionnellement présidé les assises dans l’après-midi n’avait plus qualité puisque ayant démissionné de sa qualité d’actionnaire unique de l’Etat congolais l’avant-midi de la date de l’assemblée ».En effet, élue député national, Jeanine MABUNDA avait démissionné du Gouvernement à l’instar du Premier Ministre MUZITO ainsi que d’autres membres du Gouvernement et avait opté pour siéger à l’Hémicycle. Sur sa lancée Joseph KITUMBA indique que « le délégué du Ministère des Transports et Voies de Communication cité dans le procès-verbal n’avait pas pris part à l’Assemblée » avant de poursuivre que « la liste de présence signée par chaque membre de l’Assemblée n’est pas jointe au procès-verbal ».

En ce qui concerne la convocation de l’AGE, le ministre fustige le fait qu’elle n’a pas été faite « dans le délai avec un ordre du jour précis tel que recommandé par les statuts de l’Entreprise et n’a duré que 20 minutes » et en plus de cela « aucune concertation n’a eu lieu sur l’objet de l’Assemblée Générale ».Non content du principe cher aux juristes qui veut que la forme corrompt le fond, le ministre KITUMBA présente à Louis KOYAGIALO, Premier Ministre ai, son point de vue sur le fond de cette affaire en 3 points.

Premièrement, « les décisions de l’Assemblée Générale Extraordinaire ont heurté le pouvoir de nomination de l’Administrateur Directeur Général Adjoint qui est régi par une Ordonnance présidentielle n°08/004 du 12 janvier 2008 »,deuxièmement « les décisions de l’Assemblée Générale n’ont fait l’objet d’aucun débat de fond, étant donné sa durée trop limitée » et troisièmement, « la tenue de l’Assemblée Générale a péché par le non-respect de la procédure et n’a pas été convoquée dans les normes requises et aucune n’a justifié le renoncement aux formalités de convocation de l’Assemblée générale qui s’est tenue sans l’accomplissement de ces dernières tel que reconnu dans le préambule du procès-verbal ».

Le ministre de transports et voies de communication est persuadé que l’Assemblée Générale Extraordinaire de la RVA Sarl du 06 Mars 2012 convoquée par Jeanine MABUNDA sans « qualité » n’avait pour seul but que « la déstabilisation de la Direction Générale de la RVA au moment de l’exécution des projets d’investissements pour la réhabilitation des infrastructures aéroportuaires sur financement des bailleurs tel que la Banque Mondiale et la BAD ».Visiblement les intérêts en jeu étaient plus forts que le droit car OKANA, n’obtiendra pas gain de cause. Aussi va-t-il décider de recourir à la justice congolaise.

La saga judiciaire

En date du 23 Mars 2020, le tribunal de commerce de Kinshasa/Gombe siégeant en matière commerciale et économique au premier degré a rendu sous RCE 2385 un jugement qui disait « recevable et fondée l’action mue par le requérant OKANA N’SAWI Justin. En conséquence :-lui accorde le bénéfice intégral de son exploit introductif d’instance ». Pour un motif qu’il est facile d’imaginer, ce jugement n’a jamais été exécuté par contre, il a été attaqué en tierce opposition par Emile BONGELI,nommé PCA de la RVA au terme de l’AGE controversée. Au second degré, la cour d’appel de Kinshasa/Gombe siégeant en matières civile et commerciale a rendu sous RCA 30.149, le 28 Novembre 2013 un arrêt déclarant « irrecevable l’action en tierce opposition » menée par BONGELI et ses conseils.

Quand bien même la cour d’appel va mander et ordonner « à tous huissiers à ce requête de mettre le présent arrêt à exécution », Justin OKANA ne va toujours pas retrouver son fauteuil de ADG ai de la RVA occupé déjà depuis plus d’un an par ABDALA BILENGE.
Persuadé d’être dans son bon droit, Justin OKANA va saisir la ministre de la justice et droits humains afin qu’elle veille à l’exécution de cet arrêt. Wivine MUMBA MATIPA va à son tour adresser un courrier à sa collègue du Portefeuille, MUNGA MESIOZI lui demandant « exécution de l’Arrêt rendu par la Cour d’Appel ».

Rien ne sera fait.Saisi en copie par la Ministre de la justice ,MATATA PONYO,déjà Premier Ministre fait observer à la ministre du Portefeuille que le jugement du tribunal de commerce « annule le procès-verbal de l’Assemblée Générale de désignation des actuels dirigeants de la RVA ».Mais cirieusement,le Premier Ministre ne facilitera pas par la suite l’exécution de cet Arrêt ,bien au contraire. OKANA ne retrouvera toujours pas son fauteuil même si le 02 Juillet 2019,l’inspecteur général des services judiciaires et pénitentiaires ,s’adressant à madame le greffier divisionnaire du Tribunal de commerce va de nouveau instruire l’exécution du « jugement RCE.2385 et de l’arrêt RCA.28.929 affaire OKANA Justin contre la Régie des Voies Aériennes (RVA) ».

Préoccupé par une distribution équitable de la justice, le Premier Avocat Général Grégoire MUNOKO VUNDA fait observer dans ce courrier à madame le Greffier Divisionnaire du Tribunal de Commerce qu’il « est aussi vrai que la non-exécution d’une telle décision ne rend service ni à la Régie des Voies Aériennes qui verra toutes ses actions en demande comme en défense être déclarées irrecevables car introduites par un Directeur Général sans qualité, ni à l’Etat congolais ».Une fois de plus, cette missive est restée sans suite.

La gestion de BILENGE ABDALA

Pendant ce temps, la Cour des comptes qui avait diligenté une « vérification des opérations de recouvrement et d’utilisation des fonds pour le développement des infrastructures aéroportuaires IDEF-RVA » en décembre 2012, c’est-à-dire 9 mois après que BILENGI ABDALA soit arrivé à la tête de la RVA est arrivée à des conclusions catastrophiques quant à la gestion de cette ressources principales pour la RVA. La Cour des comptes a stigmatisé le « détournement de la destination et de l’utilisation des recettes IDEF » et la « non justification de certains paiements ».

Le rapport d’audit indique notamment « l’absence des extraits de ces deux banques ainsi que les pièces justificatives des transactions entre la RVA et la STANDARD BANK, n’ont pas permis à l’équipe de vérification de certifier le montant total de 7.932.638 USD tel que déclarés par la Direction de la RVA, soit USD 5.579.464,58 en 2009,50.000 en 2010 et le solde d’USD 2.303.173,42 au 30 juin 2012.Ces éléments probants de mégestion dans le chef de BILENGI ABDALA n’ont pas non plus persuadé qui de droit qu’il fallait remettre Justin OKANA dans ses droits. Le Président de la République Félix Antoine Tshisekedi vient de diligenter une nouvelle commission d’audit dans cette entreprise publique. Attendons voir.

DINA

«Avoir un enfant autiste est un combat de tous les jours…», Élodie Diakite Bokambulu

0

Présidente du centre Cong’Autistme créé dans le but de sensibiliser la communauté et de soutenir les institutions qui travaillent avec des enfants vivant avec autisme. Elodie Bokambulu Diakite, est une Femme entrepreneure, mariée et mère de 4 garçons dont deux nés atteints de Troubles du Spectre Autistique, s’est confiée à 24newsagency pour parler des avancées et projets à venir de la dynamique Cong’autisme.

Vous êtes à la tête d’une initiative salvatrice dénommée CongAutisme. D’où et comment est née cette initiative?

 »Je suis moi même mère de deux enfants autistes qui vivent en Belgique, malgré les progrès, j’ai constaté qu’en RDC les parents rencontrent plusieurs difficultés pour l’insertion de leurs enfants autistes, c’est l’élément déclencheur de l’initiative Congo’autisme dans mon pays. Avoir un enfant autiste est un combat de tous les jours, et c’est ma plus grande motivation pour tenir le centre Congo’autisme”

Nous avons vu à l’inauguration de votre centre, le chef de l’Etat se déplacer. Qu’avez vous fait pour convaincre le président de la République à adhérer à ce projet et quel est son apport ?

 » Nous avons un président soucieux de l’inclusion des personnes vivants avec handicap. Le choix d’une femme à la tête de ce ministère en est la preuve. Le président de la République s’est naturellement senti concerné quand il a compris qu’il s’agissait d’un projet sur un handicap dont on a jamais entendu parlé en République démocratique du Congo. le chef de l’Etat est un grand apport dans ce combat que nous avons commencé depuis 22 ans»

Environ une année depuis l’inauguration. Quelles sont les actions concrètes de Congo’autisme sur terrain?

 » Nous avons jusque-là 3 réalisations concrètes notamment le diagnostic. A ce jour nous avons réalisé près de 600 consultation et posé 456 diagnostics.Et ce n’est pas assez.On a instauré le système de l’orientation qui grâce aux diagnostics nous avons pu mettre quelques enfants autistes sur les bancs de l’école dans les centres spécialisés partenaires et on a mis sur pied un centr e de récréatif pour enfants autistes.
Les enfants sont accueillis pour des animations et jeux socio-éducatifs mais aussi de détente comme le foot, le trampoline, une salle de cinéma et plein d’autres encore pour ne citer que ceux-là  ».

Kinshasa n’est pas la RDC, comment pensez-vous couvrir tout le pays? Et par quelle province allez-vous commencer?

«Vous avez raison de le rappeler. La République ne se limite pas à kinshasa.Mais il nous fallait un centre pilote qui allait servir par la suite de référence, de modèle à suivre pour les provinces.Il faudra disposer d’une quantité suffisante de professionnels de santé spécialement formés pour atteindre l’ensemble de la République. Kinshasa sert de centre de formation,Quant aux provinces, Il n y’a pas une province ciblée comme prioritaire.Nous le déterminons le moment venu»

Il faudrait présenter la situation des enfants autistes congolais aux organismes internationaux. Vous y avez pensé? Si oui, avec quels organismes avez-vous déjà pris contact?

« La situation que le monde connaît avec le Coronavirus a bouleversé tout notre calendrier.
On a commencé notre premier contact avec l’ONU ensuite prendrons contact avec l’UNICEF. Le 2 avril dernier, mon équipe et moi, étions attendus à la cellule du handicap des Nations unies afin de présenter la situation de l’autisme en RDC. Ce n’est qu’une partie remise. Nos services sont en contact»

Quels sont les besoins de Congo’autisme pouvant aider d’atteindre ses objectifs ?

«Nos besoins sont essentiellement financiers.
Nous aimerions augmenter notre capacité de diagnostic. De 20 par mois actuellement à 30. Nous sommes limités parce que le diagnostic a un coût. Les professionnels doivent être rémunérés et nous manquons des moyens.. et il faut former d’autres professionnels et là aussi, nous manquons les moyens . Nous voudrions épauler les centres spécialisés qui font un travail exceptionnel mais avec leur propre moyen»

Les Amis de Daniel une école des enfants autistes à Kinshasa, le Ceheima et tant d’autres. Nous voudrions les épauler afin qu’ils améliorent et augmentent leur capacité d’accueil. Mais hélas, nous ne le faisons pas encore par manque de moyens.

Propos recueillis par Yvette Ditshima

Prévention du covid-19:Le Comité laïc de coordination lance une campagne de distribution gratuite des masques

0

Pour soutenir à sa façon les efforts de prévention du COVID-19 à Kinshasa le comité laïc coordination a lancé officiellement ce samedi 9 mai une campagne de la distribution gratuite de masques de protection. Ceci intervient dans le but de limiter la chaîne de contamination du coronavirus .

Pour le Porte-parole du CLC Hervé Diakiese,ce geste vient dans le cadre de solidarité aux plus démunis dans la périphérie de Kinshasa.

«C’est aujourd’hui le moment d’être avec notre population qui est exposé sérieusement à cette pandémie mais qui aussi totalement est démunie jusqu’au point de manquer de qoui s’acheter un masque » ,affirme Hervé Diakese

Cette distribution a débuté au marché de la liberté de Kinshasa.Vendeurs et acheteurs ont reçu gratuitement de la part du CLC les masques de protection contre le Covid19. Le comité laïc de coordination promet également d’étendre cette action avec ses partenaires, dont l’église catholique et des mouvements citoyens qui devront également distribuer ces masques de protection.

Il est à noter que, ces masques en tissus sont fabriqués par le Comité laïc de coordination avec des pagnes aux motifs représentant les martyrs de l’indépendance.Une façon pour le CLC de célébrer la première alternance politique survenue en République Démocratique du Congo.

Yvette Ditshima

Sud-Kivu covid-19 : le gouverneur NGWABIDJE et le Docteur Denis MUKWEGE appellent les médias à amplifier la sensibilisation

0

Le gouverneur du sud-Kivu Théo NGWABIDJE et le Docteur Denis Mukwege ont tenu une conférence de presse ce samedi 09 mai 2020 pour demander aux médias d’intensifier la sensibilisation à travers différents supports notamment les émissions radio-télévisées concernant le covid-19 dans la province du sud-Kivu afin de maintenir le cap de 0 cas .

« Nous devons agir en amont afin de réduire la courbe de contamination du COVID-19 au sud Kivu,nous comptons sur la Presse afin de sensibiliser la population sudkivutienne à respecter les mesures de prévention contre le coronavirus » a déclaré le Gouverneur NGWABIDJE.

Christelle Labu

Willy Ngoopos poursuit la visite des travaux à Kinshasa

0

Dans le but de s’enquérir de l’effectivité des travaux initiés ou financés par le Gouvernement ,le Vice-Premier Ministre en charge des Infrastructures , Travaux Publics et Reconstruction, ITPR, Willy Ngoopos Sunzel s’est rendu dans la Commune de Kintambo sur l’avenue Grand séminaire au quartier Ngaba inspecter les travaux que l’Office des Voiries et Drainage,OVD avait entamé dans ce quartier.Ceci intervient après la visite de travaux sur la route Kimbwala-Don Bosco dans la commune de Montngafula.

Ce samedi 9 mai à Kinshasa, le vice-premier ministre Ngoopos a également inspecté les travaux de construction d’un pont sur l’avenue Kianza reliant les communes de Lemba et Ngaba. Ces travaux exécutés par l’OVD,vont s’effectuer sur 3 Km.

Willy Ngoopos a tenu sa promesse, annoncée lors de sa descente quelques jours passés, de procéder au lancement des travaux de la réhabilitation de la voirie secondaire menant au saut-de-mouton de Pompage.

Yvette Ditsh

LE 11 MAI : VITAL KAMERHE VEUT UN PROCES AUX YEUX DE TOUS

0

C’est le procès le plus attendu du régime Tshisekedi. L’homme qui a accepté de se soustraire à la course dans le but de soutenir Félix Tshisekedi à la présidentielle du  décembre sera à la barre ce lundi  mai 2020. Accusé de détournement des fonds alloués au programme de 100 jours du Chef de l’Etat, Vital Kamerhe veut jouer ce que d’aucuns peuvent qualifier de la dernière carte sous les projecteurs des caméras et en direct.

L’homme et ses avocats ont sollicité la retransmission en direct de ce procès afin, disent-ils de permettre aux congolais de savoir toute la vérité sur cette histoire qui, certainement restera gravée dans les anales de l’histoire.

La Radio télévision Nationale Congolaise va-t-elle assurer la retransmission ? Aucune confirmation, en tout cas pas jusqu’au moment où nous mettons en ligne cet article. Cependant, le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat, propriétaire d’une chaîne de télévision dénommée Canal Futur, a décidé de disponibiliser sa chaîne quant à ce. Dans une correspondance adressée au Président du tribunal de Grande  Instance de Kinshasa/Gombe, avec copie réservée au Président de la République, au Ministre d’Etat en charge de la Communication et des médias et à Vital Kamerhe, promoteur de CF Télévision, le Directeur Général de cet organe Ndjangukarazo, sollicite la retransmission de ce procès sur CF Télévision.

Que s’est-il passé dans la gérance de programme de 100 jours du Chef de l’Etat ? Les congolais seront bien entendus dans la joie de voir la demande exprimée par le DG de ce canal être approuvée afin de suivre en direct ce procès.

 

La Rédaction

Tribune/ Un acharnement sans nom sur la personne incriminée

0

C’est chaque jour qui passe que nous apprenons un peu plus sur les intentions nuisibles des détracteurs du DG  de l’OGEFREM,  *Patient Sayiba*. Certains, par manque d’arguments, préfèrent même outrepasser la liberté d’expression au point de recourir aux journaux satiriques qui n’hésitent pas à verser dans les injures faciles plutôt qu’à la présentation intelligible des faits. L’injure est l’arme du faible et le silence est d’or, dit-on. D’autres encore, comme des petits diables dans un bénitier, multiplient des allégations mensongères auprès des autorités en vue d’obtenir, tant soit peu, leur accompagnement.

D’après nos investigations, il s’avère que Monsieur SAYIBA est tout simplement victime de sa réussite managériale, de sa rigueur et de son savoir-faire qui a mis à nu l’ancienneté sans empreinte patriotique de certains de ses détracteurs qui ont catastrophiquement assumé des hautes responsabilités dans ce pays.

Selon ses détracteurs, tantôt, Patient Sayiba aurait détourné plusieurs millions et aurait logé son butin dans un compte à l’étranger, tantôt il serait orgueilleux et n’obéirait qu’à ses impulsions, etc. In fine, après chaque vérification, les comptes sont bons pour chaque fait lui reproché en commençant par le crédit de 3 millions contractés à Afriland pour chuter par le dossier port sec de Kasumbalesa en passant par les interpellations en justice.
Pour rappel, à son avènement à la tête de l’Ogefrem, ce nouveau DG réalisera que l’entreprise était dans un profond coma prolongé car, la note du Directeur financier de l’époque signée le 18 juin 2017 faisait déjà état de plus de 40 millions Usd de dettes pour une entreprise dont le chiffre d’affaires qui, à  peine, avoisinait 30 millions usd. A en croire le PV de remise-reprise, l’on y signalait un compte bancaire passif de l’ordre de moins un million six cent mille Usd.

C’est là que le tandem SAYIBA et MANZILA se rendront compte qu’ils ont du pain sur la planche et se décident de se souder les coudes en mettant en place le système managériale de la gestion participative et orthodoxe axée sur les résultats. Avec ce système, l’espoir renaît petit à petit car il reflète une détermination et une volonté irréversible de rompre définitivement avec un systeme qui vantait la morosité aussi bien mentale, technique, administrative que financière en lieu et place des vertus managériales.

Il va de soi qu’à défaut pour eux d’obtenir la complicité du DG SAYIBA pour atteindre leurs fins, tous les moyens sont bons pour ces détracteurs d’évincer leur cible.

Parlant de la justice, nous voulons d’une justice juste ou équitable et nous dénonçon celle qui affaiblit et condamne
l’opprimé par des procédures à la fois irrégulières et spectaculaires. Nous nous insurgeons contre la justice à double vitesse qui viole les principes fondamentaux pour servir certains intérêts égoïstes. Nous voulons d’une justice noble et réparatrice.

En effet, dans le dossier OGEFREM, la lecture de l’article 153 de la Constitution nous aura appris que non seulement le Parquet près la Cour de Cassation n’est pas juridiquement compétente pour interpeller un DG dont Sieur SAYIBA, mais dans les faits tout porte à croire que les faits lui reprochés sont inexistants au regard des preuves déjà fournies et que ses détracteurs savent contredire. Pire encore, le Parquet s’enteterait pour revenir sur des questions qui ont fait l’objet des enquêtes de deux grandes institutions étatiques dont l’expertise est d’une notoriété presqu’universelle. Nous citons l’Inspection Générale des Finances et la Cour des Comptes dont les conclusions n’ont révélé aucune anomalie. Que cachent ces mandats de comparution et d’amener du Parquet près la Cour de Cassation qui ressemblent à une suite réservée aux déclarations intéressées des tireurs de ficelle comme l’honorable LUBAYA, Me MUYAMBO, Me KAPIAMBA, qui n’avaient jamais dit un mot lorsque l’OGEFREM mourrait il y a de cela trois ans?

Nous sollicitons l’implication  personnelle du Garant du bon fonctionnement des Institutions et Juge suprême de la République, le Chef de l’Etat, pour que la justice ne soit pas utilisée comme une arme aux services des politiciens véreux.
A ce jour, les travailleurs de l’OGEFREM et tous les Partenaires de cette entreprise sont fiers des résultats de la politique managériale mise en place par le DG SAYIBA et l’en félicitent au quotidien.

Me Jean Michel MPANGI MUTOMBO

Covid19: « La crise sanitaire mondiale actuelle est une leçon d’humilité de Dieu» dixit André-Alain Atundu

0
Au Cours d’un point de presse tenu ce jeudi 7 mai 2020  dans sa résidence, l’ambassadeur Alain André Atundu s’insurge contre  la crise sanitaire qui frappe l’humanité dont la République démocratique du Congo n’a pas pu échappé.
Le Communicateur du Front Commun pour le Congo révèle que cette pandémie n’est rien d’autre qu’une des terribles leçons d’humilité de Dieu.

«Devant la dure et cruelle réalité de Coronavirus qui vient de découvrir le caparaçon du mythe de la suprématie d’une certaine race en tout point de vue, notamment dans la recherche et les découvertes scientifiques, me revient à l’esprit les propos de Bossuet à la mort d’un prince rappelant aux têtes couronnées et aux grands de ce monde qu’à Dieu seul appartiennent la gloire et la Majesté; lui seul est capable de donner aux grands de ce monde de grandes et terribles leçons d’humilité. La crise sanitaire mondiale actuelle en est une.» a-t-il déclaré
Poursuit-il, Car Dieu, à travers le temps, distribue discrétionnairement succès et échec, sans considération de race, de religion, d’âge ou d’autres critères stigmatisant dans le seul but d’imposer humilité et modestie à tous ceux qui crois-tu diriger le monde, où se croient supérieurs.
L’un des ténors du FCC, Atundu signale que la coalition FCC-CASH est un instrument efficace de gouvernance démocratique en RDC, et face à la riposte crédible au Covid19, la fin de saut-de-mouton, la gratuité d’enseignement, la stabilité du franc congolais au dollar et l’amélioration des conditions sociales Grace à un budget que le Peuple Congolais attend, le Communicateur du FCC pense qu’il est urgent que le gouvernement présente au peuple un budget remanié pour éviter qu’un réveil tardif et brutal de la population, abusées par de promesses non réalisées, n’occasionne un bing bang des populations congolaises.
S’agissant de l’environnement politique actuel, A-A Atundu a saisit cette occasion pour lancer un vibrant appel aux nationalistes.  » Je lance un appel patriotique et vibrant à tous les Nationalistes de ne pas décevoir nos populations qui ont mis tant d’espoir en notre coalition à cause de la personnalité du président Tshisekedi et Kabila”
A cet effet, Atundu demande à la coalition FCC- CASH de s’unir en vue de lutter ensemble contre Covid19.
“Unissons nos efforts pour travailler dans la synergie, pour riposter à la pandémie Covid19, pour réorganiser notre économie frappée de plein fouet, pour relever le défi et donner espoir à un peuple désorienté” a dit l’ancien porte parole du Front Commun pour le Congo.
Yvette Ditshima

Port de masque obligatoire : Sylvano Kasongo accentue la mesure de contrôle

0

Après près de deux semaines depuis que le gouverneur de la ville Gentiny Ngobila a rendu obligatoire le port de masque de protection pour limiter la chaîne de contagion de la pandémie à Coronavirus Covid19. Le Commissionnaire général de la police, le général Sylvano Kasongo vient à son tour intensifier la mesure pour les chauffeurs de taxis.

Dans un communiqué adressé à la presse ce mercredi 6 mai 2020, Sylvano Kasongo annonce que « Tout conducteur qui transportera des clients qui ne portent pas de cache-nez payera l’amende pour eux» a-t-il déclaré

En cas de non respect de cette consigne, « c’est toi le chauffeur qui va payer ces amendes parce que tu as transporté quelqu’un qui n’a pas de masque. » poursuit-il

Le numéro un de la police de la ville de Kinshasa demande aux conducteurs et à la population kinoise qui seront arrêtés d’exiger la délivrance d’une quittance auprès des agents de la DGRK après avoir payé une amende.

Par ailleurs, Sylvano Kasongo a ordonné aux éléments de la police de prêcher par l’exemple en portant des masques de protection avant d’interpeller les récalcitrants, tout policier qui sera surpris sans masque de protection sera contraint de passer 15 jours au cachot.

Yvette Ditshima

Environnement : Les ménages de Kinshasa adoptent de plus en plus l’utilisation du gaz domestique

0

Au bout d’un mois de lancement de la campagne d’utilisation du gaz domestique en lieu et place de la braise par les ménages de Kinshasa, 16.000 kits de ce gaz ont déjà été vendus dans la capitale congolaise a constaté le ministre de l’environnement et développement durable .Maitre Claude Nyamugabo s’est rendu en visite d’inspection ce mercredi 06 Mai dans les installations de la société Sogaz, une entreprise privée qui a bénéficié des subventions publiques afin de promouvoir la vente du kit de gaz domestique à prix accessible à tous les ménages.

Ce financement s’inscrit dans le cadre de l’engagement du Gouvernement à lutter contre la déforestation. Par conséquent, la vente de ces 16.000 kits est un sujet de satisfaction pour le ministre Claude Nyamugabo car elle est une preuve palpable de l’adhésion populaire au programme national de lutte contre la déforestation et la pression humaine sur les forêts.
Aussi, le ministre de l’environnement et développement durable a-t-il insisté sur l’interaction nécessaire entre la lutte contre la déforestation et la lutte contre la pauvreté. Il faudra retenir que selon le ratio de world lpg association, 133 tonnes de gaz vendus ayant permettent de préserver 7 ha de forêt.

Au regard de cette vente dont les chiffres ont presque quintuplés en quelques semaines, le Ministre de l’environnement et développement durable est persuadé que dans les mois à venir, des statistiques encore plus encourageantes seront enregistrées et cela au regard de l’intérêt général que manifeste une grande partie de la population face à ce type d’énergie.
DINA

VIOLATION DES DROITS DE L’HOMME EN HAUSSE

0

Les cas de violation des droits de l’homme sont en hausse en République Démocratique du Congo, note le rapport du bureau conjoint des nations-unies aux droits de l’homme. L’on note au cours du mois de mars 2020, 681 violations des droits de l’homme sur tout le territoire de la RDC, soit une augmentation de 6% par rapport au mois de février (642 violations). Ce qui reflète une augmentation (+ 8%) des atteintes attribuées aux groupes armés et une légère hausse du nombre de violations des droits de l’homme attribuables aux agents de l’Etat (+4%), en particulier des agents de la Police nationale congolaise (PNC), ainsi que du nombre d’atteintes attribuables aux groupes armés, en particulier des assaillants armés actifs principalement dans le territoire de Djugu en Ituri.

Sur l’ensemble du territoire de la RDC, les agents de l’Etat sont responsables de 289 violations, soit 42% des violations documentées en mars 2020. Ce nombre représente une augmentation de près de 4% par rapport aux 279 violations enregistrées au mois de février 2020. Les agents de la PNC et les militaires des Forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC) réunis ont commis près de 37% du total des violations documentées. Les agents de l’Etat sont notamment les auteurs des exécutions extrajudiciaires d’au moins 28 personnes, dont trois femmes et un enfant.

Rédaction

Prorogation de l’Etat d’urgence sanitaire en RDC : LA GUERRE DES JURISTES A COMMENCE

0

Alors que se confirme de plus en plus la possibilité pour le président de la République de saisir d’ici samedi, une nouvelle fois l’Assemblée nationale et le sénat pour la prorogation de l’Etat d’urgence sanitaire, les spécialistes de droit ne se mettent pas d’accord sur la nécessité de recourir une fois de plus à cette disposition constitutionnelle certes mais non moins exceptionnelle. Félix Antoine Tshisekedi a-t-il le droit ou pas de recourir, une fois de plus à l’Etat d’urgence sanitaire ?

Selon maitre Guy Mafuta Kabongo, député national membre du FCC, cette question trouve sa réponse dans la constitution à son article 144 qui stipule que « la prorogation de l’Etat d’urgence est autorisée par l’Assemblée Nationale et le Sénat ». Selon l’élu de Tshikapa, les deux chambres parlementaires ont en pleinement le droit d’examiner l’opportunité ou non d’une demande clairement motivée par le Chef de l’Etat avant d’accepter ou de refuser la prorogation. « Le président Félix Tshisekedi n’aura le choix que de se soumettre à la décision du parlement s’il ne veut pas tomber dans une dérive dictatoriale qui risque de saper tous les efforts qui ont conduit à l’alternance pacifique au sommet de l’état », renchérit Guy MAFUTA.

Point de vue battu en brèche par Maitre Georges Kapiamba, président de l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice ACAJ dont les positions sont notoirement proches du Président Félix Antoine Tshisekedi. Selon cet avocat, » aucun parlementaire sérieux, ne peut s’opposer à une telle demande, car elle est fondée sur le dernier rapport du secrétariat technique de lutte contre le Coronavirus, et si nos députés et sénateurs ont le souci de la population congolaise, ils doivent à un moment donné mettre leurs divergences de côté pour mener la lutte ensemble contre le covid-19 qui est notre ennemi commun ».

Rappelons que c’est lors de la 29è réunion du conseil des ministres du gouvernement en mode vidéoconférence, lundi dernier, qu’il a été fait état par le président de la République de la nécessité de proroger l’Etat d’urgence sanitaire en vigueur pour des périodes successives de 15 jours jusqu’à la fin de la pandémie.

PL

LUTTE CONTRE LE COVID-19 : LE SUD-KIVU PRODUIT SON DEUXIEME RESPIRATEUR ARTIFICIEL

0

La province du Sud- Kivu a produit son deuxième respirateur artificiel pour l’assistance des personnes atteintes du COVID-19. Oeuvre de l’ingénieur CHOKOLA MUHIGWA Christian de l’Université Officielle de Bukavu, UOB, cet équipement a été présenté mardi 05 Mai au Gouverneur du Sud-Kivu Théo Ngwabidje KASI par le professeur ordinaire Jean-Berckmans MUHIGWA de l’UOB.

S’adressant au Gouverneur Ngwabidje au cours d’une cérémonie de présentation du respirateur artificiel, le professeur MUHIGWA a sollicité l’appui du gouvernement provincial pour l’accompagnement de l’UOB auprès des institutions tierces dans l’accroissement de son utilité sociale et particulièrement le renforcement de son atelier où sont fabriqués les respirateurs.

Selon la cellule de communication du gouvernorat du Sud-Kivu, Théo Ngwabidje a salué cette initiative en promettant d’appuyer l’UOB. Il a promis de mener un plaidoyer auprès des partenaires de la province afin d’avoir plusieurs respirateurs nécessaires pour combattre le covid-19 et aider ainsi d’autres patients dans différents hôpitaux de la place.

A la même occasion, l’UOB a aussi présenté des laves mains automatiques répondant aux mesures préventives contre le covid-19.

DINA

COVID-19 / UN DON DE 100 MILLE MASQUES DE LA COMMUNAUTE INDIENNE A LA VILLE

0

La communauté indienne à Kinshasa a offert un don de 100.000 masques à la ville de Kinshasa. Ce don a été remis au Gouverneur de la ville Gentiny Ngobila Mbaka, ce mardi 05 mai. Ce lot de cache-nez est à distribuer à la population kinoise.

Un geste salué par le numéro 1 de la ville qui a par ailleurs remercié cette communauté qui a choisi la RDC comme seconde patrie. A cette occasion, Gentiny Ngobila a invité la population kinoise à porter des masques en milieux publics, un geste barrière qui permet la limitation de la propagation de la pandémie à coronavirus qui frappe le monde entier.

La communauté indienne se joint ainsi à d’autres initiatives privées qui ont déjà apporté leurs soutiens à l’hotel de ville de Kinshasa dans ce combat contre cette pandémie de Covid-19.  Parmi ceux qui ont mis la main dans la pâte nous pouvons ainsi citer : Angel Cosmetics qui a offert un lot des savons et solutions hydro alcoolique, HJ Foundation qui a offert des boîtes des sardines, des pains et autres boissons sucrées pour  la ration des éléments de la police commis au contrôle à différents check point pour accéder ou sortir de la Gombe.

Avec une population estimée à plus de 13 millions d’habitants, la capitale congolaise reste l’épicentre de Covid-19 en RDC. Le port obligatoire de masque en lieux publics est donc une des moyens choisi pour limiter la propagation de cette maladie dans la capitale.

 

Rédaction

PLUSIEURS AXES DE LA NATIONALE n°1 MENACÉS D’ÉROSION : LE GOUVERNEUR DE LA VILLE S’INVESTI POUR UNE SOLUTION SANS DELAIS

0

Le Gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, a effectué, dimanche 03 mai, une visite d’inspection sur la nationale n°1, dans l’axe compris entre Ndjoku et la cité de Maluku. Cette itinérance a permis à l’autorité urbaine et son équipe de s’imprégner de quelques têtes d’érosions qui menacent cet axe  routier, suite au manque de canalisations des eaux en provenance de nouvelles constructions le long de cette route.

Au niveau de Kimpoko vers Mayi ya Pembe, le Gouverneur de Kinshasa s’est rendu compte de l’effondrement d’un ouvrage d’assainissement dû à un amoncellement des déchets et autres terres. Ici, comme dans d’autres sites visités, ce sont des glissières qui sont entamées et à chaque pluie, il y a perte des pans entiers. Pour Kimpoko, la chaussée est déjà entamée au 2/3.

Visiblement choqué par cette menace, le Gouverneur Gentiny Ngobila a, sur place, demandé au Directeur provincial de l’Office de routes qui faisait partie de la délégation, de lui proposer un devis pour résoudre immédiatement le problème. Ces travaux devront ainsi consister en la construction de la glissière et la réhabilitation des caniveaux, suivis de remblayage et de la réhabilitation de la chaussée.

Deuxième site visité, c’est la cité de Maluku où 3 points chauds ont été identifiés. Sur deux sites, l’on a constaté les mêmes raisons à l’origine des têtes d’érosions : glissière  effondrée du fait de la construction par la Zone économique spéciale -ZES- sur les ouvrages de drainage. En guise de solution, Gentiny Ngobila a donné les mêmes instructions au Directeur provincial de l’Office de route.

De la cité de Maluku, le numéro 1 de la ville de Kinshasa et sa suite ont rebroussé chemin pour s’arrêter au niveau de Bibwa dans la commune de la N’sele. Le constat fait à quelques encablures du célèbre site de loisir « Le Sébastien », révèle l’effondrement d’un collecteur avec impact direct sur la chaussée. Une réparation urgente s’impose vu l’ampleur du dégât. Pour les techniciens présents sur place, il faut construire un ouvrage de traversée  pour résoudre ce problème. Une fois de plus, le gouverneur de la ville a exigé un devis sans délai.

L’autre site sous menace, c’est le début du quartier Badara, avant l’aéroport international de N’Djili. Là, le constat fait est plus qu’amer: le boulevard risque de se couper en deux, gênant ainsi la circulation vers l’aéroport. Gentiny Ngobila a donné les mêmes recommandations en vue d’une intervention rapide sur ce site en termes des travaux.

Sur le chemin de retour, l’équipe du premier citoyen de la ville procédait à la distribution des masques ou caches-nez à la population de Masina, qui a aussi été sensibilisée sur les règles d’hygiène, le port des masques, le lavage des mains avec du savon ou solution hydro alcoolique et surtout sur la distanciation sociale qui souffre d’application dans cette partie de la capitale communément appelée Tshangu.

 

 

Rdc/Stabilisation de FC sur le marché: Ted Beleshayi propose deux autres alternatives

0

La dépréciation du Franc  congolais ne cesse d’alimenter de réaction au sein de l’opinion tant économicofinancière que politique.

Le directeur de la banque centrale a indiqué jeudi 30 avril devant la presse que cette dépréciation est  consécutive à une expansion monétaire sur le marché de change à la suite de financement des déficits du trésor public par les avances monétaires de la banque centrale du Congo au gouvernement de la république et a préconisé trois mesures pour sa  stabilisation sur le marché.

Pour l’économiste monétariste Ted Beleshayi, au delà des mesures de politique monétaire prises par la Banque Centrale du Congo, il y a nécessité que les autorités imposent aux administrations et institutions de l’Etat quelques pratiques de bonne gestion et surtout une culture d’utilisation de la monnaie scripturale pour limiter la pression sur la demande des devises étrangères et la surliquidité de Franc congolais sur le marché.

A l’en croire, ce sont ces deux faits qui sont souvent à la base de dépréciation du Franc congolais face à la devise américaine.

 » 1. Il est Inconcevable que les frais de mission à l’étranger des agents ou autorités de l’Etat soient payés en dollars  et en liquide, un virement bancaire dans le compte du bénéficiaire et utilisation d’une carte Visa ou Master Card peuvent limiter l’utilisation de cash ainsi limiter la pression sur la demande des devises étrangères. En voyage j’utilise ma carte visa Rawbank et ça marche impeccablement. 2. Des cartons de Franc congolais retirés des banques pour payer les frais de fonctionnement des institutions de la République et administrations publiques sont inacceptables et c’est une scène honteuse » a écrit Ted Beleshayi sur son compte twitter.

En temps que citoyen soucieux de l’amélioration de ce  secteur, Ted Beleshayi note que  cette opération crée une surliquidité de Franc congolais sur le marché et n’est pas de nature à stabiliser le taux de change de FC par rapport au dollars.  Il pense que le gouvernement doit faire en sorte qu’un plafond de transaction administrative et  interpersonnelle passe pas une banque car la bonne gouvernance a ses pratiques pour lesquelles le peuple doit  développer  et appliquer.

 » je crois que les administrations et institutions bénéficiaires des frais de fonctionnement ont tous des comptes bancaires, un paiement par virement bancaire est indiqué, en sus il faut les obliger pour tout paiement de l’équivalent en Franc congolais d’au moins 10 000$ de ne procéder qu’au paiement  par virement bancaire »,a-t-il conclut.

Signalons qu’il s’est observé une hausse mensuelle de la base monétaire  de 278,5 milliards CDF en avril. Un accroissement essentiellement expliqué par celui du crédit net à l’Etat selon la Banque centrale qui pense atténuer par l’ajustement budgétaire, l’émission des Bons du Trésor à valeur élevée et la vente du dollar aux banques commerciales.

 

Rédaction

MIC MAC A LA DGI

0
Bâtiment administrative de la direction générale des impôts(DGI) à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo
Bâtiment administrative de la direction générale des impôts(DGI) à Kinshasa. Radio Okapi/ Ph. John Bompengo

Depuis le 30 avril 2020, alors que toutes les directions de la DGI se débattaient pour recouvrer l’impôt sur le bénéfice et profit qui revêt un caractère important dans les recettes de l État,le Ministre des finances avec le DG ai de la Direction Générale des Impôts se sont arrangés le même jour pour signer l’un une commission collective d’affectation des quelques Directeurs de la DGI ainsi que la lettre de transmission de la dite commission et  l’autre les notifications d’affection adressées aux concernés.

Que se cache-t-il-il derrière cette mise en place inappropriée et inopportune ?
Il convient d’abord de noter que celle-ci intervient juste après l’annulation de l’arrêté de mise en place des secrétaires généraux,pendant la période de confinement et la loi instituant l’État d’urgence et la restriction de la mobilité des personnes d’une province à l’autre. Le DG ai des impôts, faisant fi de toutes ces mesures,enjoint aux directeurs concernés de procéder à la remise-reprise avant le 11 Mai 2020.(Par quelle magie vont-ils se déplacer d’une province à l’autre).
Pouquoi sans respecter la procédure, un Chef de Division doit quitter le Katanga pour occuper la Direction de grandes entreprises à Kinshasa alors qu’il n y a ni vacance ni urgence? Pire encore un directeur nommé par ordonnance présidentielle doit-il être sacrifié pour ce faire? D’où monsieur le DG ai tire-t-il cette arrogance au point de défier et d’ignorer les mesures prises par le Président de la République?.
Quant au Ministre des Finances, pourquoi opérer une mise en place uniquement à la DGI et ne pas toucher à la DGDA ou à la DGRAD.?
La DGI regorge en son sein des directeurs nommés par Ordonnance Présidentielle mais sans affectation auxquels on colle le titre de directeurs rattachés (vocable inexistant dans le langage administratif et qui n’existe qu’à la DGI)et entre temps on affecte des Chefs de Divisions à la tête des directions. Il est triste de constater que certaines personnes persistent dans les désordres, l’abus de pouvoir, le tribalisme et le clientélisme dans le seul but de se remplir les poches  au détriment du Trésor public et ils pensent que tout leur et permis.Il est important que les autorités du pays prennent les mêmes mesures que celles prises pour les affectations des secrétaires généraux. Ce qui sera justice et surtout mettra hors d’état de nuire, les ennemis de l’avènement de l État de droit.Il y a urgence.
La rédaction

ETAT DE SANTE DE VITAL KAMERHE SE DETERIORE

0

L’ état de santé de Vital Kamerhe s’est brutalement dégradé ces dernières 48h à Makala depuis le jeudi 23 avril , les médecins l’ont équipé d’un peacemaker. Le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat est resté ce vendredi allongé toute la journée. Au moment où nous couchons cet article, nous n’avons pas eu assez d’informations sur quoi souffre celui qui jusqu’à ce jour reste officiellement l’allié numéro 1 de Félix Tshisekedi et Directeur de cabinet du Chef de l’Etat.

Vital Kamerhe qui a totalisé 61 ans au mois de mars dernier, est placé à Makala en arrestation provisoire. Il est accusé de détournement des fonds alloués aux travaux de programme de 100 jours du Chef de l’Etat.

Rédaction

*LE PRÉSIDENT CENTRAFRICAIN FAUSTIN  ARCHANGE TUADERA EN VISITE ÉCLAIR CHEZ SON HOMOLOGUE CONGOLAIS*

0
Le Président de la république  centrafricaine  Faustin Archange Tuadera est arrivé  ce mercredi  en milieu de journée  à Kinshasa  par l’aéroport  international  de N’djili.
Accueilli au tarmac présidentiel  par le VPM de l’intérieur Gilbert  Kankonde, le Chef de l’Etat centrafricain s’est dirigé  directement  à  la résidence présidentielle  de la N’sele  où  l’attendait son homologue Congolais Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo.
L’entretien entre les deux chefs d’État  qui a débuté  ce midi se poursuit encore.
Les relations  diplomatiques  entre la RDC et la RCA se sont beaucoup  améliorées  depuis l’avènement  des 2 chefs d’État.
Il ya quelques mois, le Président Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo avait fait le déplacement  de Bangui pour un séjour de 48 heures.
De son côté, le Président  Tuadera est à sa 3 eme visite officielle en RDC.

*ETAT D’URGENCE : LE SENAT ET L’ASSEMBLÉE NATIONALE  DOIVENT SIEGER SÉPARÉMENT  POUR LA PROROGATION*

0
Proclamé pour une durée  de 30 jours, l’etat d’urgence  sanitaire décrété  par le Chef  de l’Etat  Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo  prend  fin, en principe le 23 avril courant.
Or , la situation sanitaire qui a motivé  cette  prise de décision  exceptionnelle le 24 mars dernier reste encore très préoccupante  et appele davantage à des décisions plus  idoines et rigoureuses  pour contrer la propagation  du Corona virus en RDC.
Usant de ses prérogatives  constitutionnelles, le Chef de l’État a  introduit, depuis le  vendredi 17 avril dernier à l’Assemblée Nationale et au Sénat, une demande de prorogation  de l’état  d’urgence.
Par conséquent,  les deux chambres du parlement devraient se réunir, de manière  séparée, avant l’expiration   pour statuer uniquement  sur cette question.
Il  ne s’agit pas  d’un congrès tel que l’avaient  préconisé  il ya quelques  jours les présidents  des 2 chambres  mais plutôt  de l’application  stricte de l’ordonnance  du 24 mars portant proclamation  de l’Etat  d’urgence sanitaire pour faire face au Covid 19 , du reste jugé  conforme  à la constitution par la Cour Constitutionnelle.
Aux termes de cette ordonnance,  » les mesures prises en application  de la présente ordonnance  cessent d’avoir effet après l’expiration  du délai prévu  au premier alinéa, à  moins que l’Assemblée  nationale  et le Sénat, saisis par le Président  de la république sur décision du Conseil  des ministres , n’en aient autorisé  la prorogation  pour  des périodes successives  de 15 jours « .
Conformement à  la loi, le Congrès  ne se tient que dans les conditions prévues  dans l’article  119 de la constitution.
Aussitôt  réunies, les deux chambres  devraient prendre  une recommandation  en vue d’autoriser  la prorogation  de l’état d’urgence.
Cependant, beaucoup  se demandent comment les deux chambres pourraient-elles se réunir  alors que sont interdits tous rassemblements, réunions et célébrations de plus de 20 personnes sur les voies et lieux publics ?
De l’avis des juristes de la présidence  de la république,  le Chef de l’Etat  devrait faire sauter ce verrou en prenant une autre ordonnance  portant modification  des mesures relatives à l’exercice  de la liberté pendant la période  d’urgence.
Ceci, dans le but de laisser l’Assemblée  nationale  et le Sénat  se réunir   dans les  conditions  prévues par leurs règlements intérieurs respectifs .
A 3 jours de l’expiration  de l’Etat  d’urgence, l’opinion  devrait s’attendre à une série d’ordonnances en vue d’aboutir  à la prorogation l’état  d’urgence sanitaire.
Au cours de la dernière  audience  accordée  aux présidents de 2 chambres à N’Sele , le Chef  de l’Etat  s’était félicité  de la convergence des vues  avec ses interlocuteurs  sur cette question de haute portée  juridique.
Mme Jeannine Mabunda et M. Alexis Tambwe Mwanba doivent battre le rappel des troupes dans les 72 heures.
Presse présidentielle

Rumeurs sur le détournement des salaires de quelques agents à la Présidence : Cabale montée en vue de salir le Dircaba du Chef de l’Etat Désiré-Cashmir Kolongele Eberande.

0

Sa nomination le 16 janvier 2019 au poste de Directeur Adjoint de cabinet du Chef de l’Etat, a été considéré par ceux qui le connaissent comme un choix judicieux opéré par Félix Tshisekedi. Le Président de la République ne s’est pas trompé, disent souvent ceux qui connaissent Désiré-Cashmir Kolongele Eberande.

Cependant, les mafieux sont très loin de se reconnaître en cet homme. Sa rigueur et droiture dans le travail ne lui permettent pas de faire bon ménage avec tout le monde. Alors qu’il garde le cap dans le respect des orientations du Chef de l’Etat, certaines personnes essaient de tremper cet homme de valeur dans la bou. Avec des fausses accusations soient disant il aurait de détourner des salaires des agents à la présidence de la République. 

Malheureusement pour ces personnes, elles ne disposent d’aucune preuve palapable pouvant sous tendre leur cabale contre ce collaborateur du Chef de l’Etat aussi Avocat au barreau de KInshasa-Gombe. Quelques agents de la présidence de la République que nous avons eu à joindre pour essayer d’en savoir un peu plus, sont dans la majorité perplexe d’apprendre que le nom de Dircaba est cité dans une telle aventure.

‘’ Certe il n’est pas un saint, mais je dois vous dire que tel que vous voyez le Dircaba, il ne pourra jamais se tremper dans une salle aventure susceptible de salir son nom et sa réputation. Si on parle de corruption ou tout ce qui ne cadre pas avec les valeurs de la société, soyez-en sûr, on ne le retrouvera jamais dans tout ça’’, nous à déclaré un agent de la Présidence qui a requit l’anonymat.

Voulant fouiller davantage pour faire éclater la vérité sur cette affaire, nous avons finalement pu découvrir le noeud du problème à la base de cette cabale contre le Dircab du Président de la République.  Tout est parti de la suspension d’un agent de la Présidence dont le nom a été par la suite enlevé officiellement sur la liste de paie et son bureau fermé. Son salaire ainsi que ceux de son équipe sont donc retourné à la caisse de l’Etat. 

Tirant à tout sens, ce groupe d’agents raillés de listing de la présidence, ont multiplié des attaques dans les réseaux sociaux contre le Dircaba, sans épargner la Banque Equity d’où ils percevaient leurs salaires. Si la deuxième personnalité du cabinet du Chef de l’Etat a plutôt jugé bon de garder silence laissant son parcours et témoignage mais aussi ceux qui connaissent ses valeurs de parler à sa place, Equity Bank, l’une des meilleures institutions financières qui a fait se preuves dans plusieurs pays et en RDC a réagi de sa façon. 

‘’ Dans le traitement des salaires et de tous ceux qui travaillent avec nous, tant deans le secteur privé que public, nous exécutons la paie sur base des listings qui nous sont fournis mensuellement, à la fois électroniquement et physiquement par chaque employeur. Sur base de cette liste, tous les salaires sont crédités sur les comptes bancaires des employés respectifs dont les noms figurent.’’, peut-on lire dans un communiqué publié par la Direction de cette banque.

Le Professeur  Kolongele, par son parcours, ses capacités mais aussi ses valeurs morales représente aux côtés du premier citoyen congolais une valeur sûre digne qui accompagne le Chef de l’Etat dans la réalisation des objectifs assignés devant le peuple qui l’a élu.  Ce feuilleton est, toute analyse faite, une manœuvre tendant à salir ce docteur en droit de l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, un des hommes clé de l’entourage du Président de la République.

 

Bolangi Ikokota Boura

La Banque mondiale alloue 47 millions de dollars à la République démocratique du Congo pour répondre à la pandémie de coronavirus

0

Le Conseil des administrateurs du Groupe de la Banque mondiale a approuvé ce mercredi 02 avril 2020 un financement de 47 millions de dollars de l’Association internationale de développement (IDA)*, pour financer les activités du projet de riposte d’urgence à l’épidémie de COVID-19 en république démocratique du Congo (RDC).

Ce projet vise à renforcer la capacité du gouvernement de la RDC à se préparer et à faire face à la pandémie de COVID-19, en mettant l’accent sur des provinces cruciales pour contenir l’épidémie.

« Il est urgent de soutenir le gouvernement congolais dans ses efforts visant, dans l’immédiat, à contenir l’épidémie du COVID-19 à Kinshasa, qui en est actuellement l’épicentre, afin d’éviter sa propagation rapide parmi les populations et surtout d’enrayer sa progression vers les provinces », explique Jean-Christophe Carret, directeur des opérations de la Banque mondiale pour la République démocratique du Congo, la République du Congo, la République centrafricaine et le Burundi.

Le projet fournira un soutien immédiat pour mettre en place des stratégies de confinement, former le personnel médical et distribuer des équipements pour assurer le dépistage rapide des cas et la recherche des contacts, conformément aux directives de l’Organisation mondiale de la santé et du plan de riposte stratégique.

Cet appui soutiendra particulièrement Kinshasa et son arrière-pays (Bas-Congo, Kwango et Kwilu) dans le développement d’un cordon sanitaire pour limiter la propagation de l’épidémie en dehors de la capitale. Il renforcera par ailleurs la capacité de dépistage et de prise en charge des cas d’urgence aiguë à Lubumbashi et Goma, pour améliorer notamment la coordination provinciale.

Le Groupe de la Banque mondiale mobilise une aide rapide d’un montant de 14 milliards de dollars afin de renforcer l’action des pays en développement face à la pandémie de Covid-19 et accélérer la vitesse de rétablissement. Cet appui immédiat comprend des financements ainsi que des conseils et une assistance technique destinés à aider les pays confrontés aux conséquences sanitaires et économiques de la pandémie. IFC y contribue à hauteur de 8 milliards de dollars, avec des financements visant à aider les entreprises touchées par la pandémie et à protéger les emplois. La BIRD et l’IDA s’emploient à mettre à la disposition des pays une enveloppe initiale de 6 milliards de dollars pour financer la réponse sanitaire. En vue de fournir un soutien plus large et répondre aux besoins des pays, le Groupe de la Banque prévoit de déployer 160 milliards de dollars sur une période de 15 mois pour protéger les populations pauvres et vulnérables, soutenir les entreprises et favoriser le redressement de l’économie.

COMMUNIQUE DE PRESSE : BARRICK PRET POUR LE COVID-19

0

Partant de l’expérience acquise dans la lutte contre les épidémies d’Ebola dans le cadre de ses activités en Afrique, Barrick Gold Corporation (NYSE:GOLD) (TSX:ABX) a augmenté ses plans d’intervention d’urgence adaptés aux sites ainsi que des plans régionaux de gestion de crise pour faire face à toute manifestation de COVID-19 dans ou à proximité de ses mines à l’échelle mondiale.

L’entreprise déclare avoir donné des conseils à tous les employés sur les symptômes du virus et du risque de contracter l’infection.  L’accès à chaque site dans le groupe est strictement contrôlé et les visiteurs, les employés ainsi que les prestataires sont régulièrement contrôlés au départ et à l’arrivée.  Des procédures et des installations médicales d’urgence sont en place dans l’ensemble de l’organisation.

Barrick suit de près la situation, consulte les autorités sanitaires et suit les mises à jour de la communauté médicale internationale.  Jusqu’à présent, elle n’a pas jugé nécessaire de décréter des restrictions de voyage.

L’approvisionnement de ses mines n’a pas été affecté, mais l’entreprise augmente son inventaire de produits clés au-dessus de leur niveau normal.  Les commandes passées et prévues sont intactes.

Barrick a déclaré que, elle détient une longue expérience d’investir dans la santé dans les régions entourant ses opérations et ainsi, elle bénéficie d’un niveau élevé de coopération de la part des communautés et des autorités locales, comme ce fut le cas pour les épidémies qu’elle avait gérées dans le passé.

RÉUNION DU CONSEIL DES MINISTRES SOUS LA HAUTE DIRECTION DU PRÉSIDENT FÉLIX ANTOINE TSHISEKEDI TSHILOMBO

0
Kinshasa, 06 mars(ACP)-Quatre points sont examinés au cours de la 24 ème réunion du Conseil des ministres ordinaire de ce vendredi 06 mars 2020, à la Cité de l’Union africaine, sous la Haute direction du Président de la République, Chef de l’Etat, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Il s’agit, après adoption, de la Communication du Président de la République, Chef de l’État, de points d’informations, de l’approbation d’un relevé des décisions du Conseil des ministres, de l’examen et adoption de dossiers ainsi que de projets de textes.
Dans sa communication aux membres du Gouvernement conduits par le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Sylvestre Ilunga Ilukamba, il a été retenu que le Président de la République s’attarde sur son récent séjour à Washington, aux États-Unis d’Amérique, dans le cadre de la conférence de »American Israël Public Affairs Committee », où il a réitéré son engagement à maintenir de bonnes   relations avec le Fonds monétaire international( FMI ), au cours d’une réunion de travail avec la Directrice de cette institution financière internationale, Kristalina Georgiova.
S’agissant de l’approbation d’un relevé des décisions du Conseil des ministres, il est inscrit que soient examinés les décisions prises lors de la 23 ème réunion du Conseil des ministres du vendredi 28 février 2020. Il est également prévu que soient examinés et adoptés un certain nombre de dossiers, notamment le rapport des travaux de la Commission gouvernementale sur les sanctions du département du Trésor américain contre M. Saleh Allô Aussi et Associés, les entreprises Pain victoire, Mini Congo, Inter-Aliment et succursales ; l’organisation de la 111 ème session du Conseil des ministres ACP et de la 44 ème session des ministres conjoints ACP-UE; la situation actuelle des opérations financières de l’État ; la décision de la Conférence de l’UA sur l’opérationalisation de la Zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF) et nécessite des stratégies nationales de mise en oeuvre en RDC.
Entre autres sujets, il est aussi retenu l’examen et adoption de texte en rapport notamment avec le projet de loi autorisant la ratification par la République démocratique du Congo à la » Charte africaine des Droits de l’homme et des peuples, relatifs aux Droits des personnes handicapées en Afrique ». Le compte-rendu de la 24 ème réunion ordinaire du Conseil des ministres de ce vendredi 06 mars 2020 sera fait par le ministre de la Communication et médias, Jolino Diwampovesa Makelele.
ACP/ Jeannot LUSENGE

COMMUNIQUE DE PRESSE DE LA GECAMINE

0

Kinshasa, le mardi 3 mars 2020 Suite au communiqué de presse de lACAJ circulant ce jour sur les réseaux sociaux, GECAMINES tient à apporter les informations suivantes aux nouvelles contrevérités propagées par cette association

  1. 1. LACAJ « attribue à son professionnalisme et après vérification objective des 

documents lui parvenus » sa déclaration du 17 février 2020 elle reconnait lexistence du prêt entre « Fleurette MUMI / Ventora » et GECAMINES, soit près de 50 jours après avoir notamment écrit le 28 décembre 2019 que la GECAMINES avait monté un scénario pour justifier le remboursement dun prêt qualifde « fictif >> de Ventora. Pour rappel GECAMINES avait, dès le 23 décembre 2019, affirmé publiquement lexistence dun prêt de la société Fleurette Mumi devenue Ventora depuis lors

  1. 2. LACAJ persiste à dénoncer limpossibilité « pour une sociésans existence 

juridique de détenir un compte bancaire » sousentendant parque GECAMINES aurait fait déposer ses fonds sur le compte bancaire d’une société nexistant plus

Pour justifier une lecture erronée de la lettre de RAWBANK à laquelle il est fait référence, lACAJ ne fait pas la différence entre lintitulé dun compte bancaire « GECAMINES DEVELOPPEMENT » et le nom du bénéficiaire de ce compte bancaire GECAMINES, au motif qua existé, par le passé, une société du Groupe GECAMINES dont le nom était « GECAMINES DEVELOPPEMENT »

GECAMINES dispose simplement au sein de la RAWBANK, dun compte intitulé « GECAMINES développement », comme le rappelle la lettre de la RAWBANK DJ/HS/HU/no 04 du 06 janvier 2020

  1. 3. Si le Président du Conseil dAdministration a pu écrire : « (quil) attendait avec 

sérénité que la justice rende enfin son rapport qui aurait déjà été écrit depuis assez longtemps, si lon en croit certaines organisations anticorruption congolaises », cest en raison

– De la certitude davoir agi dans le respect de la légalité, comme cela a été précisé dès le 23 décembre 2019 dans le communiqué de presse de GECAMINES relatif à cette affaire 

Des propos tenus par le secrétaire exécutif de la LICOCO, le 28 janvier dernier lors dune conférence de presse publique concernant lexistence dun rapport préliminaire. Que par précaution, le Président du Conseil dAdministration a utilisé un conditionnel

Conclusion 

GECAMINES tient à préciser que ce genre daccusations récurrentes porte à la plus grande société congolaise un préjudice important dans son fonctionnement, notamment dans ses relations économiques avec ses partenaires internationaux

Jacques KAMENGA TSHIMUANGA 

Directeur général a.i

FELIX TSHISEKEDI REÇU EN AUDIENCE PAR LE PAPE FRANCHIS

0
Le Chef de l’Etat Félix Tshisekedi a été reçu en audience  ce vendredi 17 janvier 2020 par le Pape François. Arrivé au Vatican, le Président de la République a été accueilli dans la cour pontificale Saint  DAMAS  par le Préfet de la maison pontificale , avant le tête-à-tête  avec le souverain pontife.
Les deux personnalités ont eu un échange de 30 minutes. Dans une interview accordée  à la radio Vatican à l’issue de cette visite,  le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est dit particulièrement heureux d’avoir rencontré le Saint Père.
 » J’ai rencontré une éminente personnalité qui a une parfaite connaissance de notre pays et qui suit de près sa situation politique et sociale », a indiqué en substance le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.
Aussi, a-t-il  déclaré,  avoir  formulé  de manière officielle l’invitation du Pape à visiter la RDC en 2021, année où  le président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo présidera l’Union Africaine.
« J’ai vu une joie immense sur le visage du Souverain Pontife à l’annonce de cette nouvelle », a conclu le Chef de l’État.
Au cours de cette audience papale, le Président de la république a félicité  le Saint Père pour les efforts qu’il ne cesse de fournir pour le dialogue  inter-religions et surtout pour ses prières  permanentes pour le retour de la paix en RDC.
Le Couple présidentiel  a remis en cadeau au Pape , un tableau qui symbolise la souffrance de la femme congolaise meurtrie par les affres de la guerre mais qui a son regard tourné vers le Très Haut.
L’autre moment fort du passage du Chef de l’État  au Palais Apostolique  aura été l’échange des instruments  de ratification  de l’accord cadre  entre la RDC et le Vatican  au bureau du Cardinal  Pietro PAROLINO, secrétaire d’État ( Equivalent du premier ministre )  en présence  du président de la CENCO Mgr Marcel UTEMBI.
Cet accord   » CONCORDA »  signé en mai 2016  et ratifié  ce jour est , selon les propres termes du Chef de l’État,  une façon de sceller un rapprochement entre le Saint Siège et la RDC.
C’est symbolique du rôle prépondérant que joue l’Église Catholique dans la vie sociale et politique  de la république démocratique du Congo,a  précisé le Président de la république.
L’accord cadre vient raffermir les rapports harmonieux qui existent entre l’État congolais  et l’Église Catholique en tant qu’une composante du Vatican.
Le Chef de l’État et sa délégation  ont aussi visité  le musée du Vatican qui retrace l’histoire séculaire de  ce lieu Saint dont la mythique Chapelle  Sixtine.
Le Président de la république a aussi été reçu par la Communauté Sant’Egidio.

*40 ANS APRES LA VISITE D’UN CHEF D’ETAT,  FELIX ANTOINE TSHISEKEDI TSHILOMBO A ZONGO DANS LE  SUD  UBANGI*

0
Située en face de Bangui,  la ville de Zongo,  province du Sud Ubangi a accueilli  ce lundi le Président de la république Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.
La traversée de la rivière Ubangui,  frontière naturelle n’aura pris que 3 minutes.
Mobilisée,  la bourgade frontalière a réservé un accueil chaleureux à son  Président de la république qui succède ainsi au Maréchal Mobutu, premier chef d’État arrivé ici il ya 40 ans.
Une marée humaine estimée à plus de 10.000 personnes a escorté le Chef de l’État du port jusqu’au bureau de la mairie. Apres le bain de foule d’une population enthousiaste,  le Chef de l’État devrait  visiter le quartier de Zongo englouti  par les eaux en furie de la rivière Ubangui sorties de leur lit. 
Des maisons défoncées, d’autres englouties,  jamais Zongo n’avait connu pareil drame depuis plus de 15 ans. Plusieurs familles sont jusqu’à ce jour  sans logements. C’est un quartier fantôme déserté de ses habitants que le Président Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo va réconforter.
Le Chef de l’État va  s’adresser à cette population massée devant le bureau de la mairie.

Kongo Central : À la place d’un Kimono avec une ceinture des amateurs ou des gants de boxe, je vous apporte la Bible qui est reflet de l’amour de Dieu

0
Le Secrétaire Général de l’UDPS/Tshisekedi, Augustin Kabuya s’est exprimé devant la base du parti à Kasangulu, ce Dimanche dans l’après-midi.
Avant de commencer son speech, le n° 2 de la famille politique du Chef de l’État a prêché l’amour à l’assistance en brandissant une bible en haut et en s’attaquant légèrement au secrétaire permanent du PPRD, Emmanuel Ramazani Shadary qui s’est affiché dernièrement avec un Kimono de Karaté.
À la place d’un Kimono avec une ceinture des amateurs ou des gants de boxe, je vous apporte la Bible qui est le reflet de l’amour de Dieu.
Développez l’amour et non des uppercuts. Mieux qu’autre chose, la Bible apporte la paix, la sécurité et la solidarité, a déclaré Augustin Kabuya
À chaque fois qu’on va nous brandir des uppercuts, nous les enfants de Félix Tshisekedi, nous allons toujours présenter la Bible. Car, nous n’avons pas des biceps pour la bagarre comme des sportifs
Hervé Liberté Plus

Kinshasa : polémique autour d’un projet de contrôle d’accès aux stades

0
Après l’annonce par les autorités du ministère des Sports des réformes autours des systèmes d’accès aux installations sportives en République démocratique du Congo (RDC), des voix s’élèvent pour crier à l’escroquerie ainsi qu’au détournement. Dans cette affaire, la société Locorp Kinshasa se dit victime et croit avoir été roulée.
Dans un entretien accordé à MCP le dimanche 24 novembre, le représentant de Locorp Kinshasa, Steve Konde Mabiala accuse le ministre des Sports, Amos Mbayo Kitenge d’attribuer de manière irrégulière un projet de Locorp Kinshasa à une autre société pour exécution alors qu’à ce jour, aucun contrat formel n’a été conclu avec le concepteur du projet, en l’occurrence Locorp Kinshasa RDC.
Se disant victime d’un comportement peu orthodoxe de la part des autorités du ministère des Sports et loisirs, Steve Konde affirme que près de six ans après que son projet a été déposé sur la table du ministre des Sports, il attend toujours une  probable invitation du ministère des Sports pour une éventuelle signature du contrat d’exécution. Il dénonce ainsi le fait que son projet de modernisation de l’accès aux installations sportive soit attribué à une société de télécoms pour la mise en oeuvre, sans qu’il n’y soit associé.
« Lorsque le projet a été soumis au ministre des Sports en 2013, Amos Mbayo était conseiller financier au cabinet du ministre des Sports, Baudouin Banza Mukalay. C’est même lui qui m’a accompagné durant le processus de mise en œuvre du projet. En ma grande surprise, le projet est amputé et la partie billetterie est attribuée à une société de télécommunication de la place pour exécution, par celui-là même qui était sensé s’investir pour la matérialisation du projet. Au stade actuel, je souhaite que je sois approché afin de donner mon point de vue quant à la survie du projet.
Il est important que je rentre dans mes droits », a alerté Steve Konde Mabiala.
Le représentant de Locorp en RDC se dit prêt à rencontrer les autorités du ministère des Sports afin d’échanger autour de ce dossier qui, du reste, frise la mauvaise collaboration entre les institutions de l’Etat et les privés. Pour lui, le ministère a intérêt à protéger les nationaux dans l’optique de contribuer à l’amélioration du climat des affaires et des investissements.
En concevant le projet, Locorp Kinshasa était animé du souci d’apporter une solution pouvant permettre d’atteindre l’objectif « zéro fraude » dès le premier match, ainsi que la maximisation des recettes grâce aux validateurs de billets installés sur toutes les bornes d’entrées du stade.
Grâce à ce projet ambitieux, chaque spectateur devrait donc disposer impérativement d’un ticket d’entrée ou abonnement valable afin de se voir autorisé l’accès au stade.
Grâce à la plate-forme, le Stade des martyrs peut enregistrer la suppression des fraudes, une sécurité accrue de ses spectateurs ainsi que la fluidité les files d’attente. En outre, la continuité de service des entrées serait assurée, l’accueil des clients professionnalisé et le remplissage du stade optimisé.
A en croire Steve Konde, le système mis en place permettrait l’accès de toutes les informations (billets vendus, nombre de personnes etc…) en temps réel. Pour lui, l’important étant de savoir que chaque billet d’accès au stade est unique. De ce fait, aucun billet photocopié ou falsifié ne pourrait permettre l’accès au stade.
Il faut noter que lors de la présentation de son programme de 100 jours, le ministre des Sports a manifesté sa ferme volonté de révolutionner le secteur de sports en République démocratique du Congo. Une ambition noble qui ne peut réussir que lorsque les règles du jeu sont scrupuleusement respectées.
Au ministère des Sports et loisirs, l’on se dit réservé à l’heure actuelle, étant donné que les services du ministre de tutelle n’ont encore reçu aucune notification en ce sens. « Nous sommes sereins, attendant d’être officiellement saisis quant à ce », a indiqué un conseiller du ministre sous le sceau de l’anonymat. Selon lui, point n’est besoin de spéculer car les services de l’Etat ne fonctionnent qu’au respect srtict des lois de la République.

OASIS MALL : BANDALUNGWA DOTE D’UNE IMPOSANTE INFRASTRUCTURE COMMERCIALE

0

La commune de Bandalungwa rayonne avec un grand centre commercial dénommé Kin Oasis Mall. Situé à coté des appartements Oasis, l’oeuvre est signée Universel Plus, une société de construction tenue par un fils du pays ingénieur John Antama qui n’est pas à sa première réalisation dans le domaine de construction.

Avec un personnel jeune dans l’ensemble avoisinant les 30 ans, cette entreprise de construction a convaincu, dans un contexte où les investisseurs hésitent à faire confiance à la main d’oeuvre locale, le géant Sud-africain le Shoprite. La coupure du ruban pour cette infrastructure a eu lieu ce mercredi 20 novembre devant quelques officiels dont le Bourgmestre de la commune de Bandalungwa.

Dans son message de circonstance, le numéro 1 de cette entité de la capitale, a salué l’initiative qui dote sa juridiction d’un si grand et imposant complexe commercial qui ne cesse de forcer l’admiration des kinois d’abord par sa construction avant d’y trouver un Mall où désormais l’ensemble de la population kinoise pourra s’alimenter en divers produit et à moindre coût.

Pour John  RAS, chef du développement projet Oasis Mall, l’entreprise Universel Plus a fait une preuve d’ingéniosité singulière en construisant pendant une saison difficile et sur un terrain aussi compliqué, cet ouvrage dans un temps record, soit 12 mois.

Cet espace commercial avec plusieurs magasins, sera ouvert au public le 28 novembre.

Rédaction

La Côte d’Ivoire rejoint le programme Scaling Solar du Groupe de la Banque mondiale pour développer des sources d’énergie propre

0

Le Groupe de la Banque mondiale, à travers son programme Scaling Solar, et le gouvernement de la Côte d’Ivoire ont signé un accord visant à aider la Côte d’Ivoire à développer son offre d’énergie propre, fiable et abordable et à atteindre son objectif de produire 42% au moins de son énergie à partir de sources renouvelables d’ici à 2030.

En vertu de cet accord, la Société Financière Internationale (IFC), un membre du Groupe de la Banque mondiale, apportera ainsi son expertise à la Côte d’Ivoire, l’une des principales économies d’Afrique de l’ouest, pour l’aider à produire 60 mégawatts d’énergie solaire raccordés au réseau, par le biais de deux projets de partenariat public-privé (PPP) qui permettront d’alimenter en électricité des milliers de foyers et d’entreprises dans le pays. 

Abdourahmane Cissé, Ministre du Pétrole, de l’Energie et du Développement des énergies renouvelables de la Côte d’Ivoire, a déclaré : « Développer et diversifier nos sources d’énergie est une priorité absolue pour la Côte d’Ivoire, d’autant plus que nous développons notre économie et nous augmentons aussi le nombre de pays vers lesquels nous exportons de l’électricité. En accord avec nos engagements en matière de lutte contre le changement climatique pris au cours de la COP21, Scaling Solar nous aidera à exploiter nos ressources solaires abondantes et à fournir de l’énergie propre aux Ivoiriens, et en particulier à ceux vivant dans les zones rurales ».

 

Création de l’Agence Nationale de Promotion des exportations et la modernisation de la FIKIN : cheval de bataille de Jean Luciene Bussa

0

La validation par le gouvernement de la création de l’Agence nationale de promotion des exportations, la modernisation de la Foire Internationale (Fikin) et le contrôle interne effectif des agents de l’administration du commerce extérieur, Jean-Lucien Bussa place les bouchées doubles. Au cours d’une séance d’exhortation et de moralisation avec les cadres des structures sous sa tutelle, ce lundi 18 Novembre 2019 à Kinshasa, le patron du commerce extérieur a martelé sur le fait que son ministère doit jouer son véritable rôle traditionnel.

Il compte, pour accroître l’esprit de compétitivité de chacun, envoyer les agents en formation de recyclage au Maroc pour savoir comment va fonctionner cette agent. “Comment faire pour que vous évitez d’exporter les minerais bruts. Au coeur de l’action économique pour permettre à d’autres ministères à faire mieux. La place que nous comptons donner à notre ministère doit être compatible avec à son rôle traditionnel dans le pays”, a déclaré Jean-Lucien Bussa.

Quelques cadres iront en formation au Maroc pour être recyclés et au point de s’acquérir des expériences des autres en la matière”, a-t-il ajouté.

Cette rencontre de communication s’est déroulée dans une ambiance bon enfant en présence du Directeur Général de la Fikin, la Secrétaire Général, les Directeurs et chefs de division de l’Administration du secrétariat au commerce Extérieur.

Investir du gouvernement Ilunkamba

0

Le gouvernement  Ilinkamba sera investi ce mardi.

JCA

Vision du Chef de l’État sur le numérique

0

1. Introduction du Numérique dans les programmes d’enseignement à tous les niveaux.
2. Etendre la culture du Numérique à toutes les couches sociales de la société congolaise et créer des conditions de connectivité de toutes les localités
3. Faire une identification électronique de toute la population en vue de doter chaque congolais et congolaise d’une carte d’identité biométrique.
4. Faire de la République Démocratique du Congo le HUB électronique au coeur de l’Afrique.
5. Organiser en 2020, un Forum Panafricain dénommé « Africa Digital  »
6. Mettre sur pied, à l’instar de l’ARPTC et le CSAC , le Conseil National du Numérique.
7. Instaurer un système de Visa électronique d’entrée en RDC.

0

 

*LE SG DE L’ONU EST ARRIVÉ À KINSHASA CE DIMANCHE SOIR*

Entré en RDC par GOMA hier samedi 31août 2019, le Secrétaire général de l’ONU Antonio Gutteress est arrivé à Kinshasa ce dimanche soir.

A l’aéroport de Ndjili, M Gutteress a été accueilli par le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat Vital KAMERHE.

Le SG de l’ONU sera reçu ce lundi au Palais de la Nation par le Président de la république Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.
Il devait aussi avoir des entretiens avec les Présidents des 2 chambres du parlement.

UNE INITIATIVE DE Mme ELODIE BOKAMBULU DIAKITÉ, LE CENTRE CONGOAUTISME INAUGURÉ PAR LE CHEF DE L’ETAT

0

Encadrer et faire le suivie des enfants autistes, c’est l’ambition de Mme Elodie BOKAMBULU DIAKITE. Congolaise de la diaspora, cette dame qui vit personnellement l’expérience des enfants autistes, s’est engagé dans ce combat en créant le centre National de référence du diagnostic de l’autisme situé dans le quartier résidentiel de LIMETE à Kinshasa..

Une initiative qui n’a pas laissé le Chef de l’Etat congolais indifférent. Félix THISEKEDI, malgré son agenda chargé, s’est déplacé personnellement ce vendredi 26 juillet pour inaugurer ce centre.

 

Le Chef de l’Etat a promis son soutien aux initiateurs de Congautisme qui souhaitent construire un grand centre de traitement de cette maladie. Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO a visité les bureaux de ce centre et vu les prouesses réalisées par leurs équipes dans la rééducation et l’intégration d’enfants malades d’autisme.

Mère de 2 enfants souffrants d’autisme, la Directrice de Congautisme  veut offrir à la population un cadre approprié pour la prise en charge des  milliers d’enfants congolais qui souffrent des troubles de développement ayant sensiblement réduit leur capacité à communiquer et à interagir. 

Jusqu’ici,  la RDC ne dispose pas d’un centre spécialisé en autisme , maladie considérée dans la société comme un mauvais sort.En inaugurant ce centre, le Chef de l’Etat Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO a voulu marquer une attention particulière à cette catégorie d’enfants et briser la stigmatisation. 

L’autisme est une maladie comme les autres et sa prise exige un personnel qualifié et spécialisé. 

 

 

 

 

Le Médiacrate

 

11ÈME ÉDITION DU PRIX CARMIGNAC DU PHOTOJOURNALISME — APPEL À CANDIDATURE

0

Le Prix Carmignac du Photojournalisme entend soutenir la production d’un projet journalistique et photographique qui documente ces réalités complexes, mais aussi les raisons d’espérer pour les 90 millions d’habitants de la République démocratique du Congo, dont 60 % ont moins de 20 ans : initiatives dans l’éducation et la santé, actions de préservation de la faune, et luttes contre les trafics, la corruption et la mainmise de quelques individus et des multinationales sur les exploitations minières.

En 2009, face à une crise des médias et du photojournalisme sans précédent, Édouard Carmignac créé le Prix Carmignac du photojournalisme pour aider les photographes sur le terrain. Dirigé par Emeric Glayse, le Prix Carmignac du photojournalisme soutient, chaque année, la production d’un reportage photographique et journalistique d’investigation sur les violations des droits humains dans le monde et les enjeux environnementaux et géostratégiques qui y sont liés.

Sélectionné·e par un jury international, le·la lauréat·e reçoit une bourse de 50 000 € lui permettant de réaliser un reportage de terrain de 6 mois avec le soutien de la Fondation Carmignac qui finance, à son retour, une exposition itinérante et l’édition d’un livre monographique. 

Les candidats intéressés, peuvent accéder à ce site pour s’enregistrer. https://www.fondationcarmignac.com/project/republique-democratique-du-congo/

 

ALEXIS THAMBWE MWAMBA : FAIRE DU SÉNAT UNE CHAMBRE DE HAUTE RÉFLEXION

0

Le Front Commun pour le Congo se met à l’ordre de bataille pour la conquête du bureau définitif de la chambre Haute du parlement congolais. Au cour d’une rencontre organisée à l’hôtel Rotana le samedi 13 juillet 2019 par la famille politique de l’ex-Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, autorité morale du FCC, le Coordonnateur du comité stratégique de cette famille politique l’honorable Néhémie Mwilanya a présenté aux chefs des regroupements et aux journalistes les candidats désignés pour le bureau définitif du sénat.

Alexis Thambwe Mwamba, ancien ministre de la justice est donc celui qui conduit le ticket. Il est ainsi le candidat au poste du président de cette institution, un poste non moins stratégique du pays dans un contexte tout singulier de l’alternance avec  la magistrature suprême à l’opposition occupée par Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, et la majorité parlementaire détenue par le FCC, la famille de l’ex-Chef de l’Etat, le sénateur à vie Joseph Kabila Kabange.

‘’ Nous avons la majorité absolue au niveau du sénat, nous avons des hommes et des femmes qui sont déterminés et pour nous nous sommes quasi certains que nous allons remporter. Je porte le ticket FCC et je vais faire gagner ce ticket là. Faire du sénat la première institution de la république. En faire une institution de référence, une chambre de haute réflexion où nous allons veiller à ce que toutes les institutions de la république fonctionnent de manière cohérente et je vais y arriver’’ a déclaré l’ancien ministre à la justice Alexis Thambwe Mwamba. 

Sur les 7 postes que composent le bureau définitif du sénat, le Front commun pour le Congo aligne 6 candidats. Il s’agit bien entendu de : 

Président : Thambwe Mwamba 1er vice-président : Evariste Boshab (PPRD)

2ème vice-président : John Tibasima (AAB)

Rapporteur : professeur Kahumba (PPRD)

Questeur : Éric Rubuye (ACO)

Questeur adjoint : Zagbalafio (ATD)

Le poste du Rapporteur adjoint sera en concertation avec d’autres forces qui composent le sénat, accordé à l’opposition.  Le FCC est une plateforme pour servir le peuple a déclaré le professeur Néhémie Mwilanya Wilondja qui s’est insurgé contre une certaine opinion qui estime que le candidat désigné au poste du président du sénat a été imposé par Joseph Kabila, autorité morale de la plateforme.

‘’ Ce qui vient de se passer ici s’inscrit en faux contre ceux qui pensent que le candidat du FCC a été imposé par l’autorité morale. L’autorité morale n’était pas dans la sale. Vous avez vu les candidats devant leurs électeurs qui sont les sénateurs. La désignation des candidats s’est faite de manière consensuelle. Tous ceux qui ont présenté leurs candidats se sont exprimés” a déclaré le coordonnateur du comité stratégique du FCC.

 

Bolangi Ikokota Boura

Tous ensemble pour le développement de tous : La Fondation Widal du Sénateur Guy Loando lancée officiellement

0
Widal fondation, l’oeuvre du couple Guy Loando Mboyo, originaire de la province de la Tshuapa veut participer à l’émergence et de la dignité de la province de la Tshuapa. La Fondation a fait sa sortie officielle Ce dimanche 5 Mai, à l’espace Kage sur la 16 e rue Limete. Une cérémonie riche en couleur avec la présence de plusieurs personnalités politique notamment le gouverneur de cette province démembrée de l’ancienne province de l’équateur.
Une marrée humaine, dans un cadre que beaucoup des formations tant politique que autres ont toujours eu la peine de remplir. Un signe d’un leadership clairvoyant à la tête d’une fondation déterminée, à en croire son initiateur, à bouger les lignes dans la province de la Tshuapa.
Une province qui manque de tout commençant par les infrastructures routières, hospitalières, universitaires et qui voit beaucoup de ses fils qualifiés dans des boulots dénigrants la province notamment des porteurs aux différents ports de Kinshasa.  » Trop c’est trop, plus jamais ça »  tonne Guy Loando devant une assistance qui a tout abandonné pour adhérer à cette initiative salutaire pour tous.
Dans cette mission que se donne la Fondation Widal, celle de changer l’image de la Tshuapa, mettre fin à la mendicité des originaires de sa province, accompagner ses frères de la Tshuapa dans el’ntrepreneuriat, Guy Loando a trouvé une formule qui peut se révéler magique au fil du temps. Un partenariat avec l’INPP avec comme objectif la formation des fils et filles de la Tshuapa qui doivent apprendre des métiers et cesser avec la mendicité.
Un contrat de partenariat est aussi signé avec la Rawbank avec un compte déjà crée et un fond déposé pour soutenir les actions de la fondation.  « Mon objectif c’est le changement de notre province » a affirmé le sénateur Guy Loando dans son adresse. Le président de widal Fondation, avocat de carrière avec une expérience de plus de 10 ans, a par ailleurs annoncé certains projets  le plus en vue dans la ville de Boende,   notamment la construction du stade omnisports dans cette ville.
Notons que la Fondation Widal a été créée le 5 septembre 2018 et attend mener plusieurs actions pour le développement de la province de la tshuapa. Il faut signaler par ailleurs la présence parmi les invités de cette cérémonie le gouverneur de la province de la Tshuapa, le nouveau gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila, le ministre aux insfrastructures Thomas Luhaka et autres…tous venus soutenir la vision de ce jeune sénateur aux visions salvatrices pour une province qui se meurt malgré toutes ses potentialités .
Le très célèbre entrepreneur des Léopards, lui qui a toujours réfléchi deux fois avant de répondre à une invitation n’a pas hésité à marquer sa présence à la sortie de la Fondation Widal. Florent Ibenge, fils du terroir, appui donc cette initiative qui doit être soutenue par les autorités pour une émergence à la base.
 » Tous ensemble pour le développement de tous » tel est la devise de la Fondation Widal du sénateur Guy Loando. Qui dit mieux?
Jonsard Mikanda

*LE PRÉSIDENT FELIX ANTOINE TSHISEKEDI  A CONFERE AVEC LES FORCES VIVES DU HAUT KATANGA*

0
Après la séance marathon avec les hauts responsables civils et militaires , le Chef de l’Etat a reçu, dans la nuit de ce samedi 13 avril, les personnalités et autres cadres provinciaux du Haut Katanga.
Le Patriarche Gabriel Kyungu wa KUMWANZA était le premier à  conférer avec le Chef de l’Etat.
Les 2 personnalités ont parlé pendant plus d’une heure.
Personnalité emblématique du Grand Katanga, Gabriel Kyungu ne cache pas son soutien au Chef de l’Etat Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO. Le jour de son arrivée à Lubumbashi, Kyungu wa KUMWANZA était au premier rang sur le tarmac de l’aéroport de la Loano.
Les principaux responsables des confessions religieuses sont aussi venues présenter leurs civilisés au Chef.
Les uns et les autres ont salué la promptitude du Chef de l’Etat face à l’insécurité  qui trouble la quiétude des citoyens.
Ils ont pris l’engagement de s’impliquer dans la pacification de la ville de Lubumbashi .

ARCHITECTES ETRANGERS NON ENREGISTRES : L’ORDRE NATIONAL DES ARCHITECTES MONTE AU CRÉNEAU

0

Mettre plus de l’ordre dans le secteur de la construction en République Démocratique du Congo, c’est le souci qui anime l’Ordre National des Architectes, qui par un communiqué signé par son Président Brunel Joseph GIBALE LEKI KANANGA, parvenu à la rédaction de www.24 News Agency interdit à tout architecte étranger non identifier par la corporation d’exercer en RD Congo.

 » Le Conseil National de l’ordre des Architectes informe l’opinion publique que, la loi N 18/034 du 13 décembre 2018 portant création et organisation et fonctionnement de l’ordre national des architectes, dispose en son Article 51 relatif à la réciprocité , qu’il est strictement interdit à tout Architecte étranger, non identifié par le Conseil National de l’Ordre de poser des actes relatifs à la profession d’architecte » Note le communiqué.

 » Ainsi, il saisit l’occasion pour interpeller les différents promoteurs immobiliers qu’aucun plan ou projet ne peuvent être exécutés en RD Congo sans la signature d’un Architecte congolais et le visa du Conseil National de l’Ordre des Architecte, car conformément à la politique de on Excellence Monsieur le Président de la République Félix-Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO relative à sa vision sur le développement du pays » poursuit le communiqué.

L’Ordre, dirié par Brunel Joseph GIBALE LEKI KANANGA entend donc s’appuyer à la loi pour contraindre les récalcitrants à se soumettre au risque de s’exposer à la rigueur de la loi.

 » Tout contrevenant aux dispositions de la loi c’est-à-dire les Architectes étrangers et promoteurs immobiliers verront leurs projets suspendus et traînés devant les instances judiciaires pour subir la rigueur de la loicar l’heure du favoritisme est révolue » Conclu le communiqué.

 

JAM

 

VICTOIRE DU FCC A L’ELECTION DES GOUVERNEURS ET VC GOUVERNEUR : LE SOUCI DE POURSUIVRE L’OEUVRE DE LA RECONSTRUCTION

0

La Commission électorale nationale indépendante a procédé ce mercredi 10 mars à l’élection des gouverneurs et vice -gouverneurs dans 23 de 26 provinces du pays. Il ne pouvait autrement vu ma configuration des assemblées provinciales dominées par le Front Commun pour le Congo, la famille politique de l’Ex-Chef de l’Etat Joseph Kabila Kbabange est victorieuse de dans la plupart des provinces du pays. Une victoire écrasante qui ne laisse la coordination de cette plateforme indifférente. A travers un communiqué publié ce mercredi 10 par l’Honorable député, professeur Néhémie Mwilanya, le FCC se félicite de cette énième victoire qui le place incontournable dans la gestion de la République.

 » Le FCC se félicite, une fois de plus des victoires obtenues dans la majorité des provinces de la République Démocratique du Congo à l’issue des élections paisibles des gouverneurs et vive-gouverneurs de ce mercredi 10 avril 2019. Cette mission, fruit d’un travail de longue halène d’enracinement politique du FCC au sein de l’opinion publique, suscite espoire au regard du besoin de poursuite du programme de reconstruction nationale et de démocratisation du pays » peut-on lire dans le communiqué.

Le FCC se félicite une fois de plus de la discipline en obéissant au mot d’ordre, ce qui naturellement a rendu plus facile encore cette victoire.

 » Le FCC félicite de ce fait les députés provinciaux pour avoir fait montre encore une fois de plus, de sens de discipline et d’engagement en faveur de la cause défendue par son Autorité Morale son Excellence Joseph Kabila Kabange. Le FCC invite à cet effet aussi bien ses membres et toutes les parties prenantes au processus à œuvrer pour la préservation de nos acquis démocratique, de la paix et la stabilité, gages de la poursuite du développement attendu par notre peuple »

Malgré cette écrasante victoire, la famille politique de l’Ex-Chef de l’Etat, n’en fait pas une cause du triomphalisme. A en croire le communiqué, c’est un profil bas, un sens d’humilité qui s’y dégage démontrant le souci pour le FCC de mettre au centre l’intérêt général de la nation. La première puissance politique du pays atteste par ailleurs sa volonté  de poursuivre l’oeuvre de la reconstruction dans un partenariat  partenariat avec la famille politique du Chef de l’Etat Félix -Antoine Tshisekedi Tshilombo.

 » Tout en félicitant les gouverneurs et les vice-gouverneurs, le FCC les invite à se mettre résolument au service  de nos populations et ce en parfaite harmonie avec Son Excellence le Président de la République , Chef de l’Etat et le gouvernement central qui sera bientot mis en place. C’est dans cette perspective, et dans le cadre de la coalition avec le CACH qu’il conviendra d’oeuvrer à l’amélioration du vécu quotidien de tous les congolais » conclut le Coordonnateur du comité stratégique du Front Commun pour le Congo, l’Honorable -professeur Néhémie Mwilanya WIlondja.

Nez-Zolo Mutinda Joel

VISITE DE F.TSHISEKEDI AUX USA : LE FCC SALUE ET S’INDIGNE DES PROPOS MILITANTS TENUS PAR LE CHEF DE L’ETAT

0

Le Front Commun pour le Congo réagit à la visite effectuée par le Chef de l’Etat aux Etats-Unis d’Amérique. Au retour de la visite de travail qui a permis au Président de la République de nouer des contacts qui peuvent se révéler fructueux pour le pays, le partenaire du Cach a savoir le FCC a rendu public un communiqué à l’issue d’une rencontre de ses cadres tenue ce lundi 08 mars.

  » Le FRont Commun pour le Congo salue la première visite de travail du Président de la République SEM Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Les perspectives de coopération et du développment entre la RDC et les USA qui en découle  ainsi que l’intérêt partagé entre les deux pays en vue du renforcement de la paix, de la sécurité et de la stabilité dans la sous-région des Grands laces africains » peut-on lire dans ce communiqué.

Toute fois, la famille politique de l’Ex-Chef de l’Etat Joseph Kabila, initiateur et autorité morale du FCC a stigmatisé dans ce communiqué un certain nombre d’éléments qui ont caractérisé la visite du Chef de l’Etat. Des propos tenus susceptibles de mettre en péril non seulement le pacte entre les deux familles politiques, mais aussi la stabilité d’une jeune démocratie qui par l’acte d’alternance dont Joseph Kabila est la pièce maîtresse projette le pays sur la bonne voie.

 »Le Front Commun pour le Congo regrette cependant la teneur de certains propos militants tenus par le Chef de l’Etat à l’occasion de cette visite, sollicitant l’appuie d’une puissance étrangère pour, selon lui  » déboulonner » le système dictatorial en RDC » Souligne le communique.

Pour le FCC, ces affirmations sont surprenantes et mettent en cause l’héritage démocratique ancré dans notre pays depuis 2006 et qui s’est traduit par la toute première passation pacifique et civilisée du pouvoir à la magistrature suprême jamais intervenue en RDC, passation dont le Président de la République est bénéficiaire à l’issue des élections libres, démocratiques et apaisées du 30 décembre 2018.

Le FCC a aussi regrette tendancieuse visant à instrumentaliser les valeurs républicaines telles que la lutte contre la corruption et autres antivaleurs en tentant de s’approprier de son monopole et de leur préservation alors que alors qu’elles sont partagées par le FCC depuis le 17 mai 1997 et que leur pérennité repose sur l’implication de toutes les parties prenantes dans un esprit de concorde, d’harmonie et de continuité des affaires de l’Etat.

Le Front Commun pour le Congo a énuméré par ailleurs quelques prouesses économiques, découlant de la rigueur de gestion du régime Kabila qui a permis notamment la politique du resserrement budgétaire traduite par la gestion sur base caisse, la lutte contre le coulage de recettes, le renforcement des recettes de change inititié par Joseph Kabila Kabange qui ont eu comme résultat l’amélioration du cadre général de l’économie de 2001 à 2018 qui ont permi de ramener le taux d’inflation de 3 à 1 chiffre et le stock de la dette de 12 milliards à près de 6 milliards pendant que les réserves en devise sont passées de 26 million à près d’1 milliards de dollars.

Le Front Commun pour le Congo, a demandé au Chef de l’Etat d’œuvrer dans le sens de l’installation de toutes les institutions de la république, notamment le gouvernement de la coalition dont la nomination du premier ministre se fait encore attendre.

Dans ce communiqué signé par 18 cadres de cette plateforme, la famille politique de Joseph Kabila, a toute fois exprimé sa volonté d’œuvrer dans le sens d’une bonne cohabitation entre la famille politique du Chef de l’Etat Félix-Atoine Tshisekedi, le Cach.

 

Nez-Zolo Mutinda Joel

 

Course au Gouvernorat de Province du Kasaï Central: Ticket Kabuya -Kamukuni, rien à perdre, tout à gagner.

0

Ce qui est clair est que Martin Kabuya et Ambroise Kamukuni, Candidats Gouverneur et Vice – Gouverneur de Province indépendant du Kasaï Central forment un tandem rassembleur  et fédérateur respectant les équilibres ethniques locaux et qui, à coup sûr, va rapidement mettre la Province sur l’orbite de la renaissance et du développement ainsi que du rayonnement.

Avec une grande ouverture à l’international, Martin Kabuya sait faire le management de la Province en l’ouvrant aux investisseurs étrangers. Ancien Commissaire spécial adjoint du Kasaï Central, Prof. Ambroise Kamukuny maitrise aussi les réalités internes de la territoriale au Kasaï Central.

Intellectuels de haute facture, les deux personnalités disposent d’une assise sociale en Province et en dehors de celle-ci qui les mettent à l’abri du besoin et leur permettant de se consacrer en priorité à l’intérêt de la population, n’est ce pas le Peuple d’abord?

À propos du « Peuple d’abord », l’histoire politique récente de notre pays nous renseigne que Martin Kabuya est un fils maison, nourri en son temps au biberon de l’UDPS et blanchi sous le harnais du combat politique avec le Patriarche Étienne Tshisekedi wa Mulumba, d’heureuse mémoire.

Si le Gouverneur de Province sortant était estampillé MP, on pouvait déduire l’ancrage de son adversaire au dernier round. Martin Kabuya l’aurait emporté n’eut été l’affairisme des Députés Provinciaux d’alors qui se sont mordus les doigts par la suite sans oublier la sanction populaire qu’ils ont subie aux dernières élections.

Cette fois ci, il faut espérer que les nouveaux Elus Provinciaux ont bien assimilé la leçon de leurs prédécesseurs et ne vont pas se tromper de choix tant attendu par les Centre Kasaïens.

 

Dina Tudiengeleke

Félix Tshisekedi , Chef de l’Etat et Joseph Kabila, ex-Chef de l’Etat : 4 heures de tête-à-tête ce dimanche 17 février

0

Le Chef de l’Etat Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo s’est entretenu  avec son prédécesseur Joseph Kabila Kabange ce dimanche 17 février à sa résidence de la Cité de l’Union Africaine. Une première rencontre entre les deux personnalités  depuis la cérémonie de remise et reprise le 25 janvier 2019 au Palais de la Nation.

Près de 4 heures d’entretien qui concrétise bien entendu la promesse faite par les deux personnalités , celle de se rencontrer chaque fois que le besoin s’impose.

Felix Antoine TSHISEKEDI et Joseph KABILA se sont entretenus d’abord seuls avant d’élargir le cercle à quelques collaborateurs du Chef de l’Etat notamment le Conseiller Spécial en matière de sécurité François BEYA.

C’est donc une illustration d’un climat apaisé des relations entre le 4ème et le 5ème Président de la RDC, offrant ainsi à l’opinion un bel exemple d’une démocratie que beaucoup dans le continent, particulièrement dans la sous-région, sont appelé à imiter.

Sur quoi a tourné ce tête à tête? c’est la question qu’on doit se poser car aucune déclaration n’a été faite à l’issue de cet entretien.

 

JAM

Débat : Les collaborateurs de l’Ex-Président encore présents aux cotés du nouveau

0

Les réseaux sociaux s’enflamment, les discussions vont dans tous le sens. La présence des collaborateurs de l’ex-Président de la République Joseph Kabila aux cotés du nouveau Président Félix Tshisekedi fait l’objet d’âpres débats non seulement dans les salons politiques, mais aussi et surtout dans les réseau sociaux. Beaucoup ont du mal à digérer cette réalité qui selon Abraham Luakabuanga, l’un des collaborateurs du nouveau Chef de l’Etat s’explique par le fait que ces collaborateurs qui ont été nommés par une ordonnance présidentielle doivent continuer de travailler tant qu’une ordonnance nommant leur remplaçant n’est pas encore signées.

 » La continuité de l’Etat exige que ceux qui sont en fonction et pas encore remplacés continuent d’exercer leurs fonctions’, souligne ce collaborateur du Président de la République.

Ce débat est donc lancé par rapport à la présence notamment du Vice-premier Ministre en charge des affaires étrangères Léonard She Okitundu, mais aussi de l’ambassadeur Kikaya Bin Karubi, Conseiller diplomatique du Président Joseph kabila. Ces haut-fonctionnaires de l’Etat, accompagne le Chef de l’Etat dans toutes les sorties effectuées à savoir en Angola, au Kenya, au Congo-Brazzaville et à Addis Abeba.

Pour ceux qui s’opposent à cette présence, le nouveau Chef de l’Etat devrait déjà procéder à la nomination de tous ses collaborateurs pour éviter l’omniprésence des collaborateurs de son successeurs dans son entourage. Ils pensent par ailleurs que cette présence, ne garanti pas au nouveau locataire du Palais de la Nation plus de liberté d’action.

Cependant, il est important de souligner que, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, arrive aux affaires et surtout à la plus haute fonction de la République. Il est le premier Président de ce pays à vivre cette expérience. On ne peut donc pas le pousser à faire des choses dans la précipitation.  On doit aussi comprendre qu’il soit, pendant ses premiers pas, accompagné. Et s’il est bien accompagné, c’est le pays qui gagne.

Lors de la remise et reprise entre le nouveau et l’ancien Chefs d’Etat, Vital Kamerhe, Directeur de cabinet du nouveau Président s’adressant à l’équipe sortante avait souligné : » Nous allons travailler ensemble. Notre objectif est que le Président Félix Tshisekedi réussisse dans sa mission. Sa réussite est celle de nous tous et de tout le peuple congolais », avait insisté celui qui a remplacé le professeur Néhémie Mwilanya au poste de Directeur de cabinet du Chef de l’Etat.

Tout en comprenant les frustrations que peut occasionner cette présence pour ceux qui estimaient que le changement du régime va avec le remplacement de tous les collaborateurs, Il est donc question de donner du temps au nouveau Président de la République de se choisir au moment qui lui convient ses collaborateurs et les nommer par ordonnance présidentielle.

 

JAM

 

 

Félix Tshisekedi chez Uhuru Kenyatta : amitiés renforcées, relations bilatérales plus affermies

0

Le Chef de l’Etat congolais Félix Tshisekedi a été reçu ce mercredi 06 février au palais présidentiel par son homologue Kényan Uhuru Kenyatta. C’est donc le Kenya que le cinquième Président de la République Démocratique du Congo a choisi pour sa deuxième étape de sa première tournée qui a commencé par l’Angola le mardi 05 février.

Au pays de Kenyata, le fils du leader maximo qui préside depuis le 24 janvier à la destinée du grand Congo était plus que le bienvenu. Pour un petit rappel, c’est sur cette terre que Félix-Antoine Tshilombo Tshisekedi, président de l’Union pour la démocratie et le progrès social et  Vital Kamerhe de l’Union pour la Nation congolaise ont été accueilli après leur retrait de l’accord de Genève pour lancer  une autre aventure, celle de l’accord de Camp du Changement, le Ticket Gagnant qui aboutira le 30 décembre à la victoire inédite de Félix Antoine Tshilombo à la magistrature suprême.

L’on comprendra facilement que cette visite est aussi celle de gratitude envers un peuple et son leader qui ont accordé une hospitalité à leurs frères africains en quête de solution pour un pays qui se recherche encore dans cette voie de la démocratie et stabilité.

Ainsi, l’on pouvait donc constater que le gouvernement Kenyan avec en tête son Président de la République, n’a donc pas lésiné sur les moyens pour accueillir le Chef de l’Etat congolais.

Les deux Chefs d’Etats, ont ainsi profité de l’occasion pour sceller les liens historiques entre les peuples kenyans et congolais avec des perspectives beaucoup plus alléchantes sur le plan économique et politique.

Uhuru Kenyatta a pour la deuxième fois de vive voix salué et félicité le nouveau Chef d’Etat congolais pour son élection à la tête d’un si grand pays au coeur de l’Afrique. Notons qu’il était le seul des chefs d”Etats africains qui a réhausser le 24 janvier de sa présence la cérémonie d’investiture du Président élu.

Pour le Chef de l’Etat du Kenya, l’élection du Président Félix Antoine Tshilombo Tshisekedi ouvre une ère nouvelle pour la RDC susceptible d’engager la stabilité qui doit par ailleur lancer non seulement le pays mais l’ensemble du continent sur la voie du développement.

 

JAM

 

RÉSERVES EN DEVISE : Augmentation de 39,2 millions de USD; LA RDC s’en sort tête haute des scrutins financés entièrement par l’Etat.

0

La Banque Centrale du Congo a annoncé après son comité de politique monétaire tenu ce mercredi 30 janvier  sous la direction de Déogratias MUTOMBO MWANA NYEMBO Gouverneur de cette institution, une hausse de 39,2 millions de dollars ramenant ainsi les réserves en devise du pays à 884,2 millions de dollars ce qui correspond à presque un mois d’importation des biens et services sur ressources propres.

Le pays qui vient de financer entièrement son troisième cycle électoral en  sort la tête haute quand on considère les dépenses effectués inhérents à ce processus très coûteux. En effet, l’enveloppe ayant financé les élections a tourné autour de 430 à 450 millions de dollars. Une première dans l’histoire de la RDC qui par ailleurs démontre la prise de conscience d’un État qui se veut réellement souverain.

Cependant, la rigueur dans la gestion des finances publiques doit se poursuivre dans un contexte de l’avènement d’un nouveau régime qui va faire face à la baisse des cours es matières premières, principales sources des devises du pays. En effet, les cours des  principales matières à l’exportation du pays ont connu une baisse. Le cuivre, le cobalt et le pétrole ont connu une chute de 16,63,26,9 et 20,15% et se sont vendu fin décembre respectivement à 6.015 USD, 55.000 USD, et 53, 19 USD.

La Banque Centrale du Congo entend donc accompagner le gouvernement qui sera mis en place par le nouveau chef de l’Etat Félix Tshisekedi. Elle exprime le voeu de soutenir ses actions afin de pérenniser la stabilité du cadre macroéconomique. Notons qu’il est attendu au cour de cette année une accélération de la croissance économique de 5,6% avec un taux d’inflation de 8,9% et le taux de dépréciation de la monnaie nationale de 3,6%.

 

JAM

 

URGENT : LE CHEF DE L’ÉTAT DÉSAMORCE LA CRISE À TRANSCO

0
Le Président de la République , SE Felix Antoine TSHISEKEDI TSHILOMBO s’implique personnellement à resorber la crise sociale  qui paralyse TRANSCO.
Le Directeur de cabinet Vital Kamerhe a eu une séance de travail ce mardi 29 janvier à la Cité de l’UA avec la direction générale de cette société de transport en présence des Ministres des finances et du budget ainsi que  de la délégation syndicale de l’entreprise .
Le Chef de l’Etat a instruit la chaine des dépenses publiques pour  que soient libérés en procédure d’urgence  les arriérés ainsi que tous les avantages revendiqués.
Le Chef de l’état a appelé  la direction et la délégation syndicale à la promotion d’un dialogue permanent.
Les bus de TRANSCO devraient reprendre le trafic dés ce mercredi.
*Presse présidentielle*

Les étapes restantes du processus electoral en Rdc.

0
Le président de la commission électorale nationales indépendante a dévoilé ce lundi 21 janvier devant la presse , les étapes du processus électoral qui sont restées. Corneille Nangaa Yobeluo a noté qu’avec la publication des résultats définitifs de l’élection présidentielle par la cour constitutionnelle , le processus électoral en cours a passé un cap important qui doit se poursuivre.
La plénière de la Ceni a examiné ce lundi la suite des grandes activités du calendrier électoral publié le 05 novembre 2017. Elle l’a réaménagé suite à la perte des matériels électoraux dans la nuit du 13 au 14 décembre 2018 à Kinshasa.
S’agissant de la suite du processus électoral, il faut retenir d’abord que le contentieux électoral des élections législatives nationales et provinciales se poursuit jusqu’au 23 Mars prochain.
Depuis ce 21 janvier, l’inscription des candidats sénateurs, gouverneurs et vices gouverneurs dans les 24 provinces de la RFC a démarré. Le 24 janvier, l’ouverture et l’installation des assemblées provinciales et le 26 janvier, l’Assemblée nationales sur les 24 provinces du pays.  Du 28 janvier au 11 février, l’acceptation des chefs coutumiers comme députés provinciaux à travers la RDC. Les dates du 06 et 18 Mars 2019 sont maintenues pour les élections des sénateurs, gouverneurs et vice gouverneurs.
La centrale électorale a précisé que dans les provinces du nord kivu et Mai Ndombe les élections des  sénateurs, gouverneurs et vice gouverneurs interviendront après l’organisation des scrutins directs des députés nationaux et provinciaux dans les circonscriptions de Béni, Butembo et Yumbi.
Dans sa déclaration, le président de la Ceni a félicité le peuple congolais et ses dirigeants ainsi que les services de sécurité pour leur implication afin d’avoir un processus électoral apaisé.
Jonsard MIKANDA

Coup sur coup: la RDC sanctionne l’union européenne.

0

Le chef de mission de l’union européenne a 48 heures pour quitter la République Démocratique du Congo.  Les mesures de rétorsion annoncées par le gouvernement congolais commencent à tomber. Dans une brève adresse ce jeudi 27 décembre à la grande salle du ministère des Affaires étrangères, le Vice-premier ministre en charge des affaires étrangères a annoncé le ton et de manière la plus forte.

‘’ La RDC ne compte plus ménager avec le conseil européen. Concrètement, le gouvernement de la République Démocratique du Congo invite instamment le Conseil Européen à procéder impérativement,  dans les 48 heures, au rappel de son chef de mission en RDC » a déclaré le patron de la diplomatie congolaise.          

C’est donc une réponse aux sanctions prises il y a environ deux ans contre certaines personnalités de la famille politique du chef de l’Etat. Parmi lesquelles, Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du FCC à la présidentielle de ce dimanche. Plusieurs tentatives du gouvernement congolais visant à lever ces sanctions se sont révélée vaines.

Dans sa communication,  le Vice premier ministre,  Ministre des affaires étrangères et intégration régionale, Léonard She Okitundu l’a rappelé au corps diplomatique présent dans la salle de conférence du ministère des affaires étrangères.

‘’ j’ai prévenu le conseil européen qu’au cas où il ne faisait pas droit à la réclamation du gouvernement de la république,  celui-ci se réserverait son droit souverain d’user du principe de réciprocité régissant les relations internationales pour en désespoir de cause,  recourir à des mesures de rétorsion »  a déclaré She Okitundu qui a annoncé que son gouvernement a arrêté une série de mesures pour ne plus demeurer inerte.  

Léonard She Okitundu a par ailleurs souligné que cette décision s’inscrit dans le cadre de la réciprocité  conformément à l’article 9 point 1 de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques.

Jonsard MIKANDA

 

COMMUNIQUE DE PRESSE DU FRONT COMMUN POUR LE CONGO

0

Le Front Commun pour le Congo (FCC) se dit choqué par l’incendie criminel qui a ravagé le dépôt du matériel électoral de la CENI ville de Kinshasa.

Le Front Commun pour le Congo déplore les pertes subies par l’Antenne provinciale de la Centrale électorale et encourage celle-ci à poursuivre sans désemparer le processus entamé en pourvoyant aux besoins ainsi créés.

Le FCC rappelle qu’en date du 03 Décembre 2018, au cours de sa dernière conférence de presse, il avait dénoncé l’apologie de la violence et les attaques systématiques du candidat Président de l’Opposition Martin Fayulu qui, au grand étonnement du monde entier, a pour programme politique, au cours de cette campagne électorale : l’invitation de ses militants et sympathisants à détruire le matériel électoral de manière à empêcher la CENI d’organiser les scrutins prévus le 23 décembre prochain. Ces propos et la gestuelle qui les accompagne étaient déjà le prélude de la mise en œuvre d’un projet bien planifié tendant à entraver le processus électoral en cours et à saper l’investissement politique de tout un peuple.

Le FCC condamne cette politique de violence et de terre brûlée dont les premières victimes et les premiers dégâts sont aujourd’hui déplorés.

Le FCC dénonce le silence de la communauté internationale qui est restée très curieusement aphone depuis le déclenchement, par le candidat du regroupement LAMUKA, de la violence électorale décriée.

Le FCC appelle toute la population à demeurer sereine et à protéger, avec détermination, son processus électoral, comme en 2006, lorsque les mêmes forces du mal, avaient incendié la Cour Suprême de justice, afin de tenter désespérément de bloquer l’aboutissement heureux du processus électoral.

Le coupable n’étant plus à rechercher, le FCC invite les autorités compétentes à assumer chacune ses responsabilités afin de garantir la tenue effective, le 23 décembre prochain, des scrutins prévus.

Fait à Kinshasa le 13 décembre 2018

Prof Néhémie Mwilanya Wilondja Coordonnateur du Front Commun pour le Congo

Soutien total à Emmanuel Ramazani Shadari et à Néhémie Mwilanya : promesse des fils et filles de Baraka

0

En bon fils du terroire, l’inlassable  Néhémie MWILANYA WILONDJA, Coordonnateur du comité Stratégique du Front Commun pour le Congo, a tenu un meeting à Baraka, ce mercredi 12 décembre 2018, dans le cadre de la poursuite de sa double campagne dans le Sud-Kivu.

C’était une ville en ébullition qui a accueilli le candidat de Fizi au numéro 87 à la députation nationale. Femmes, hommes, et enfants, toutes les forces vives de la cité se sont mobilisées pour un accueil délirant à cette personnalité à plusieurs casquette qui sans extravagance aucune, coordonne,sous la direction du chef de l’Etat, la plus grande coalition politique que le Congo n’a jamais connus, le Front Commun pour me Congo.

L’envoyé spécial du Chef de l’État Joseph KABILA KABANGA et du candidat Président du FCC, Emmanuel RAMAZANI SHADARY s’est adressé à une foule compact au stade Lumumba, après une ronde de la ville, sous les cris de joie et des chansons.

En envoyé fidèle du chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, autorité morale du FCC, le professeur Néhémie Mwilanya a transmi à la population de Baraka les salutation du Président de la République sous les acclamations et cris de joie de la foule.

Dans cette partie du pays comme partout à travers le pays, la reconnaissance de la population a été exprimée à l’endroit de l’artisan de la paix, aujourd’hui effective à Baraka, en dépit de petites poches d’insécurité ça et là à Fizi.

« Ces efforts de restauration de la paix durable entrepris par le Chef de l’État seront poursuivi par le candidat Président numéro 13», a-t-il renchéri.

‘’ Il en sera de même dans tous les autres domaines de la vie nationale’’ a t-il poursuivi.

Dans un contexte où le chômage demeure une des grandes préoccupations du chef de l’Etat Joseph Kabila, des efforts doivent se poursuivre avec le candidat numéro 13, une fois élu, pour donner de l’emploi aux jeunes.

‘’ Dans le secteur de l’emploi par exemple, les grandes entreprises du pays auront leurs antennes dans l’arrière pays, en occurrence à Baraka, pour faciliter l’emploi des jeunes’’.

a déclaré le candidat numéro 87 devant la population de Baraka.

Le professeur Néhémie Mwilanya a par ailleurs évoqué la réhabilitation des infrastructures routières en présentant des investisseurs étrangers qui seront bientôt à pieds d’oeuvre.

L’eau et l’électricité avec la poursuite du projet d’éclairage public ont été aussi évoqués par ce fils du terroire.

Partisan de la on violence, le numéro 87 à la députation nationale a enfin lancé un appel à tous les partisans de la non violence à barrer la route à tous ceux qui par la violence ne veulent pas que le pays puisse connaître dans la paix son troisième cycle électoral.

Les habitants de Baraka ont ainsi promis d’accorder à 100% leurs voix au candidat numéro 13, Emmanuel Ramazani Shadary et au candidat numéro 87 à la députation nationale.

 

Le Médiacrate

Soutien total à Emmanuel Ramazani Shadari et à Néhémie Mwilanya : promesse des fils et filles de Baraka

0

En bon fils du terroir, l’inlassable  Néhémie MWILANYA WILONDJA, Coordonnateur du comité Stratégique du Front Commun pour le Congo, a tenu un meeting à Baraka, ce mercredi 12 décembre 2018, dans le cadre de la poursuite de sa double campagne dans le Sud-Kivu.

C’était une ville en ébullition qui a accueilli le candidat de Fizi au numéro 87 à la députation nationale. Femmes, hommes, et enfants, toutes les forces vives de la cité se sont mobilisées pour un accueil délirant à cette personnalité à plusieurs casquette qui sans extravagance aucune, coordonne,sous la direction du chef de l’Etat, la plus grande coalition politique que le Congo n’a jamais connus, le Front Commun pour me Congo.

L’envoyé spécial du Chef de l’État Joseph KABILA KABANGA et du candidat Président du FCC, Emmanuel RAMAZANI SHADARY s’est adressé à une foule compact au stade Lumumba, après une ronde de la ville, sous les cris de joie et des chansons.

En envoyé fidèle du chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange, autorité morale du FCC, le professeur Néhémie Mwilanya a transmi à la population de Baraka les salutation du Président de la République sous les acclamations et cris de joie de la foule.

Dans cette partie du pays comme partout à travers le pays, la reconnaissance de la population a été exprimée à l’endroit de l’artisan de la paix, aujourd’hui effective à Baraka, en dépit de petites poches d’insécurité ça et là à Fizi.

« Ces efforts de restauration de la paix durable entrepris par le Chef de l’État seront poursuivi par le candidat Président numéro 13», a-t-il renchéri.

‘’ Il en sera de même dans tous les autres domaines de la vie nationale’’ a t-il poursuivi.

Dans un contexte où le chômage demeure une des grandes préoccupations du chef de l’Etat Joseph Kabila, des efforts doivent se poursuivre avec le candidat numéro 13, une fois élu, pour donner de l’emploi aux jeunes.

‘’ Dans le secteur de l’emploi par exemple, les grandes entreprises du pays auront leurs antennes dans l’arrière pays, en occurrence à Baraka, pour faciliter l’emploi des jeunes’’.

a déclaré le candidat numéro 87 devant la population de Baraka.

Le professeur Néhémie Mwilanya a par ailleurs évoqué la réhabilitation des infrastructures routières en présentant des investisseurs étrangers qui seront bientôt à pieds d’oeuvre.

L’eau et l’électricité avec la poursuite du projet d’éclairage public ont été aussi évoqués par ce fils du terroire.

Partisan de la on violence, le numéro 87 à la députation nationale a enfin lancé un appel à tous les partisans de la non violence à barrer la route à tous ceux qui par la violence ne veulent pas que le pays puisse connaître dans la paix son troisième cycle électoral.

Les habitants de Baraka ont ainsi promis d’accorder à 100% leurs voix au candidat numéro 13, Emmanuel Ramazani Shadary et au candidat numéro 87 à la députation nationale.

 

Le Médiacrate

Discours du lauréat du Prix Nobel de la Paix 2018 Denis Mukwege

0

Le monde entier était captivé par l’allocution du lauréat du prix nobel et de sa plaidoirie en faveur des victimes des violences sexuelles en rdc. Ci dessous l’intégralité du discours de docteur Denis Mukwege.

Dans la nuit tragique du 6 octobre 1996, des rebelles ont attaqué notre hôpital à Lemera, en République Démocratique du Congo (RDC). Plus de trente personnes tuées. Les patients abattus dans leur lit à bout portant. Le personnel ne pouvant pas fuir tué de sang-froid. Je ne pouvais pas m’imaginer que ce n’était que le début.

Obligés de quitter Lemera, en 1999 nous avons créé l’hôpital de Panzi à Bukavu où je travaille encore aujourd’hui comme gynécologue-obstétricien. La première patiente admise était une victime de viol ayant reçu un coup de feu dans ses organes génitaux. La violence macabre ne connaissait aucune limite. Cette violence malheureusement ne s’est jamais arrêtée.

Un jour comme les autres, l’hôpital a reçu un appel. Au bout du fil, un collègue en larmes implorait : « S’il vous plaît, envoyez-nous rapidement une ambulance. S’il vous plaît, dépêchez-vous. » Ainsi, nous avons envoyé une ambulance comme nous le faisons habituellement.

Deux heures plus tard, l’ambulance est revenue. A l’intérieur une petite fille de tout juste dix-huit mois. Elle saignait abondamment et a été immédiatement emmenée en salle d’opération. Quand je suis arrivé, les infirmières étaient toutes en larmes. La vessie du nourrisson, son appareil génital, son rectum étaient gravement endommagés. Par la pénétration d’un adulte.

Nous prions en silence : mon Dieu, dites-nous que ce que nous voyons n’est pas vrai. Dites-nous que c’est un mauvais rêve. Dites-nous qu’au réveil tout ira bien.

Mais, ce n’était pas un mauvais rêve. C’était la réalité. C’est devenu notre nouvelle réalité en RDC.

Quand un autre bébé est arrivé, j’ai réalisé que ce problème ne pouvait pas trouver une solution au bloc opératoire, mais qu’il fallait se battre contre les causes profondes de ces atrocités. Je me suis rendu au village de Kavumu pour parler avec les hommes : pourquoi vous ne protégez pas vos bébés, vos filles et vos femmes ? Où sont les autorités ? À ma grande surprise, les villageois connaissaient le suspect. Tout le monde avait peur de lui, car il était membre du Parlement provincial et jouissait d’un pouvoir absolu sur la population.

Depuis plusieurs mois sa milice terrorisait le village entier. Elle avait instillé la peur en tuant un défenseur des droits humains qui avait eu le courage de dénoncer les faits. Le député s’en est tiré sans conséquences. Son immunité parlementaire lui permettait d’abuser en toute impunité.

Ces deux bébés ont été suivis de dizaines d’autres enfants violés. Lorsque la quarante-huitième victime est arrivée, nous étions désespérés.

Avec d’autres défenseurs des droits humains, nous avons saisi un tribunal militaire. Finalement, ces viols ont été poursuivis et jugés comme crimes contre l’humanité. Les viols des bébés à Kavumu ont cessé. Les appels à l’hôpital de Panzi aussi. Mais l’avenir psychologique, sexuel et génésique de ces bébés est hypothéqué.

Ce qui s’est passé à Kavumu et qui continue aujourd’hui dans de nombreux autres endroits au Congo, tels que les viols et les massacres à Béni et au Kasaï, a été rendu possible par l’absence d’un État de droit, l’effondrement des valeurs traditionnelles et le règne de l’impunité, en particulier pour les personnes au pouvoir.

Le viol, les massacres, la torture, l’insécurité diffuse et le manque flagrant d’éducation, créent une spirale de violence sans précédent.

Le bilan humain de ce chaos pervers et organisé a été des centaines de milliers de femmes violées, plus de 4 millions de personnes déplacées à l’intérieur du pays et la perte de 6 millions de vies humaines. Imaginez, l’équivalent de toute la population du Danemark décimée.

Les gardiens de la paix et les experts des Nations Unies n’ont pas été épargnés. Plusieurs ont trouvé la mort dans l’accomplissement de leur mandat. La Mission des Nations Unies en RDC reste présente jusqu’à ce jour afin que la situation ne dégénère pas davantage.

Nous leur en sommes reconnaissants.

Cependant, malgré leurs efforts, cette tragédie humaine se poursuit sans que tous les responsables ne soient poursuivis. Seule la lutte contre l’impunité peut briser la spirale des violences.

Nous avons tous le pouvoir de changer le cours de l’Histoire lorsque les convictions pour lesquelles nous nous battons sont justes.

Vos Majestés, Vos Altesses Royales, Excellences, Distingués membres du Comité Nobel, Chère Madame Nadia Murad, Mesdames et Messieurs, Amis de la paix,

C’est au nom du peuple congolais que j’accepte le prix Nobel de la Paix. C’est à toutes les victimes de violences sexuelles à travers le monde que je dédie ce prix.

C’est avec humilité que je me présente à vous portant haut la voix des victimes des violences sexuelles dans les conflits armés et les espoirs de mes compatriotes.

Je saisis cette occasion pour remercier tous ceux qui pendant ces années ont soutenu notre combat. Je pense, en particulier, aux organisations et institutions des pays amis, à mes collègues, à ma famille et à ma chère épouse, Madeleine.

Je m’appelle Denis Mukwege. Je viens d’un des pays les plus riches de la planète. Pourtant, le peuple de mon pays est parmi les plus pauvres du monde.

La réalité troublante est que l’abondance de nos ressources naturelles – or, coltan, cobalt et autres minerais stratégiques – alimente la guerre, source de la violence extrême et de la pauvreté abjecte au Congo.

Nous aimons les belles voitures, les bijoux et les gadgets. J’ai moi-même un smartphone. Ces objets contiennent des minerais qu’on trouve chez nous. Souvent extraits dans des conditions inhumaines par de jeunes enfants, victimes d’intimidation et de violences sexuelles.

En conduisant votre voiture électrique, en utilisant votre smartphone ou en admirant vos bijoux, réfléchissez un instant au coût humain de la fabrication de ces objets.

En tant que consommateurs, le moins que l’on puisse faire est d’insister pour que ces produits soient fabriqués dans le respect de la dignité humaine.

Fermer les yeux devant ce drame, c’est être complice.

Ce ne sont pas seulement les auteurs de violences qui sont responsables de leurs crimes, mais aussi ceux qui choisissent de détourner le regard.

Mon pays est systématiquement pillé avec la complicité des gens qui prétendent être nos dirigeants. Pillé pour leur pouvoir, leur richesse et leur gloire. Pillé aux dépens de millions d’hommes, de femmes et d’enfants innocents abandonnés dans une misère extrême… tandis que les bénéfices de nos minerais finissent sur les comptes opaques d’une oligarchie prédatrice.

Cela fait vingt ans, jour après jour, qu’à l’hôpital de Panzi, je vois les conséquences déchirantes de la mauvaise gouvernance du pays.

Bébés, filles, jeunes femmes, mères, grands-mères, et aussi les hommes et les garçons, violés de façon cruelle, souvent en public et en collectif, en insérant du plastique brûlant ou en introduisant des objets contondants dans leurs parties génitales.

Je vous épargne les détails. Le peuple congolais est humilié, maltraité et massacré depuis plus de deux décennies au vu et au su de la communauté internationale.

Aujourd’hui, grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication, plus personne ne peut dire : je ne savais pas.

Avec ce prix Nobel de la Paix, j’appelle le monde à être témoin et je vous exhorte à vous joindre à nous pour mettre fin à cette souffrance qui fait honte à notre humanité commune.

Les habitants de mon pays ont désespérément besoin de la paix.

Mais :

Comment construire la paix sur des fosses communes ?

Comment construire la paix sans vérité ni réconciliation ?

Comment construire la paix sans justice ni réparation ?

Au moment même où je vous parle, un rapport est en train de moisir dans le tiroir d’un bureau à New York. Il a été rédigé à l’issue d’une enquête professionnelle et rigoureuse sur les crimes de guerre et les violations des droits humains perpétrés au Congo. Cette enquête nomme explicitement des victimes, des lieux, des dates mais élude les auteurs.

Ce Rapport du Projet Mapping établi par le Haut-Commissariat des Nations Unies aux Droits Humains, décrit pas moins de 617 crimes de guerre et crimes contre l’humanité et peut-être même des crimes de génocide.

Qu’attend le monde pour qu’il soit pris en compte ? Il n’y a pas de paix durable sans justice. Or, la justice ne se négocie pas.

Ayons le courage de jeter un regard critique et impartial sur les événements qui sévissent depuis trop longtemps dans la région des Grands Lacs.

Ayons le courage de révéler les noms des auteurs des crimes contre l’humanité pour éviter qu’ils continuent d’endeuiller cette région.

Ayons le courage de reconnaître nos erreurs du passé.Ayons le courage de dire la vérité et d’effectuer le travail de mémoire.

Chers compatriotes congolais, ayons le courage de prendre notre destin en main. Construisons la paix, construisons l’avenir de notre pays, ensemble construisons un meilleur avenir pour l’Afrique. Personne ne le fera à notre place.

Mesdames et Messieurs, Amis de la paix,

Le tableau que je vous ai brossé offre une réalité sinistre.

Mais permettez-moi de vous raconter l’histoire de Sarah.

Sarah nous a été référée à l’hôpital dans un état critique. Son village avait été attaqué par un groupe armé qui avait massacré toute sa famille, la laissant seule.

Prise en otage, elle a été emmenée dans la forêt. Attachée à un arbre. Nue. Tous les jours, Sarah subissait des viols collectifs jusqu’à ce qu’elle perde connaissance.

Le but de ces viols utilisés comme armes de guerre étant de détruire Sarah, sa famille et sa communauté. Bref détruire le tissu social.

À son arrivée à l’hôpital, Sarah ne pouvait ni marcher ni même tenir debout. Elle ne pouvait pas retenir ni ses urines ni ses selles.

A cause de la gravité de ses blessures génito-urinaires et digestives couplées à une infection surajoutée, personne ne pouvait imaginer qu’elle serait un jour en mesure de se remettre sur ses pieds.

Pourtant, chaque jour qui passait, le désir de continuer à vivre brillait dans les yeux de Sarah. Chaque jour qui passait, c’était elle qui encourageait le personnel soignant à ne pas perdre espoir. Chaque jour qui passait, Sarah se battait pour sa survie.

Aujourd’hui, Sarah est une belle femme, souriante, forte et charmante.

Sarah s’est engagée à aider les personnes ayant survécu à une histoire semblable à la sienne.

Sarah a reçu cinquante dollars américains, une allocation que notre maison de transit Dorcas accorde aux femmes souhaitant reconstruire leur vie sur le plan socio économique.

Aujourd’hui, Sarah dirige sa petite entreprise. Elle a acheté un terrain. La Fondation Panzi l‘a aidée avec des tôles pour faire un toit. Elle a pu construire une maison. Elle est autonome et fière.

Son histoire montre que même si une situation est difficile et semble désespérée, avec la détermination, il y a toujours de l’espoir au bout du tunnel.

Si une femme comme Sarah n’abandonne pas, qui sommes-nous pour le faire ?

Ceci est l’histoire de Sarah. Sarah est Congolaise. Mais il y a des Sarah en République Centrafricaine, en Colombie, en Bosnie, au Myanmar, en Iraq et dans bien d’autres pays en conflit dans le monde.

A Panzi, notre programme de soins holistiques, qui comprend un soutien médical, psychologique, socio économique et juridique, montre que, même si la route vers la guérison est longue et difficile, les victimes ont le potentiel de transformer leur souffrance en pouvoir.

Elles peuvent devenir des actrices de changement positif dans la société. C’est le cas déjà à la Cité de la Joie, notre centre de réhabilitation à Bukavu où les femmes sont aidées pour reprendre leur destin en main.

Cependant, elles ne peuvent pas y arriver seules et notre rôle est de les écouter, comme nous écoutons aujourd’hui Madame Nadia Murad.

Chère Nadia, votre courage, votre audace, votre capacité à nous donner espoir, sont une source d’inspiration pour le monde entier et pour moi personnellement.

Le prix Nobel de la Paix qui nous est décerné aujourd’hui n’aura de valeur réelle que s’il peut changer concrètement la vie des victimes de violences sexuelles de par le monde et contribuer à ramener la paix dans nos pays.

Alors, que pouvons-nous faire ?

Que pouvez-vous faire ?

Premièrement, c’est notre responsabilité à tous d’agir dans ce sens.

Agir c’est un choix.

C’est un choix :

– d’arrêter ou non la violence à l’égard des femmes,

– de créer ou non une masculinité positive qui promeut l’égalité des sexes, en temps de paix comme en temps de guerre.

C’est un choix :

 

– de soutenir ou non une femme,

– de la protéger ou non,

– de défendre ou non ses droits,

– de se battre ou non à ses côtés dans les pays ravagés par le conflit.

C’est un choix : de construire ou non la paix dans les pays en conflits.

Agir, c’est refuser l’indifférence.

S’il faut faire la guerre, c’est la guerre contre l’indifférence qui ronge nos sociétés.

Deuxièmement, nous sommes tous redevables vis-à-vis de ces femmes et de leurs proches et nous devons tous nous approprier ce combat ; y compris les États qui doivent cesser d’accueillir les dirigeants qui ont toléré, ou pire, utilisé la violence sexuelle pour accéder au pouvoir.

Les États doivent cesser de les accueillir avec le tapis rouge et plutôt tracer une ligne rouge contre l’utilisation du viol comme arme de guerre.

Une ligne rouge qui serait synonyme de sanctions économiques, politiques et de poursuites judiciaires.

Poser un acte juste n’est pas difficile. C’est une question de volonté politique.

Troisièmement, nous devons reconnaître les souffrances des survivantes de toutes les violences faites aux femmes dans les conflits armés et les soutenir de façon holistique dans leur processus de guérison.

J’insiste sur les réparations ; ces mesures qui leur donnent compensation et satisfaction et leur permettent de commencer une nouvelle vie. C’est un droit humain.

J’appelle les États à soutenir l’initiative de la création d’un Fonds global de réparation pour les victimes de violences sexuelles dans les conflits armés.

Quatrièmement, au nom de toutes les veuves, tous les veufs et des orphelins des massacres commis en RDC et de tous les Congolais épris de paix, j’appelle la communauté internationale à enfin considérer le Rapport du Projet « Mapping » et ses recommandations.

Que le droit soit dit.

Cela permettrait au peuple congolais d’enfin pleurer ses morts, faire son deuil, pardonner ses bourreaux, dépasser sa souffrance et se projeter sereinement dans le futur.

Finalement, après vingt ans d’effusion de sang, de viols et de déplacements massifs de population, le peuple congolais attend désespérément l’application de la responsabilité de protéger les populations civiles lorsque leur gouvernement ne peut ou ne veut pas le faire. Il attend d’explorer le chemin d’une paix durable.

Cette paix passe par le principe d’élections libres, transparentes, crédibles et apaisées.

« Au travail, peuple congolais ! » Bâtissons un État où le gouvernement est au service de sa population. Un État de droit, émergent, capable d’entraîner un développement durable et harmonieux, non seulement en RDC mais dans toute l’Afrique. Bâtissons un État où toutes les actions politiques, économiques et sociales sont centrées sur l’humain et où la dignité des citoyens est restaurée.

Vos Majestés, Distingués membres du Comité Nobel, Mesdames et Messieurs, Amis de la paix,

Le défi est clair. Il est à notre portée.

Pour les Sarah, pour les femmes, les hommes et les enfants du Congo, je vous lance un appel urgent de ne pas seulement nous remettre le Prix Nobel de la Paix mais de vous mettre debout et de dire ensemble et à haute voix : « La violence en RDC, c’est assez ! Trop c’est trop ! La paix maintenant ! »

Je vous remercie.

 

Denis Mukwege

Elections: Délivrance des duplicatas à l’antenne de limete, la ceni a du pain sur la planche.

0

A quelques jours de la tenue des scrutins du 23 décembre, la plupart des électeurs ayant perdu leurs cartes d’électeurs ne sont pas encore en possession de leurs duplicatas.  La délivrance de ces documents pose des sérieux problèmes dans le district de Mont Amba à l’antenne de la Ceni Limete installée à la maison communale de Lemba.

La cacophonie observée lors de l’opération de livraison de duplicata prouve à suffisance que nombre d’électeurs n’iront pas voter faute de cette carte.  Débutée depuis le mois de juillet, la délivrance des duplicatas dans cette partie est un véritable casse tête. A en croire certaines personnes, il ya plus de deux mois que leurs procès verbaux sont entrés au bureau de la centrale électorale.  

Il faut aussi signaler,  que le pv au commissariat de la police est vendu à trois mille franc congolais.  Malgré l’achat de ce document témoignant la perte de la carte d’électeur, d’autres pv sont perdus surplace.  D’où il faut le racheter deux ou trois fois. Des bagarres, injures, et autres comportements sont observés chez les déçus et impatients qui ont fait des tours et des tours pour la cause.  

Selon les agents de la Ceni surplace,  le délais de délivrance est d’une semaine à dater de l’introduction du procès de perte de pièces.  Les demandeurs n’ont plus d’espoir de voter le 23 décembre car ils ne sont pas toujours en possession de leurs cartes. Des informations en notre possession renseignent que les agents de la Ceni ont plusieurs tâches à exécuter: ils travaillent les duplicatas,  en même temps ils sont en formation.

Cette situation est similaire dans plusieurs antennes de la Ceni à travers le pays.  La population lance un cris d’alarme aux autorités de la Ceni pour qu’une solution rapide soit trouvée afin de permettre la délivrance des duplicatas dans la quiétude.

Jonsard mikanda.

 

Espace Katanga, tournée réussie d’Emmanuel Ramazani Shadari : Le FCC s’en félicite

0

Le comité stratégique du FCC à tenu ce lundi 03 décembre un point de presse à l’hôtel Rotana.  Au menu de ce énième face à face avec la presse, l’évaluation du processus électoral et de la tournée du candidat du Front Commun pour le Congo à la présidentielle, Emmanuel Ramazani Shadari qui a bouclé sa première tournée électorale au Grand Katanga.

Une tournée réussie avec un engouement des populations de cette partie du pays qui ont adhéré au message du candidat Emmanuel Ramazani Shadari. Elles en ont été remercié par le coordonnateur du FCC.

‘’ Notre candidat à l’élection présidentielle a couvert tout l’espace du Katanga, il s’était déjà dans le cadre de la mobilisation de l’électorat, déployé au Kasaï principalement à Mbuji-Mayi et ici même à Kinshasa dans le stade Tata Raphaël. les images parlent d’elles-mêmes et nous voulons nous en féliciter et féliciter notre peuple qui a adhéré au message de notre candidat’’ a déclaré le professeur Mwilanya.

Le comité stratégique du FCC a par ailleurs profité de cette conférence de presse pour émettre son avis sur  l’évolution du processus électoral.

‘’ Nous félicitons la Ceni pour les efforts qu’elle déploie jours et nuit pour que ce processus atteigne son point culminant le 23 décembre de cette année par l’organisation proprement dite du scrutin. Nous suivons pas à pas le déploiement du personnel et du matériel de la Ceni et nous obtenons chaque jour des assurances que les échéances promises par la Ceni seront tenues et cela nous reconforte….’’ a déclaré Néhémi Mwilanya, qui représente l’oeil et l’oreille du chef de l’Etat Joseph Kabila initiateur du FCC.

Un processus électoral entièrement financé par le gouvernement congolais, il y a de quoi en être fier, en tout cas pour tout congolais epri du patriotisme. Le FCC a tenu à en féliciter le gouvernement de la République pour cette marque de souveraineté qui se matérialise par des actes..

‘’ Nous tenons évidemment à féliciter le gouvernement qui est le principal bailleur de fond de la Ceni qui a fait le pari de financer pratiquement la totalité du processus’’ a dit le coordonnateur du FCC..

Jetant un regard sur les acteurs engagés dans ce processus, le coordinateur du FCC s’est félicité du déroulement sans couac de la campagne avec l’organisation des manifestations par des candidats engagés dans la course.

 Les membres du comité stratégique du FCC ont cependant fustigé l’attitude de la plateforme Lamuka qui soutient la candidature de Martin Fayulu à l’élection du président de la République. Selon le FCC, cette plateforme fait l’apologie de la violence bien que déclarant sa participation aux scrutins du 23 décembre, demande paradoxalement à la population de ne pas voter avec la machine au 23 décembre.

Personne ne peut empêcher aux congolais de vivre l’alternance démocratique dans laquelle le pays est engagé.

‘’ Vous ne pouvez pas, parce que revenu de Genève on vous envoi aller perturber le processus,  parce qu’il y a une transition à négocier, parce qu’il y a des élections à organiser dans les deux prochaines années,…..Toute cette fantaisies ne passera pas’’ a martelé Henri Mova Sakanyi, membre du comité stratégique,  mais aussi Vice premier ministre en charge de l’intérieur et de la sécurité.

Les membres du FCC ont aussi répondu à la préoccupation sur la déclaration du Ministre d’Etat  Lisanga Bonganga, qui bien que membre du gouvernement, a refusé de signer la charte du FCC et affirme soutenir un autre candidat à la présidentielle à savoir Martin Fayulu de la coalition Lamuka.

Pour Ingele Ifoto,  Lisanga Bonganga était parmi ceux qui ont soutenu la création de cette plate-forme.

’’ Lisanga Bonganga n’est pas le seul ministre qui a refusé de signer la charte du FCC. Le Ministre du PTNTIC Emery Okundji et celle des affaires sociales, font partie de ces cas’’  a souligné le Ministre d’Etat à la décentralisation  

Accusé de contraindre tous les membres du gouvernement à adhérer au FCC, une  initiative mise en place par le chef de l’Etat avec comme objectif de gagner les scrutins du 23 décembre à tous les niveaux et continuer à gérer le pays qui fait l’objet de toutes les convoitises, le refus par certains membres du gouvernement d’adhérer au FCC un signe éloquent du caractère démocratique de cette méga plateforme politique

 

Le Médiacrate

Lubumbashi, quand une ville qui l’a vu naître, l’accueille en candidat président de la République : Shadary

0

C’est un fils du terroire qui est rentré demandé bénédiction et la voix de siens. Lubumbashi a accueilli ce lundi 26 novembre Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du Front Commun pour le Congo à la présidentielle du 23 décembre 2018. Dans un stade plein comme un oeuf, et dans un élan similaire à celui observé lors de la présentation du dauphin du président Joseph Kabila aux habitants de Kinshasa, et son déplacement à Mbuji-Mayi,  les lushois ont eux aussi massivement communié avec le Front Commun pour le Congo.

C’est donc le premier meeting du candidat numéro 13 depuis le lancement de la campagne le 22 novembre. 14h20′ , le Candidat du FCC à l’élection présidentielle, accompagné des membres du comité stratégique du Front Commun pour le Congo dont son coordonnateur le professeur Néhémie Mwilanya et les chefs des regroupements et partis politiques ont fait leur entrée au stade de la Kenya.

Les partisans du FCC en liesse, drapeaux de tous les partis politiques et associations de cette plateforme dont Joseph Kabila est l’autorité morale, une ambiance qui par ailleurs a décrit la joie d’une population déterminée à porter Emmanuel Ramazani Shadary à la magistrature suprême au terme de la présidentielle attendue.

L’hôte de cette grande évènement, le Gouverneur de la province du Haut-Katanga qui, premier à prendre parole, a avant de donner la parole au candidat du FCC, tenu à remercier la population pour son accueil chaleureux réservé à la délégation venue de kinshasa.  » Vous n’avez pas reçu de l’argent pour venir ici « , précise Célestin Pande Kapopo.

Prenant à son tour la parole pour son message à la population de la province cuprifère,

Emmanuel Ramazani Shadary a lui aussi remercié la population et les organisateurs pour l’accueil chaleureux avant de se présenter à la foule, un signe de l’humilité avec laquelle le FCC se lance dans cette campagne.

‘’ Je suis Emmanuel Ramazani Shadary, candidat du FCC à l’élection présidentielle. Je porte le numéro 13 et c’ est le FCC qui porte ma candidature’’ a dit à la foule l’ancien Vice-premier Ministre en charge de l’intérieur. Et de poursuivre….

‘’ Je suis venu commencer ma campagne électorale chez nous au Katanga.

Je suis fils du Katanga. Cette province m’a vu naître. Mes études, ma carrière politique, je les ai commencées ici. Ma femme, ainsi que mes deux filles aînées, sont  nées ici.

Celui qui m a choisi, est Katangais. J’ai eu la chance de travailler avec M’zee Laurent Désiré Kabila qui disait: Ne jamais trahir le Congo. Toute ma vie est liée au Katanga.  J’ ‘aime le Katanga. Le Katanga m’a tout donné. C’est ce qui explique ma présence ici’’ a renchéri Emmanuel Ramazani Shadary.

Connaissant parfaitement la diversité et les défis auxquels font face les habitants de la province du Haut-Katanga, le candidat numéro 13 les a invité non seulement à l’aider à remporter la présidentielle afin d’assumer les plus hautes charges du pays à l’issue des élections libres et transparentes du 23 décembre, mais aussi leur a demandé à voter massivement les candidats du FCC à la députation nationale et provinciale.

Il a en outre salué le bon sens et l’engagement patriotique du chef de l’Etat qui a fait un choix juste, celui de respecter la constitution du pays et sa parole donnée depuis son élection à la tête du pays.

Le Front Commun pour le Congo, l’oeuvre du Président Joseph Kabila Kabange, est coordonné par son directeur de cabinet le professeur Néhémie Mwilanya. Celui-ci est au four et au moulin depuis la création de cette coalition qui est  décidément lancé dans la bataille pour remporter haut la main les scrutins du 23 décembre. On verra bien le chef de l’Etat battre campagne pour son dauphin, confirme le coordonnateur de cette coalition politique qui compte plus de 350 partis et formations politiques.

Notons tout de même que dans la province du Haut-Katanga, le FCC est coordonné par le Gouverneur de la province Pande Kapopo. C’est le cas dans chacune des provinces où la campagne de Emmanuel Ramazani est chapoté par le Gouverneur, alors que la supervision au niveau national est assuré par le candidat lui-même.

Bolangi Ikokota Bura

Envoyé spécial

 

Religion : Archevêque Fridolin AMBONGO BESUNGU place l’unité au centre de son ministère épiscopal.

0

La solennité du Christ Roi de l’Univers ce dimanche 25 novembre 2018,au stade Tata Raphaël,plein comme un œuf,a connu un évènement exceptionnel : »l’intronisation du nouveau pasteur de l’Eglise Catholique de Kinshasa, Mgr Fridolin AMBONGO,en remplacement de Laurent MONSENGWO PASINYA ».

Dans son homélie, le nouvel archevêque à d’abord exprimer toute sa gratitude profonde au Saint Père le Pape François, qui lui confie la charge pastorale d’Archevêque Métropolitain de Kinshasa. En plus, Fridolin AMBONGO a demandé au Nonce Apostolique et chargé des affaires à la nonciature, Mgr ETTORE BALESTRERO de transmettre le témoignage de son affection filiale au Saint Père.

A son prédécesseur Laurent MONSENGWO, Fridolin AMBONGO a déclaré : »je dis toute ma reconnaissance pour le copieux travail abattu dans la vigne du Seigneur à Kinshasa. Pasteur infatigable, prophète de vérité et de la justice..s’est ainsi adressé à Laurent MONSE NGWO en des termes résumant la mission prophétique :

« Vous avez avec hardiesse et zèle inlassable invité le peuple de Dieu qui est à Kinshasa à s’engager dans une lutte sans merci contre le péché et les antivaleurs de tout genre qui nous enserrent.. ». Il n’y a pas un hasard que je prenne possession et que je sois intronisé le jour de la solennité du Christ, Roi de l’Univers. Mon royaume n’est pas de ce monde, nous dit l’Evangile de Jean 18,36’’. a t-il poursuivi.

Quant à son ministère épiscopal, l’actuel Archevêque Métropolitain a dit le placer sous le signe de l’UNITE:  » je serai TOUT à TOUS.Je suis parmi vous le pasteur de tous et de toutes sans distinction ni exclusion« .

La nouvelle devise épiscopale de Fridolin AMBONGO BESUNGU est : « OMNIA OMNIBUS »,pour dire,  » Tout à tous »

La cérémonie a connu la présence de plusieurs personnalités notamment les candidats à la présidentielle du 23 décembre dont Martin Fayulu soutenu par la coalition Lamuka et Martin Emmanuel Ramazani Shadary du Front Commun pour le Congo.

 

Jean Pierre KATENDA

 

Lancement de sa campagne ce samedi 24 novembre : Le Front Commun pour le Congo s’est confié à Dieu

0

Nombre d’églises à travers le pays ont accueilli ce dimanche 24 novembre les membres du Front Commun pour le Congo pour des cultes d’action de grâce en faveur non seulement du candidat à l’élection du Président de la République Ramazani Shadari mais aussi ceux aux législatives nationales et provinciales. Emmanuel Ramazani Shadari a participé au culte à l’église catholique Notre Dame de Lingwala.

A l’église Anglican sur l’avenue de l’Université dans la commune de Kasa-vubu, a accueilli le coordonnateur du FCC avec quelques membres du comité stratégique, dont Ingele Ifoto et Azarias Ruberwa, mais aussi plusieurs autres membres de cette famille politique.

Le Révérend pasteur Ipuma Mukina, officient du jour  a insisté sur l’importance d’aimer son pays la République Démocratique du Congo. Il a par ailleurs demandé à l’assistance de prier pour que Dieu puisse donner à la RDC des bons  dirigeants lors des scrutins du 23 décembre prochain.

Pour le coordonnateur du comité stratégique du FCC le professeur Néhémie Mwilanya, confier tous les candidats du FCC entre les mains du créateur est le sens de cet acte mené par cette famille politique ce samedi 24 novembre.

‘’ Depuis que nous avons commencé l’aventure du FCC,nous avons voulu offrir à la classe politique l’option de la classe politique responsable capable de prendre les responsabilités du pays au sérieux. Pour le faire, on ne peut que se remettre au créateur du ciel et de la terre et qui est le maître de toute chose. Dans le sens de cette responsabilité  Nous avons voulu placer la campagne électorale du Front Commun pour le Congo en commençant par celle de notre candidat Ramazani Shadari et tous les autres candidats sous la bénédiction de Dieu’’, a déclaré le coordonnateur du comité stratégique du FCC.

Le Front Commun pour le Congo, entend donc, selon son coordonnateur, se lancer dans la campagne dans un esprit d’humilité qui est une recommandation de son autorité morale et initiateur, Joseph Kabila Kabange.

‘’ L’autorité morale du FCC a donné des instructions claires sur cette campagne. Le Front Commun pour le Congo va se présenter à cette campagne sous le signe de l’humilité parce que gérer ce pays n’est pas une aventure. Nous allons assister à la transmission du pouvoir et nous voulons légitimer ce pouvoir. Nous voulons compter sur le soutien de la population qui a adhéré à notre projet de société qui est celui du rassemblement de tous les congolai, de l’unité du pays, de la poursuite du développement économique et social de notre pays’’ a déclaré le coordonnateur du FCC au sortir de ce culte.

 

Le Médiacrate

 

Accord de Nairobi : le FCC demande au peuple de tirer toutes les conséquences du comportement de ces deux leaders

0

L’accord Kamerhe-Tshisekedi qui désigne ce dernier comme candidat commun de l’UNC et UDPS suscite de divers réactions au sein de la population  mais aussi dans les états-majors des formations politiques.

Pour la famille politique du Président de la République, les erreurs du passées notamment l’engagement avec serment de ces deux leaders à l’accord de Genève ne peut rester sans conséquence.

‘’ Le Front Commun pour le Congo invite le peuple congolais à tirer toutes les conséquences de l’engagement pris par les 2 leaders , à mettre fin à leurs carrières politiques, au cas où ils ne respecteraient pas leur parole donnée à Genève’’ note le FCC dans un tweet.

Félix Tshisekedi et Vital Kamerhe, considérés comme les deux poids lourds des quatre leaders encore en course qui ont apposé leur signatures à l’accord de Genève ayant désigné Fayulu comme candidat commun, s’étaient vus contraints par leurs bases de retirer leurs signature juste 24 heures après.

Si l’annonce du retrait par ces deux leaders de leurs signatures pouvait être compris comme une attitude respectueuse et redevable vis-à-vis de leurs bases, très peu ont continuer à les soutenir après la publication des clauses de leurs engagements signées à Genève qui stipulaient par des termes forts la fin de carrière politique de quiconque ne respecterait pas l’accord dit de Genève.

Pour la famille politique du Chef de l’Etat, ces deux leaders doivent plutôt des explications au peuple congolais qui ne peut plus leur accorder la moindre confiance. il est clair que le seul projet du FCC est crédible et poursuit l’intérêt des congolais, soutient le coordonnateur du comité stratégique du Front Commun pour le Congo, le professeur Néhémie Mwilanya.

 

Le Médiacrate

Vital Kamerhe désiste en faveur de Félix Tshisekedi

0

A Nairobi, Vital Kamerhe désiste en faveur de Félix Tshisekedi. La coalition Camps du changement vient ainsi de se mettre d’accord pour soutenir le président de l’udps à la présidentielle du 23 décembre. Il y a fallu à ces deux leaders quelques jours de discussions pour qu’ils arrivent à réaliser ce qu’ils n’ont pas pu faire à Genève. Après le retrait de leurs signatures de l’accord de Genève qui a désigné Martin Fayulu comme candidat commun de l’opposition,

‘’ Je me désiste en faveur de Félix Tshisekedi parce que c’est le ticket que toute la RDC attendait. Et comme je le dis souvent, ce sont les hommes qui font les fonctions et non l’inverse. J’en ai déjà fait la démonstration. Ministre de l’Information [entre 2003 et 2004, ndlr], je m’étais mis au travail et mes réalisations avaient fini par faire de l’ombre à beaucoup de membres du gouvernement qui détenaient des portefeuilles importants. Mais Félix et moi, nous sommes comme des jumeaux. C’est pourquoi nous avons décidé d’unir nos forces pour faire avancer notre pays’’ a déclaré l’ancien Président de l’assemblée nationale à Jeune Afrique.

il est vrai que les deux partis n’avaient pas assez de marges pour dessiner chacun une stratégie pour les scrutins du 23 décembre. La bataille est ainsi lancée et sera rude entre les challengers de cette présidentielle font savoir les observateurs de la politique congolaise.

le retour de ces deux leaders sera un test de popularité dans un contexte où le camps Lamuka qui a organisé le retour de Martin Fayulu doit se mesurer par rapport à la population que l’UNC et UDPS vont drainer.

Bolangi Ikokota Bura

Présentation de projet de société d’Emmanuel Ramazani Shadai

0

Emmanuel Ramazani Shadari, candidat du Front Commun pour le Congo présente ce lundi sous le coup de 16 heures à Pullman Hotel son projet de société. Intitulé  » Gagner le pari du développement et de la dignité du congolais », ce projet de société, à en croire les membres de la famille politique du chef de l’Etat, sera un programme très réaliste et répond aux attentes de la population.

Trois fois repoussé à cause de l’agenda du candidat, cette présentation est une étape non moins importante pour une campagne électorale qui débute ce jeudi 22 novembre.

Le candidat du FCC fera donc face à plusieurs autres candidats à l’élection du 23 décembre prochain. Son avantage est certes la cohésion de cette coalition qui le porte. Dirigée par son initiateur Joseph Kabila Kabange sous la coordination du professeur Néhémie Mwilanwa, direceteur de cabinet du chef de l’Etat, cette plateforme se montre nettement plus disciplinée et solide. Ce qui aux yeux de beaucoup, présente autant d’atout face à une opposition qui s’est auto-fragilisée après la réunion de Genève ayant désigné Martin Fayulu comme candidat commun de l’opposition et les retraits des signatures par Félix Thsisekedi et Viatal Kamerhe qui s’en sont suivis.

Bolangi Ikokota Bura

Tribune libre de Me Jean Claude KATENDE

0
Je tiens à féliciter l’opposition de la République Démocratique du Congo pour avoir choisi un candidat commun, en la personne de Monsieur Martin FAYULU. Je sais que ce n’était pas facile, mais ils y sont arrivés.  Au niveau de la symbolique, cette désignation est un évènement  majeur dans la mesure où c’est pour la première fois que leaders de l’opposition se mettent derrière un de leurs pour conduire leur combat au niveau électoral.  Ils ont répondu  aux aspirations d’une grande partie de congolais.
Il est impossible d’avoir un véritable combat électoral si le candidat du pouvoir fait face à plusieurs candidats de l’opposition.  Je suis heureux de voir que l’équilibre s’établit petit à petit. La première étape  est franchie.
Félicitation à Monsieur Martin FAYULU qui a été désigné comme candidat commun de l’opposition. Il doit savoir que sa désignation est une étape sur un long chemin qui conduit à la victoire.
Sa position l’appelle à approcher les autres candidats de l’opposition qui n’étaient pas à Genève pour échanger avec eux et les convaincre à rejoindre la grande coalition de l’opposition. Ils ne sont pas à négliger.  La capacité de négociation et d’ouverture de Monsieur Martin FAYULU est attendue ici.
En plus, il devra travailler à la conquête des cœurs des congolais qui auraient voulu que le candidat commun soit Monsieur Félix TSHISEKEDI ou Monsieur Vital Kamerhe.  Je sais qu’ils sont nombreux.
Les partisans des uns et des autres doivent se rendre à l’évidence que c’est le Congo qui doit être sauvé par une élection équitable, juste et libre. Nous voulons une élection où  le choix de congolais qu’il soit SHADARY ou FAYULU soit respecté.
Que Dieu bénisse le Congo

Le grand défi de l’opposition: désigner un candidat commun tout en gardant son unité

0

L’opposition congolaise se réunit ce vendredi 09 novembre à Genève. Sept leaders vont ainsi se concerter pour enfin désigner un candidat commun. Parmi les 7 leaders, 4 sont encore sur la liste validée par la Centrale électorale. Il s’agit de Martin Fayulu, président de l’Ecide, Freddy Matungulu de Congo na Biso, Vital Kamerhe de l’UNC et Félix Tshisekedi de l’Udps.

 

Bien que recalés par , les autres leaders de l’opposition à savoir Jean-Pierre Bemba président du MLC, Moise Katumbi d’Ensemble et Adolphe Muzito représentent un poids politique importants dans cette démarche engagée.

 

Sur les quatre noms retenus, les présidents de l’Udps Félix Tshisekedi et de l’Unc, Vital Kamerhe sont certes les plus favoris. Pourtant, du coté de Limete, on ne juere que par le fils d’Etienne Tshisekedi. Le combat mené pendant des années par l’Union pour la démocratie et le progrès social pendant 36 ans est avancé comme argument pour ne soutenir que celui qu’on appelle Fatshi.

Quant aux partisans de l’ancien président de l’assemblée nationale, l’expérience de Vital Kamerhe est un atout nécessaire pour que l’opposition le désigne comme porte étendard de cette famille politique.

La rencontre de Genève est par ailleurs un teste de maturité pour cette opposition qui de par son histoire n’a jamais réussi à faire bloc face au régime en place. Ce qui est sur, c’est le temps plus que compté qui reste. A 13 jours seulement du début de la campagne électorale, il faut reconnaître que l’opposition a trainé un peu le pied.

 

Bolangi Ikokota Bura

 

Ce samedi 03 novembre à 12 heures, Emmanuel Ramazani Shadari rend public son équipe de campagne

0

 

Le comité stratégique du Front Commun pour le Congo a par la voix de son coordonnateur le professeur Néhémie Mwilanya, annoncé la publication ce samedi 03 novembre 2018 de l’équipe de la campagne de son candidat Emmanuel Ramazani Shadari.

C’est au cours d’un point de presse tenu au chapiteaux de Pullman que le Dircab de Chef de l’Etat a porté à la connaissance des chevaliers de la plume cette information.

‘’ le Front Commun pour le Congo voudrait vous communiquer la suite de ses activités annoncées au cours de sa dernière conférence de presse qui se décline pour l’instant en trois phases. La première phase c’est celle qui aura lieu demain. Le Front Commun pour le Congo va annoncer officiellement les animateurs de la structure de campagne de son candidats Emmanuel Ramazani Shadari, candidat numéro 13’’, a déclaré le Directeur du cabinet de chef de l’Etat.

Qui vont coordonner la campagne électorale sur l’ensemble du territoire national du dauphin de Kabila? Certains noms avaient circulés comme éventuels directeurs de campagne, notamment  le gouverneur du Lualaba Richard Muyej Mangeze ou encore André Kimbuta, le gouverneur de la ville de Kinshasa.

Cette après-midi, l’opinion sera donc fixée. Après cette publication, le dauphin du Président Joseph Kabila va étaler son programme de société le 10 novembre prochain.

 

Bolangi Ikokota Bura

Le Front Commun pour le Congo : première sortie réussie

0

C’était un rendez-vous de tous les enjeux pour la famille politique du chef de l’Etat Joseph Kabila. Le Front Commun pour le Congo a donc fait une entrée du jeu en succès. Dans un stade Tata Raphaël rempli comme un oeuf, les membres et sympathisants de la plateforme mise en place par Joseph Kabila il y a quelques mois ont répondu massivement présent. Un échec de ce meeting serait crucial et dubitatif pour le début de la campagne électorale qui doit commencer dans quelques semaines.

Sur le podium central destiné à accueillir les cadres du FCC et divers invités, le cadre s’est avéré aussi petit ne facilitant nullement plus la tâche de la sécurité qui a travaillé double pour donner un peu d’espace aux intervenants. Tour à tour on a vu le Vice-premier ministre en charge des transports José Makila, le Coordonnateur du FCC, Directeur de cabinet du chef de l’Etat, Néhémi Mwilanya , l’homme sur lequel le chef dépose la vision pour la conduite du FCC, le Président de l’Assemblée Nationale Aubin Minaku qui a introduit le Premier Ministre Bruno Tshibala et ce dernier a eu l’honneur de présenter au public la star de la manifestation Ramazani Shadari.

Chacun d’intervenants a vanté la grandeur de l’initiateur du FCC, Joseph Kabila qui alors qu’on s’y attendait le moins, a lancé un jeu démocratique que beaucoup de ses pairs africains ne sont pas prêts à emboîter le pas. ‘’ Le respects de la parole et de la constitution’’..

‘’ Nous vous remercions d’avoir répondu massivement à l’appel lancé par le chef de l’Etat. Applaudissons tous pour lui, le président de ce pays””, a lancé le coordonnateur du FCC.

Sur le même diapason, le candidat du FCC à la présidentielle du 23 décembre a salué et remercié le chef de l’Etat pour sa vision et son leadership. Ramazani, a par ailleurs promis de rendre public son programme de société la semaine prochaine.

 

Le Mediacrate

Le Front Commun pour le Congo ce samedi 27 à Tata Raphaël

0

C’est un rendez-vous très déterminant marqué par le Front Commun pour le Congo. La plateforme initiée par le Chef de l’Etat Joseph Kabila tient son premier meeting ce samedi 27 octobre au stade Tata Raphaël. Un rassemblement aux enjeux multiples dans un contexte du processus électoral qui conduira le pays aux scrutins combinés à savoir la présidentielle et les deux législatives prévue le 23 décembre prochain.

Annoncé par le Directeur de cabinet du Chef de l’Etat Néhémie Mwilanya, l’homme qui conduit sous la direction du chef, les actions de cette grande plateforme,  lors de la conférence de presse tenue par le comité stratégique du FCC  le dimanche 21 octobre, le meeting de ce samedi est un test pour la coalition qui veut non seulement porter Emmanuel Ramazani Shadari à la magistrature suprême du pays mais aussi gagner les scrutins à tous les niveaux .

Au cours de cette première sortie populaire, pensent les observateurs,  le FCC en profitera pour saluer le choix politique de son initiateur qui a tenu au respect de la constitution. Il va par ailleurs réitérer une fois de plus son soutien à la machine à voter, tout en reconnaissant comme d’habitude à la centrale électorale son entière indépendance. Il sera aussi une occasion de présenter officiellement son candidat Emmanuel Ramazani Shadari aux  militants des différentes formations politiques qui composent cette coalition.

Un optimisme éloquent caractérise  les membres de cette famille politique quant à la réussite de cette manifestation qui aux yeux des observateurs est va annoncer les couleurs de la campagne électorale qui s’annonce âpre et non moins serrée.

 

Le Médiacrate

Le FCC face à la délégation du Conseil de Sécurité : Allons aux élections le 23 décembre

0

Les cadres du Front Commun pour le Congo ont rencontré ce dimanche 07 septembre à Kinshasa la délégation du Conseil de sécurité de l’ONU en mission en RDC depuis le jeudi 04 septembre. Au centre de leurs discussions, le processus électoral qui prévoit la tenue des scrutins, présidentiel couplé au deux législative en un seul jour soit au 12 décembre 2018. Conduite par le Directeur de cabinet du chef de l’Etat, le professeur Néhémie Mwilanya, la famille politique du chef de l’Etat a exprimé à la délégation onusienne son envie d’aller aux élections au 23 décembre.

‘’ Nous leur avons dit l’envie du Front Commun pour le Congo  de jouer, c’est à dire d’aller aux élections parce que le FCC est un regroupement d’abord à caractère électoral, une plateforme électorale. Nous avons connu un processus de préparation aux élections. La deuxième chose qui avait été dite au Conseil de Sécurité est que nous penson que nous avons suffisamment dialoguer dans ce pays nous avons trouver le consensus sur des questions essentielles qui pouvaient permettre l’organisation des élections’’ a déclaré le professeur Néhémie Mwilanya à la presse.

Dans un contexte où tous attendons la tenue des élections au 23 décembre, il est cependant important de souligner que la machine à voter ne fait pas le consensus. L’opposition qui continue à rejeter, exprimant sa crainte de voir cette technologie contribuer à la fraude en faveur du pouvoir en place. Pour le FCC, le rejet de la machine à voter est une alibie pour éviter la tenue des élections.

‘’ La machine à voter c’est une question technique. Nous avons la Ceni qui est le pouvoir organisateur des élections. Ce pouvoir est tiré de la constitution et nous devons faire confiance à la Ceni. Toutes les parties prenantes aux différents dialogues à savoir celui de la Cité de UA  et du Centre inter diocésain ont accepté le rôle constitutionnelle de de la Ceni. Donc nous n’avons pas un avis particulier à donner sur la machine à voter sauf que nous constatons que depuis qu’on parle d’elle on ne nous dit pas concrètement qu’est ce qu’on reproche à la machine à voter. Donc nous commençons à nous convaincre qu’il y a une équipe qui ne veut pas jouer’’ martèle le chef de cabinet du Président de la République.

La République Démocratique du Congo insiste sur sa souveraineté. La prise en charge totale du processus électoral en cours est justement une manifestation de cette volonté qui par ailleurs a été une fois de plus rappelée à la délégation du Conseil de Sécurité lors des discussions.

‘’ Nous avons demandé au conseil de sécurité de prendre en compte dans le respect de la souveraineté de notre pays de prendre en compte tous les sacrifices consentis par le président de la République de stabiliser ce pays, pour démocratiser ce pays et finalement  lui offrir cette chance d’aller vers les troisième élections libres et véritablement pluraliste et lui permettre de poursuivre son élan reconstruction et de modernisation’’ a dit Néhémie Mwilanya.

Le Médiacrate

 

Deux rencontres de Hauts niveaux sur la RDC en marge du sommet des Nations-Unies annulées

0

Deux importantes rencontres sur les Grands lacs et particulièrement sur la RDC avaient été prévues le jeudi 27 et vendredi 28 septembre en marge de la 73e Assemblée générale des Nations-Unies en New-York. Des initiatives prises par la communauté internationale à l’insu des autorités congolaises provoquant ainsi la colère de Kinshasa qui a tout simplement boycotté ces rencontres déclinant ainsi l’invitation : Conséquence,l’annulation pure et simple de ces assises.

Dans la délégation conduite par le Chef de l’Etat à la session ordinaire des Nations-Unies, le chef de la mission diplomatique du Président de la République a abordé la question avec l’une de nos consoeurs sur place. Pour Kikaya Bin Karubi, accepté de participer à une telle réunion, c’est faire preuve d’amateurisme.

‘’ Nous avons été informés par note verbale en dernière minute de la tenue de ces deux réunions. La première devait avoir lieu le 27 septembre et allait être co-dirigée par Saïd Djinit envoyé spécial du Secrétaire général des Nations-Unies  pour la région des grands lacs et un ambassadeur allemand . Nous savons bien que quand on parle des grands lacs c’est d’abord la RDC. Nous avons décliné l’invitation pour la simple raison que nous ne connaissions pas les termes de référence. Le gouvernement a donc décidé de ne pas y aller et eux-même se sont rendu compte de cette erreur en ne nous associant pas dans les préparatifs de cette réunion ils sont tiré la balle dans le pied et la conséquence est qu’ils ont annulées » a déclaré Mr Kikaya,  Chef de collège des conseillers diplomatiques du Chef de l’Etat.

Selon l’ambassadeur Kikaya, le gouvernement congolais ne s’oppose pas à une telle initiative qui  est la bienvenue. Cependant, il est clair, la souveraineté du pays en dépend, on ne peut parler de la RDC sans associer les autorités congolaises et surtout dans ce contexte électoral où le gouvernement assume ses responsabilités en finançant sans l’aide extérieure le troisième cycle électoral du pays.

 

Le Médiacrate

 

Invalidation de la candidature de JP Bemba au coeur des interprétations controversées de la loi électorale

0

La condamnation par la cour pénale internationale de l’ancien Vice-président congolais Jean-Pierre Bemba pour subornation des témoins lui a coûté sa candidature à la présidentielle du 23 décembre prochain. Comme on peut bien s’y attendre, le verdict de la Cour Constitutionnelle rejetant le recours introduit par le Mouvement de libération du Congo représentée par le numéro 2 du parti, Mme Eve Bazaiba que d’aucuns appellent la dame de fer, a laissé cour aux diverses et controversées interprétations des lois de la République et plus particulièrement de la loi électorale du pays.

Ce qui aux yeux de l’opinion crée une réelle confusion de la situation.

Me Aimé Kilolo, Avocat au barreau de Bruxelles et ancien avocat de JP Bemba estime pour sa part que l’on assiste à un conflit des compétences entre la Cour Constitutionnelle et la CPI.

‘’ On assiste à un conflit des  compétences entre la Cour Constitutionnelle et la Cour Pénale Internationale.  Les Arrêts de la Cour Constitutionnelle de la RDC déclarant inéligibles certains candidats à l’élection présidentielle suscitent de nouvelles interrogations qui continuent à alimenter le débat juridique. Au nombre de ces questions, figurent celles portant sur l’invalidation de la candidature du Sénateur Jean-Pierre Bemba à la suite de l’Arrêt du 8 mars 2018 de la CPI le reconnaissant coupable de subornation des témoins   : Les Juges de la CPI peuvent-ils connaître de la légalité de l’Arrêt rendu par la Cour Constitutionnelle de la République Démocratique du Congo? ‘’ s’interroge t-il.

Me Aimé Kilolo, estime que les juges de la CPi ignorent de la légalité de l’arrêt rendu par la Cour Constitutionnelle. dès lors que la Cour Constitutionnelle statue dans une matière qui échappe totalement  à la compétence de la Cour Pénale Internationale.

‘’ L’article 161, alinéa 2 de la Constitution de la RDC ainsi que l’article 27 de la loi électorale telle que révisée en ce jour ont confié exclusivement à la Cour Constitutionnelle, agissant comme Juge administratif, la compétence de statuer en dernier ressort sur les conditions d’éligibilité ainsi que sur les cas d’inéligibilité visés à l’article 10 de la loi électorale’’ a poursuivi cet expert des droits internationaux dans un entretien accordé à nos confrères de Congoleak.  Et de poursuivre:

‘’ L’arrêt portant inéligibilité d’un potentiel candidat à l’élection présidentielle n’est pas une peine ni une sanction pénale. La doctrine majoritaire d’inspiration juridique romano germanique 1 considère que la sanction pénale est celle qui émane nécessairement du Juge pénal appliquant à l’issue d’un procès criminel la peine prévue par la loi pénale. Ce n’est pas le cas de la Cour Constitutionnelle’’ a déclaré l’ancien avocat de Jean-Pierre Bemba.

Ainsi il est important dans le contexte actuel, d’éclairer l’opinion sur les compétences de la cour constitutionnelle.

‘’ En tant que telle, la Cour Constitutionnelle ne juge pas les individus, mais connaît plutôt de la régularité et de la légalité des décisions administratives prises par la Commission Électorale Nationale Indépendante au sujet de la recevabilité des candidatures aux différentes élections. Les décisions rendues à cet égard par la Cour constitutionnelle sont définitives et ne sont susceptibles d’aucun recours en vertu de l’article 168 de la Constitution ’’ a souligné Me Kilolo.

La CPI n’a pas qualité pour statuer comme juge d’appel de décisions rendues par les juridictions nationale

‘’ Par ailleurs, au regard de ses compétences d’attributions telles que reprises dans les différentes dispositions du Statut de Rome,  la CPI n’est pas qualité pour statuer comme Juge d’appel de décisions rendues par les Juridictions Nationales des Etats Parties en matière de contentieux électoral. A cet égard, la CPI n’est pas légalement fondée de substituer son interprétation de l’article 10 de la loi électorale à celle de la Cour Constitutionnelle. Cette dernière a souverainement jugé que, dans le but de moralisation de la vie politique, le critère de condamnation évoqué en droit congolais à  l’article 10 de la loi électorale vise la reconnaissance définitive de culpabilité considérée en droit anglo-saxon et non la décision définitive sur la peine qui adviendra ultérieurement.’’ insiste Me Aimé Kilolo.

 

Bolangi Ikokota Bura

 

Cette Unique femme parmi les 24 candidats qui rêvent de diriger la RDC : Marie-José IFOKO

0

Mariée et mère de huit enfants, Marie-José Ifoko est la seule femme à la course à la magistrature suprême en République Démocratique du Congo. Fille de diplomate,mariée et mère de huit enfants,  Marie-José a sillonné le monde avant de s’installer au Canada, pays qui lui a donné une seconde nationalité. Elle a commencé ses études universitaire à l’Université de Kinshasa avant d’aller poursuivre en programme administration-echange de l’Université Saint-Denis Paris 8 suite à la mutation de son père en France.

Bien intégrée dans la société canadienne où elle a passée 15 ans avant de décider de rentrer au pays et renoncer à la nationalité canadienne, une nationalité qui qui aux yeux de beaucoup représente un privilège.

‘’ J’ai fait le choix de rentrer chez moi au Congo depuis 2004. J’ai recommencé la vie à zéro au Congo et ce n’était pas facile. Alors que j’avais la nationalité canadienne, j’ai décidé de faire la paix avec moi-même, j’ai fait la paix avec les miens et avec mon pays et j’ai décidé de renoncer avec la nationalité canadienne’’, nous confie-telle.

C’est depuis 2011 que Marie-José a prit cette décision afin de vivre les réalités de son pays et décider de ce qu’elle peut faire concrètement pour apporter tant soit peu sourire à ces milliers des congolais qui vivent dans un pays si riche mais dans une pauvreté indescriptible.

Son expérience entant que haut cadre dans certaines firmes étrangères notamment dans Tractafric et ATC, est un atout sans oublier son exercice en tant que  commissaire spéciale adjoint de la province de la Tshuapa.

Après 10 à 11 ans de gestions des entreprises, Marie-José Ifoko a pris une autre décision d’entrer en politique .

‘’On cherchait des dames pour être nommée conseillers spécial et mon nom s’est retrouvé dans la liste. C’est ainsi que je serai nommée conseiller spécial adjoint de la province de la Tshuapa, l’une des provinces, je dirai la plus pauvre du pays en dépit de sa flore et faune très riche. j’ai travaillé deux ans à l’intérieur dans la province de la Tshuapa où j’ai côtoyé la misère de la population et qui constitue par ailleurs l’une des motivations qui me poussent à briguer la magistrature suprême.’’

Invalidée par la commission électorale nationale indépendante pour défaut de nationalité, cette décision lui a parue surprenante. Elle a par ailleurs gardé son sang froid, se remettant à la justice qui par le verdict de la cour constitutionnelle l’a réhabilité le lundi 03 septembre.

Dans ce long entretien qu’elle a accordé à notre rédaction le mardi 04 septembre  sa luxueuse villa à macampagne, c’est une dame déterminée à jouer un rôle dans la transformation de son pays qui s’est livrée à ce jeu questions-réponses. Sereine avec une maîtrise non seulement de soi mais aussi des sujets abordés, Marie-José regrette cette multitude des candidatures pour la présidentielle.

 » J’aurai apprécié qu’il y ai plusieurs femmes à la course. mais le fait d’être aussi seule au milieu des hommes, ne me trouble pas non plus. Il est aussi vrai que vingt-quatre candidatures pour la présidentielle, c’est tout de même beaucoup. Une preuve que le pays va mal » déclare la candidate. 

Après la validation de sa candidature par la cour constitutionnelle, elle se dit avec son équipe se préparer pour une grande conférence de presse au cours de laquelle la candidate à l’élection présidentielle du 23 décembre rendra public son projet de société.

Présidente du parti dénommé Alliance des élites pour un Congo Nouveau, Marie-José IFOKO deviendrait donc, si les congolais portent leurs choix sur elle, la première femme Présidente de l’histoire  de la République Démocratique du Congo.

 

Le Médiacrate

 

Loi électorale et les verdicts de la cour constitutionnelle : l’éclairage de Me Aimé KILOLO

0

Praticien des droits avec une expérience avérée sur le plan international, Maître Aimé KIlolo s’est entretenu ce mercredi 06 septembre avec la presse tant nationale qu’internationale sur les observations juridiques inhérentes aux conditions d’éligibilité à l’élection présidentielle en République démocratique du Congo.

L’ancien avocat de Jean-Pierre Bemba a apporté d’éclairage sur un certain nombre des points qui font débat surtout après le rejet par la cour constitutionnelle du recours introduit par le MLC contre l’invalidation de leur candidat à l’élection présidentielle du 23 décembre prochain.

‘’ Au vu de tant de spéculations et de versions contradictoires qui alimentent la controverse,

Il m’appartient en tant que citoyen, certes parmi tant d’autres, versé dans l’apprentissage constant du droit national congolais et rompu tant soit peu à la pratique et à la technicité du droit international’’ a déclaré Me Kilolo.

En ce qui concerne la question de double nationalité qui par ailleur a conduit à l’invalidation de certaines candidature, notamment celle de madame Marie-José Ifoku. Bien que l’orateur du jour s’est refusé de citer des noms des gens dans son exposée, il a tout de même apporter plus de lumière sur cette question.

‘’Tout congolais d’origine, qui a perdu sa nationalité, peut la recouvrer par simple déclaration. Il s’agit là d’un droit subjectif incontestable, d’une volonté du législateur de ne pas perdre définitivement les liens avec les Congolais d’origine partis dans d’autres contrées ; et qui à un moment auront exprimé de retrouver leurs liens de rattachement national avec le Congo, leur mère patrie.

Une fois la nationalité recouvrée, du latin « recuperare », ces congolais récupèrent leur nationalité ; ils sont replacés dans leur pristin état et pour ainsi dire redeviennent congolais d’origine et peuvent donc à ce titre prétendre à la Magistrature Suprême’’. a t-il souligné.

La question la plus brûlante était bien entendue celle liée à l’inéligibilité pour condamnation du chef de corruption. Une précision a été apportée par Me KILOLO, qui contrairement aux rumeurs faisant étant de sa candidature à la députation nationale, il a déclaré :

‘’ Je tiens à signaler d’emblée que je ne me suis jamais porté candidat aux élections en cours en République Démocratique du Congo. C’est un choix libre que j’ai opéré après une lecture minutieuse de la Constitution en vigueur dans notre pays et un examen circonstancié des cas d’inéligibilité prévus à l’article 10 de la loi électorale’’.

Son choix de ne pas se représenter est motivée par la controverse sur sa condamnation par la CPI pour subornation des témoins qui a valu à Jean-Pierre Bemba l’invalidation de sa candidature à l’élection présidentielle.

‘Pour ma part, je m’étais refusé de me retrouver au cœur d’une profonde controverse doctrinale sur l’interprétation de la notion de corruption visée dans la loi électorale au regard du jugement de culpabilité prononcée à mon encontre le 8 mars dernier par la Cour pénale Internationale », affirme Me KOLOLO.

Bien qu’engagé ce jour sur le terrain politique, car signataire de la charte du FCC, l’ancien avocat de Bemba fait clairement la distinction entre son statut de désormais homme politique et avocat de carrière en particulier ancien avocat avec succès de Jean-Pierre Bemba qu’il a connu il y a 10 ans et qu’il a défendu avec succès à la CPI.

‘’ Il faut rappeler à cet égard que tous les avis techniques que je livre sur la question resteront strictement limités aux informations juridiques ou au jugements disponibles pour le public sur internet notamment dans les sites des juridictions internationales, mais sans jamais violer les secrets ni dévoiler les confidences reçues en raison de ma qualité d’avocat ou à l’occasion de l’exercice de la profession. En définitive, maintenant que la Cour Constitutionnelle vient de vider la controverse sur les points de droit querellés au sujet de l’interprétation de l’article 10 de la loi électorale, sous réserve de voie de recours éventuel, il appartient à tous les Acteurs épris de justice et Défenseurs de la démocratie, et particulièrement à nous Praticiens du droit, d’accorder tous les égards dus à cette vérité judiciaire’’.

 

Bolangi Ikokota Bura

Affaire Bemba : la Chambre de première instance VII rendra sa décision sur la peine le 17 septembre 2018

0

La Chambre de première instance VII de la Cour pénale internationale (“CPI” ou “Cour”) a programmé une audience le 17 septembre 2018 à 15:00 (heure locale de La Haye) pour rendre sa décision sur les peines à l’encontre de M. Jean-Pierre Bemba Gombo, M. Aimé Kilolo Musamba et M. Jean-Jacques Mangenda Kabongo.

‘’ Le 8 juin 2018, la Chambre d’appel de la Cour pénale internationale a décidé, à la majorité, d’acquitter Jean-Pierre Bemba Gombo des charges de crimes de guerre et de crimes contre l’humanité prétendument commis en République centrafricaine (RCA). Suite à cet arrêt, la Chambre d’appel a estimé qu’il n’y avait pas lieu de maintenir M. Bemba en détention dans le cadre de l’affaire concernant les crimes allégués en RCA et qu’il revenait à la Chambre de première instance VII de déterminer si sa détention demeure justifiée en vertu de sa condamnation pour des atteintes à l’administration de la justice’’ rappelle le communiqué.

Le 19 octobre 2016, la Chambre de première instance VII avait déclaré Jean-Pierre Bemba Gombo, Aimé Kilolo Musamba, Jean-Jacques Mangenda Kabongo, Fidèle Babala Wandu et Narcisse Arido coupables de plusieurs atteintes à l’administration de la justice, en lien avec la subornation de témoins et la sollicitation de faux témoignages de témoins de la Défense dans l’autre affaire concernant M. Bemba devant la CPI. Le 22 mars 2017, la Chambre de première instance VII a rendu sa décision relative aux peines dans cette affaire. Le 8 mars 2018, la Chambre d’appel a confirmé les condamnations pour la plupart des accusations mais a acquitté M. Bemba, M. Kilolo et M. Mangenda de l’accusation consistant en la production d’éléments de preuve faux en connaissance de cause. Les condamnations et acquittements concernant les cinq accusés sont désormais définitifs.

Concernant les peines, la Chambre d’appel a confirmé les peines infligées à M. Babala et à M. Arido, qui sont désormais définitives. La Chambre d’appel a cependant annulé les peines prononcées à l’encontre de MM. Bemba, Mangenda et Kilolo et envoyé cette question à la Chambre de première instance pour une nouvelle décision.

 

Communiqué

Le Comité stratégique du Front commun pour le Congo rend hommage à Joseph Kabila, chef de l’Etat

0

Entouré de tous les membres du bureau stratégique du Front Commun pour le Congo, le professeur Néhémie Mwilanya, Directeur de cabinet du Président de la République a co-animé ce jeudi 16 août un point de presse de cette coalition politique. C’était avant tout une occasion pour le comité stratégique de rendre un hommage au chef de l’Etat, l’initiateur du Front Commun pour le Congo.

‘’ Nous sommes ici aujourd’hui  pour faire passer essentiellement trois messages. Le premier est celui de rendre hommage à un grand homme, un grand africain, son Excellence Monsieur Joseph Kabila Kabange qui est le Président de la République Démocratique du Congo qui est également l’autorité morale du Front Commun pour le Congo. Le comité stratégique lui rend un hommage pour ce qu’il a fait dans ce pays’’, a déclaré Néhémie Mwilanya, à son introduction.

Dans un contexte électoral qui faisait craindre à tort le non respect de la constitution par le chef de l’Etat, Néhémie Mwilanya a salué l’acte posé par le chef de l’Etat en ouvrant grandement la porte pour sa sortie dans l’honneur et permettre ainsi l’alternance politique au sommet de l’Etat avec la désignation d’Emmanuel Ramazani comme candidat pour la présidentielle prochaine.

‘’ Ce qui était attendu et qui du reste il a promu c’était le respect des règles du jeu en ce qui concerne les nombre des mandats présidentiel. Sur ce point, la parole du Président de la République n’a pas varié d’un iota.Non seulement qu’il a dit que c’est lui qui avait battu campagne pour cette constitution pendant que d’autres n’en voulaient pas, mais il a confirmé la gestion du pays à cette constitution’’ a souligné le Directeur de cabinet du Président de la République.

 

Le Médiacrate

Ramaphosa chez Kabila

0

Le Président Sud-africain Cyrille Ramaphosa est arrivé ce vendredi 10 août à Kinshasa pour une visite de travail avec son homologue congolais Joseph Kabila Kabange. Les deux personnalités se sont entretenus à la Cité de l’UA où Joseph Kabila a accueilli son invité qui a succédé à Jacob Zuma contraint à la démission il y a quelques mois.

L’agenda du numéro Sud-africain prévoit par ailleurs une rencontre avec aussi Emmanuel Ramazani Shadari, désigné le mercredi 08 août dauphin du Président Kabila.  

‘’ Le climat est apaisé, et tout le monde s’en rend compte, après la désignation de Emmanuel Ramazani Shadari comme dauphin du Président Kabila. Le Président Sud-africain va s’entretenir avec le candidat du Front Commun pour le Congo avant de quitter le pays’’, a confié à 24 News Angeny, une source proche de la présidence de la République

Bolangi Ikokota Bura

Alternance en RDC : L’unité de l’opposition s’impose : ‘’ Nous allons gouverner ensemble’’ dixit Vital Kamerhe

0

L’unité de l’opposition est une voie incontournable pour réussir l’alternance au sommet de l’Etat lors des scrutins du 23 décembre prochain. Tous les grands poissons de l’opposition semblent s’accorder dans ce sens, du moins au niveau des discours mais aussi certains gestes qui vont dans ce sens.

Vital Kamerhe a dans son speech d’ouverture du congrès de l’Union pour la nation congolaise souligné devant les militants et cadres du parti et plusieurs leaders de l’opposition dont Félix Tshisekedi et Eve Bazaiba l’impérative d’une opposition unie.

Qualifiant des baleines les leaders de certaines formations de l’opposition, il a souligné la complexité de la mission de cette famille politique dans ce contexte électoral qui s’annonce mouvementé et serré.

‘’ chers collègues baleines Félix Tshisekedi, Jean-pierre Bemba, Moïse Katumbi, nous avons une grande responsabilité. Avec le semage des partis politiques, aucun parti politique à lui seul ne peut gagner les élections, surtout avec la loi actuelle, aucun parti ne peut avoir la majorité pour gouverner. Si nous voulons mettre fin à tout ça nous allons gouverner ensemble’’ a déclaré Vital Kamerhe.

Bolangi Ikokota Bura

 

FCC : Un Bulldozer pour gagner les élections et protéger la RDC objet des convoitises

0

En lançant l’initiative du Front Commun pour le Congo, le chef de l’Etat Joseph Kabila pensait mettre sur pied une machine électorale forte pouvant assurer à sa famille politique une victoire à tous les niveaux des scrutins du 23 décembre . L’initiative de Joseph Kabila prend, disent les observateurs les allures d’un ‘’ BULLDOZER’’  qui au delà de la victoire visée aux scrutins du 23 décembre, se donne une mission beaucoup plus salvatrice pour la survie même de cette nation tant convoitée..

La signature de la charte par les 26 gouverneurs de la RDC, Monseigneur Marini Bodo; Kuye Ndolo et d’autres personnalités ce mercredi 01 août au Pullman de Kinshasa en dit beaucoup. Une cérémonie qui a connu quatre temps forts à savoir :

– Mot de bienvenue par le Modérateur et Ministre d’Etat Azarias Ruberwa.

– Mot d’introduction par Me Néhémie Mwilanya, au nom du Chef de l’Etat.

-Lecture de la Charte par Joseph Kapika

– Signature de la charte par les personnalités

Dans son mot d’introduction, Néhémie Mwilanya, a souhaité la bienvenue  aux nouveaux adhérents du FCC. Le Directeur de Cabinet du Chef de l’Etat qui est depuis la création de ce front au four et au moulin en vue de parfaire l’oeuvre du chef de l’Etat a rappelé que cette cérémonie intervient après l’important message du Chef de l’Etat, sur l’état de la nation, devant le Congrès.

‘’ A travers le message de l’État de la Nation, le Président de la République a lancé un appel sur la révolution de notre conscience. Le Projet du FCC est un projet des hommes et des femmes qui ont pris la décision de démontrer l’amour pour la Rdc. Des hommes qui veulent reconstruire le pays ‘’ a déclaré cet homme de confiance de Joseph Kabila.

Nehemie Mwilanya a rappelé que le Chef de l Etat a récemment rappelé à la nation, que la Rdc est au coeur de l Afrique. Un pays Continent, qui est au centre de plusieurs convoitises.

Voilà pourquoi, la Rdc a besoin que ses fils et filles défendent ce beau pays, au niveau des concerts des Nations, surtout pour sa stabilité.

Placé dans une vision celle du Président de la République de défendre le pays contre la convoitise de toutes les puissances qui veulent sa déstabilisation, le FCC serait ainsi un bouclier contre toutes les forces négatives, plaçant l’intérêt du pays au centre de tout comme lui même est placé au centre de l’Afrique.

Une mission qui pour s’accomplir passe impérativement par la victoire aux prochains scrutins pour lesquels le FCC met les bouchée doubles pour gagner à tous les niveaux. Sans cette victoire, la mission de cette grande coalition serait vouée à l’échec.

Notons que la cérémonie de la signature de la charte du FCC de ce mercredi a connu la présence des membres des membres du bureau stratégique ci-après : Felix Kabange Numbi, Ingele Ifoto, joseph kapika, Azarias Ruberwa, Maguy Kiela, Michel Bongongo, Ntambwe Mwamba, Mariange Mushobekwa et Néhémie Mwilanya.

 

Nez-Zolo Mutinda Joel

Le Port de Kasumbalesa : un investissement estimé à 300 millions de dollars

0

C’est un ambitieux investissement que le gouvernement congolais a lancé. Le port sec de Kasumbalesa, un projet évalué à 300 millions de dollars. La première pierre a été posée ce vendredi 01 mai 2018 par le chef de l’Etat Joseph Kabila en présence de plusieurs autorités du pays.

Dans son mot de circonstance, le Directeur Général de l’Office de gestion du fret Multimodal, Monsieur Patient SAYIBA TAMBWE a souligné le pourquoi du choix de la cité de Kasumbalesa.

‘’ Un port sec à Kasumbalesa, une décision motivée par la position stratégique qu’occupe cette citée, sa desserte par la route nationale n 1. Kasumbalesa figure sur le réseau des routes constituant la Transafricaine qui devra relier l4afrique du Nord au Sud en partant du Caire en Egypte jusqu’à Cape Town en Afrique du Sud’’ a déclaré Patient Sayiba Tambwe dans son discours de circonstance.

Quand on considère les avantages que cet investissement va apporter à l’économie congolaise qui se recherche encore dans la voie de sa diversification, la RDC peut donc se réjouir de la construction du Port sec de Kasumbalesa une ressource génératrice des recettes. Son emplacement est un atout singulier.

‘’ Somme toutes, KASUMBALESA jouit d’un meilleur emplacement qui lui
confère un avantage comparatif et compétitif par rapport à tout autre point d’entrée et
de sortie non seulement du pays, mais aussi de toute la région de l’Afrique australe’’ a déclaré le Directeur Général’’, soutient le DG de l’Ogefrem.

D’une superficie de 62 hectare qui pourra atteindre 100 hectare dans les jours avenirs, ce port comportera entre autre ; Des Aires de stationnement , des terminaux à Conteneurs ;
Des Entrepôts sous douanes, ouverts et fermés pour ne citer que ceux-là. Un Hub qui va focaliser l’attention sur la cité de Kasumbalesa.

Le Médiacrate

Elections : Florentin Mokonda Bonza annonce sa candidature à la présidentielle.

0

Florentin Mokonda Bonza, Président de la Convention des Démocrates Chrétiens (CDC) a annoncé sa candidature à la présidentielle du 23 décembre prochain au cours d’une matinée politique organisée par sa plateforme politique, Nouvelle Initiative pour le Congo (NIC) ce samedi 26 mai à Kinshasa.

Pour le Pr. Florentin Mokonda Bonza, les différentes fonctions qu’il a occupées dans les ministères et autres institutions publiques font de lui le plus expérimenté dans la gestion de la Respublica.

« A partir d’aujourd’hui, sachez que je suis et je serais candidat président de la République à l’élection présidentielle de décembre prochain dans la mesure où j’ai de l’expérience pour les services de l’Etat. J’ai été plusieurs fois ministres, je suis professeur de l’Université, je maitrise le fonctionnement des sociétés publiques et privées et à mon âge, je ne peux plus m’aventurer », a déclaré le Pr. Florentin Mokonda Bonza.

Dans son speech, le Président du CDC a exprimé son ras-le-bol face à la situation socio-économique précaire dans laquelle sombre la République Démocratique du Congo.

« Nous sommes fatigués du chômage, de la famine, du vol et des mensonges de nos politiques. Raison pour laquelle, nous avons créé la Nouvelle Initiative pour le Congo (NIC) pour mobiliser tous les congolais contre la régression de notre pays », a t-il dit.

Prince Mayiro N.

André Atundu Liongo :  » Joseph Kabila est et reste l’autorité morale de la majorité présidentielle, même après les élections »

0

C’était au cours d’une conférence de presse tenue ce jeudi 26 avril à Kinshasa que l’Ambassadeur André-Alain Atundu Liongo, Porte-parole de la Majorité Présidentielle a déclaré que le Président Joseph Kabila est et reste autorité morale de la MP, même après les élections.

Lors de ce face-à-face avec la presse, André Atundu a passé en revue tous les sujets qui font la une des médias en République Démocratique du Congo. Du processus électoral à la conférence humanitaire de Genève sur la RDC en passant par le futur candidat de la MP à l’élection présidentielle et la dernière réunion de la SADC en Angola, rien n’a été mis de coté.

« La Majorité Présidentielle apprécie hautement la décision de la SADC de ne plus avoir un envoyé spécial en RDC qu’elle considère comme une preuve cinglante de la reconnaissance méritée des efforts des autorités congolaises, particulièrement du Président Kabila, pour la bonne fin du processus électoral », a t-il déclaré au sujet de la réunion de la SADC.

En ce qui concerne la dauphin du Président Kabila, André Atundu a souligné qu’au moment opportun, la MP présentera son candidat à la présidentielle et ce, conformément au calendrier de la CENI.

Prince Mayiro N.

 

Covid-19 : 367 nouvelles personnes guéries et 122 nouveaux confirmés

0

Le bulletin quotidien du comité multisectoriel de lutte contre la pandémie de Coronavirus en RDC rapporte que 122 nouveaux cas ont été confirmés pour la journée du jeudi 2 juillet dont 93 à Kinshasa, 15 au Haut-Katanga, 9 au Nord-Kivu et 5 au Lualaba. 3 nouveaux décès et 367 nouvelles personnes guéries ont été enregistrés.

Le cumul de cas depuis le début de la pandémie le 10 mars en RDC fait 7 311 cas (un probable) dont 179 décès (un probable) et 2 684 guéris.

Les 14 provinces touchées sont: Kinshasa (6.416 cas), Kongo Central (325 cas), Haut-Katanga (237 cas), Sud-Kivu (145 cas), Nord-Kivu (124 cas), Lualaba (27 cas), Tshopo (12 cas), Haut-Uele (11 cas), Kwilu (4 cas), Sud-Ubangi (3 cas), Ituri (2 cas), Équateur (2 cas), Kwango (1 cas) et Haut-Lomami (1 cas).

Hugues Mpaka Mutwefa Breloc

Ebola: deux nouveaux cas positifs à Mbandaka et Bikoro (Équateur)

0

L’équipe de riposte contre la Maladie à Virus Ebola rapporte que deux nouveaux cas ont été confirmés le jeudi 2 juillet dans la zone de santé Mbandaka précisément dans l’aire de santé d’Ipeko et dans la zone de santé Bikoro à Mbuli (Equateur). Par contre aucun décès a été n’a été notifié dans cette entité sanitaire, selon le bulletin quotidien.

Depuis le début de l’épidémie déclarée le 1er juin 2020, le cumul des cas est de 36, dont 33 confirmés et 3 probables. Au total, il y a eu 14 décès (11 confirmés et 3 probables) et un personne guérie.

Les 5 zones de santé touchées. Il s’agit notamment de :

Bikoro : 13 cas confirmés, dont 4 décès (10 jours sans cas confirmés pour les Aires de santé Ikoko-Bonginda, 2 jours pour Iyembe Moke, 4 pour Moheli et 0 pour Mbuli) ; Bolomba : 6 cas confirmés, dont 1 décès (3 jours sans cas confirmés à Bolomba, 12 à Bosoisongo et à Bosomondomba) ; Iboko : 3 cas confirmés (11 jours sans cas confirmés pour Butela) ; Mbandaka : 7 cas confirmés, dont 4 décès et 3 cas probables (28 jours sans cas confirmés pour Maman W’Elikya, 25 jours pour Libiki et 0 pour Ipeko) ; Wangata : 2 cas confirmés, dont 1 décès (28 jours sans cas confirmés pour Losanganya et pour Wangata).

Hugues Mpaka Mutwefa Breloc

Finances: Signature d’un protocole d’accord de collaboration entre L’ARCA et la DGDA (communiqué)

0

L’Autorités de Régulation et de Contrôle des Assurances ARCA et la Direction Générale des Douanes et accises DGDA ont procédé ce jeudi 2 juillet à la signature d’un protocole d’accord visant à renforcer le contrôle de l’assurance des facultés à l’importation et de l’assurance de responsabilités civiles des propriétaires de véhicules terrestres à moteur en circulation internationale.

C’était en présence du Vice-Ministre des Finances Junior Mata, du directeur général a i de l’Arca Alain Kaninda Ngalula et du directeur général a i de la DGDA Jean-Baptiste Nkongolo. Cette collaboration marque la volonté de deux institutions de faire respecter les lois en vigueur notamment celle régissant les secteurs des assurances.

Entendu, les deux institutions rappellent aux opérateurs économiques la nécessité de l’observance des prescrits du code des assurances et du code des Douanes en vue de sécuriser leurs marchandises ainsi que leurs moyens de transport.

Yvette Ditshima

Kwilu : le plan d’action opérationnel du système de santé adopté par le comité de pilotage sectoriel

0

La province du Kwilu vient d’être doté d’un plan d’action opérationnel pour l’année 2020 pour les interventions dans le système de santé.
Plan adopté ce jeudi 02 juillet à l’issue de l’assemblée générale du comité provincial de pilotage du système de santé CPPSS, tenue à Bandundu ville.

« La fonctionnalité de cet oragane est un indicateur de l’ouverture de l’exécutif provincial à mobiliser des partenaires et forces vives dans l’amélioration des actions dans ce secteur vital », a indiqué Willy Itsundala, Gouverneur du Kwilu.

Les sources de financements de ce plan d’action opérationnel ont été orientées par le gouvernement central tout en tenant compte des particularités du Kwilu. Ceci ressort du mot de clôture de es assises prononcé par le gouverneur Willy Itsundala qui, du reste, a réaffirmé son engagement à mettre en oeuvre ce plan sans hésitation.

« Nous pouvons garder la même détermination dans sa mise en oeuvre de manière concertée et coordonnée en exploitant toutes les synergies possibles pour accroître l’efficacité et l’efficience dans la mise en œuvre des interventions partant des ressources apportées par les projets et programmes de santé au Kwilu », a-t-il précisé.

L’ approbation de ce plan a été précédée des échanges d’experts, question d’harmoniser les vues sur un outil commun soumis à la validation.

Rolly Mukiaka Say, à Bandundu

Kinshasa/Accès à l’eau : Gentiny Ngobila se charge du quartier Camp Luka

0

La population du quartier Camp Luka dans la commune de Ngaliema n’aura plus à s’inquiéter en ce qui concerne l’accès à l’eau potable. Le gouverneur de la ville de Kinshasa Gentiny Ngobila Mbaka s’est rendu ce jeudi 2 juillet sur les lieux pour identifier les endroits où seront érigés quelques forages devant desservir cette population de la capitale.

En visite pour la première fois dans ce coin, le premier citoyen de Kinshasa a eu droit à un accueil chaleureux. Gentiny Ngobila a pris langue avec les autorités municipales notamment le bourgmestre de Ngaliema, les chefs des quartiers et les notables de Camp Luka pour s’imprégner de la situation.
Il s’est adressé à la population pour la rassurer quant à sa ferme détermination de palier cette situation.

«Je suis au courant des différents problèmes auxquels vous êtes confrontés. L’eau étant la vie, j’ai choisi de venir personnellement aujourd’hui pour identifier les endroits où nous allons implanter des forages afin de desservir tout camp Luka en eau potable», a-t-il dit. Mais le quartier Camp Luka ne connaît pas que le problème d »approvisionnement en eau potable. Il faut également ajouter le problème de desserte en électricité et celui de routes .

En tenant compte de la pandémie actuelle de Covid19, Gentiny Ngobila s’est muni d’un lot de masques qu’il a remis aux chefs des quartiers tout en appelant la population au strict respect des gestes barrières pour lutter contre le Coronavirus.

A son retour, le chef de l’exécutif provincial a fait une escale sur la rivière Makelele où il a inspecté les travaux de construction du pont.

Yvette Ditshima

CENI: Le caucus des députés nationaux du Kongo Central s’aligne derrière Ronsard Malonda

0

Le caucus des députés nationaux du Kongo Central a été reçu ce jeudi 2 juillet par la présidente de l’Assemblée Nationale. Leurs échanges ont porté sur la désignation des nouveaux animateurs de la Ceni, particulièrement à la présidence.

Ces députés ont exprimé leur soutien au candidat Ronsard Malonda, l’un des fils de leur terroir désigné par les confessions religieuses. Ils déplorent cependant le comportement discriminatoire des uns et des autres dont est victime Ronsard Malonda

«Nous venons exprimer notre soutien au digne fils ne kongo, en même temps nous dénonçons la campagne de haine, de diabolisation et de discrimination qu’il subit. Pourtant, c’est un fervent chrétien qui a été désigné en tenant compte des procédures de la loi organique de la Ceni. Ce n’est qu’un simple technicien qui n’a été ni membre du bureau ni de l’assemblée plénière moins encore président à la ceni», explique le député Modero Nsimba

Le caucus des députés du Kongo Central affirme avoir le soutien total de l’évêque de Boma qui leur a assuré que l’élection du nouveau président de la Ceni a suivi le processus normal. Ces députés protestent contre le caractère haineux de la Cenco qu’ils dénoncent et qualifient de mauvais perdant.

Ainsi, les députés du Kongo Central émettent le vœux de la tenue d’une réunion interinstitutionnelle pour apaiser le climat politique.

Yvette Ditshima

60ans de l’indépendance:L’ ECC demande à la Belgique de donner un contenu concret à la réparation des blessures

0

«L’église du christ au Congo encourage la Belgique à donner un contenu concret à la réparation des blessures et de notre mémoire collectif. Comme d’ ailleurs nous même,dans l’ eglise et ailleurs ,nous engagés pour assainir et redresser tout ce qui a été ruiné et détruit et qui contribue à notre malheur» pouvons nous lire dans la déclaration de l’ ECC daté du 30 juin jour de l’ independance du de la République démocratique du congo (RDC )

Une liste d’ action que doit mener la Belgique pour reparer les dégâts causés à la RDC a été proposé par l’ ECC entre autre : intervenir au côté de la RDC pour relancer son économie par la création de certaines entreprises,reprendre la coopération militaire digne des exigences d’ aujourd’hui ,faciliter l’ octroi de visas aux ressortissants congolais à l’ espace schegen ainsi que d’ un séjour en Belgique et éliminer les discrimination dans le domaine de l’ emploie et de logement,etc.

Tout en prenant acte du message de regret de la belgique ,formulé par le roi Philippe , considéré de  » repentance » ,l’ ECC souhait que cet acte sois accompagner des actions énumérés ci haut pour rétablir les dégâts de la belgique causé à la population congolaise.

 

Bénédicte Kamoni

Pour les chefs des confessions religieuses 60ans après, La RDC n’a plus besoin des martyrs

0

Dans une déclaration publiée ce jeudi, les chefs des confessions religieuses désapprouvent la démarche du Cardinal Ambongo qui selon eux incite à la haine et au soulèvement populaire.

Pour eux , 60 ans après , la RDC n’a plus besoin des martyrs et appellent le peuple à l’amour et à ne pas céder à l’instrumentalisation.

 » La chair reste un lieu de pardon , d’amour et de proclamation de la vie. De ce point de vue, aucune confession religieuse n’a le droit de prétendre parler au nom du peuple congolais.
Nous appellons le peuple à se calmer et non suivre les discours de la haine. »

Cette mise au point des autres confessions religieuses, intervient 48 heures après l’homélie tenue par le chef de l’Église Fridolin Ambongo qui appellait le peuple à être prêt pour des actions à venir.

Faustin Kalenga

Kigali et Londres ont leurs nouveaux ambassadeurs à Kinshasa

0

Vincent Kagera et Emily Maltman sont les nouveaux ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires respectivement du Rwanda et de Sa Majesté Britannique en République Démocratique du Congo.

Les deux diplomates ont présenté ce mardi leurs lettres de creance auprès du Chef de L’Etat congolais Felix Antoine Tshisekedi Tshilombo au cours d’une brève cérémonie au Palais de la Nation.

57 ans, l’ambassadeur du Rwanda est né à Walikale dans le Nord Kivu.
Diplômé de l’Université de Lubumbashi ( RDC) et de l’Université de Harvard ( USA), Vincent Kagera a été plusieurs fois ministre dans son pays.
Il connait bien le Congo pour y avoir passé son enfance.

Pour sa part, Mme Emily Maltman est une diplomate qui a longtemps travaillé en RDC au sein du DFID.

Le Directeur de cabinet A.I du Chef de l’Etat Eberande Kolongele, Mme le ministre des Affaires étrangères NTUMBA NZENZA et BUSHIRI, Conseiller Principal au Collège Diplomatique du Chef de l’Etat ont assisté à cette cérémonie.

Presse présidentielle

 

Ass Nat: Les députés FCC décident de retirer la loi Minaku/Sakata de la Commission PAJ

0

Selon un député FCC qui confirme l’information, les trois propositions déposées à l’Assemblée nationale par les députés Minaku et Sakata ont été retirées de la Commission Politico-Administrative (PAJ).

Ces 3 propositions ont été retirées pour être au préalable expliquées à la population avant de passer à l’examen. Précise la même source.

Pour rappel, ces trois propositions ont été à la base de plusieurs manifestations des populations ayant conduit à des débordements voire les saccages de quelques immobiliers des personnalités Pro-kabila.

Par ailleurs, le chef de l’État, par son message à la nation à l’occasion des 60 ans d’indépendance, s’était lui aussi opposé à ce projet de loi soulignant qu’ aucune majorité parlemenataire ou politique soit-elle ne peut outrepasser les fondamentaux d’un état  » a déclaré le Président de la République.

Faustin Kalenga

Articles Recents

Covid-19 : 367 nouvelles personnes guéries et 122 nouveaux confirmés

Le bulletin quotidien du comité multisectoriel de lutte contre la pandémie de Coronavirus en RDC rapporte que 122 nouveaux cas ont été confirmés pour...

Ebola: deux nouveaux cas positifs à Mbandaka et Bikoro (Équateur)

L’équipe de riposte contre la Maladie à Virus Ebola rapporte que deux nouveaux cas ont été confirmés le jeudi 2 juillet dans la zone...

Finances: Signature d’un protocole d’accord de collaboration entre L’ARCA et la...

L’Autorités de Régulation et de Contrôle des Assurances ARCA et la Direction Générale des Douanes et accises DGDA ont procédé ce jeudi 2 juillet...

Kwilu : le plan d’action opérationnel du système de santé adopté...

La province du Kwilu vient d'être doté d'un plan d'action opérationnel pour l'année 2020 pour les interventions dans le système de santé. Plan adopté ce...

Kinshasa/Accès à l’eau : Gentiny Ngobila se charge du quartier Camp...

La population du quartier Camp Luka dans la commune de Ngaliema n’aura plus à s’inquiéter en ce qui concerne l’accès à l'eau potable. Le...